La Peau de chagrin (Petits Classiques Larousse t. 173) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 4,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Peau de chagrin Poche – 1 septembre 1972


Voir les 48 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 25,02
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 27,58
Poche, 1 septembre 1972
EUR 4,10
EUR 0,90 EUR 0,01
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 1,80 EUR 1,32
CD audio
"Veuillez réessayer"

A court d'idées pour Noël ?
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Peau de chagrin + Un temps de saison
Prix pour les deux : EUR 14,75

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Amazon.fr

Si tu me possèdes, tu posséderas tout.

Mais ta vie m'appartiendra. Dieu l'a

voulu ainsi. Désire, et tes désirs

seront accomplis. Mais règle

tes souhaits sur ta vie.

Elle est là. A chaque

vouloir je décroîtrai

comme tes jours. Me veux-tu ?

A cette invitation séduisante et provocante, Raphaël répond par l'affirmative. Jeune homme malchanceux en proie au désespoir, il rencontre un mystérieux antiquaire qui lui fournit une peau de chagrin, support de cette formule qui résonne comme une incantation. Mais les pouvoirs de cet objet magique, symbole de sa propre vie, ne lui accorderont qu'un bref sursis. Cependant, si la fatalité règne en maître absolu sur le destin de Raphaël, les égarements de la nature humaine ne sont pas totalement étrangers à sa perte, puisque c'est par l'usage inconsidéré qu'il fait de ce talisman qu'il précipite sa déchéance. De même, si sa rencontre avec l'antiquaire est fortuite, elle aboutit néanmoins à un geste inaugural délibéré. Premier volet des Etudes Philosophiques, La Peau de chagrin, conte empreint d'occultisme, est une fable où le réalisme de Balzac se permet encore des détours par le surnaturel et où sa théorie du déterminisme n'en est encore qu'à ses débuts. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Extrait

I. Le talisman

Épisode 1

Vers la fin du mois d'octobre 1830, un jeune homme au «sourire amer» entre dans une maison de jeu, à Paris. Après avoir joué et perdu sa dernière pièce d'or, il décide de se jeter dans la Seine aussitôt que la nuit sera tombée. En attendant le moment fatal, il erre dans Paris «d'un pas mélancolique» puis finit par entrer dans un magasin d'antiquités où sont accumulés objets, meubles, livres et oeuvres d'art. Tout à coup une voix terrible l'appelle ; «une espèce de fantôme» fait irruption devant lui : «Il ne l'avait entendu ni venir, ni parler ni se mouvoir.»

Figurez-vous un petit vieillard sec et maigre, vêtu d'une robe en velours noir, serrée autour de ses reins par un gros cordon de soie. Sur sa tête, une calotte en velours également noir laissait passer, de chaque côté de la figure, les longues mèches de ses cheveux blancs et s'appliquait sur le crâne de manière à rigidement encadrer le front. La robe ensevelissait le corps comme dans un vaste linceul, et ne permettait de voir d'autre forme humaine qu'un visage étroit et pâle. Sans le bras décharné, qui ressemblait à un bâton sur lequel on aurait posé une étoffe et que le vieillard tenait en l'air pour faire porter sur le jeune homme toute la clarté de la lampe, ce visage aurait paru suspendu dans les airs. Une barbe grise et taillée en pointe cachait le menton de cet être bizarre, et lui donnait l'apparence de ces têtes judaïques qui servent de types aux artistes quand ils veulent représenter Moïse. Les lèvres de cet homme étaient si décolorées, si minces, qu'il fallait une attention particulière pour deviner la ligne tracée par la bouche dans son blanc visage. Son large front ridé, ses joues blêmes et creuses, la rigueur implacable de ses petits yeux verts, dénués de cils et de sourcils, pouvaient faire croire à l'inconnu que Le Peseur d'or de Gérard Dow était sorti de son cadre. Une finesse d'inquisiteur, trahie par les sinuosités de ses rides et par les plis circulaires dessinés sur ses tempes, accusait une science profonde des choses de la vie. Il était impossible de tromper cet homme qui semblait avoir le don de surprendre les pensées au fond des coeurs les plus discrets. Les moeurs de toutes les nations du globe et leurs sagesses se résumaient sur sa face froide, comme les productions du monde entier se trouvaient accumulées dans ses magasins poudreux ; vous y auriez lu la tranquillité lucide d'un Dieu qui voit tout, ou la force orgueilleuse d'un homme qui a tout vu. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .


Détails sur le produit

  • Poche: 407 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (1 septembre 1972)
  • Collection : Classiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253006300
  • ISBN-13: 978-2253006305
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (31 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 101.399 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

25 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par Frederique ROIG, sur 24 mars 2001
Format: Poche
Ce conte nous plonge dans le monde de Raphael, un jeune homme en proie au desespoir a qui un etrange antiquaire va offrir un talisman: une peau de chagrin. Cette peau realise tous les desirs, mais la realisation de chacun d'eux raccourcit d'autant la vie de son possesseur. Le desir consumme la vie... Ici, c'est toute une recherche philosophique que Balzac nous fait ressentir derriere la symbolique de la Peau de Chagrin.
Je pense que ce livre est le meilleur que j'ai lu de Balzac. Cependant, ce n'est pas un livre qu'il faut aborder comme un roman et avaler de la meme maniere. C'est un livre qui fait avant tout reflechir. Alors avis a ceux qui cherchent une lecture legere, ce livre n'est pas pour eux. Pour les autres, je pense que ce livre vous passionnera.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 16 février 2014
Format: Poche Achat vérifié
Balzac revisite le mythe de Faust. Un jeune homme désespéré de ne pouvoir réussir socialement à Paris, inverse de Rastignac, songe à se suicider. Il rencontre un vieil antiquaire qui lui propose cette peau étrange et la réalisation de tous ses désirs. Entre la mort immédiate et celle future, chaque voeu rétrécissant la peau, de manière irrémédiable jusqu'à la mort, le héros tente la vie. Etre prisonnier de ses désirs, se mourir à la vie par le refus d'émettre le moindre voeu, se mourir socialement alors que l'on est parvenu, aimer mais ne pouvoir l'acter : l'homme aux désirs comblés ne vit plus qu'esclave de celui qu'il pourrait émettre. Une vie sans désir est pire qu'une vie de bagne : c'est une vie sans espoir. Jeu de paradoxes.

La collection "Larousse" offre un bel ouvrage didactique. Le texte est intelligemment annoté. Chaque chapitre s'ouvre par une réflexion, assistance à la compréhension du texte, du style littéraire. Je regrette simplement qu'il ne s'agisse pas de l'oeuvre intégrale.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par "agnes-aime-lire" sur 13 septembre 2004
Format: Poche
Sans doute un classique de Balzac dont tout le monde connaît au moins l'existence sans peut être l'avoir lu. L'idée qui conduit le livre est forte originale car le désir de possession et la vie sont deux grands sujets de préoccupation des hommes. Ce livre porte donc sur un dilemme entre les deux, puisqu'en exauçant ses désirs, Raphaël diminue la durée de sa vie ... Alors, si au départ le jeune homme désire sans compter, plus « la peau de chagrin » diminue plus des remords lui viennent et plus il s'interdit de désirer pour enfin s'enfermer sur lui-même et couper les ponts avec la vie pour ne plus avoir a désirer ... En succombant à ses moindres envies Raphaël a donc fermé la porte du bonheur car a trop posséder on ne joui plus de rien ...
Dommage que l'histoire traîne en longueur sur des détails parfois peu passionnant. Cependant c'est un livre qu'il faut lire pour connaître l'univers balzacien (bien que ce ne soit pas le meilleur du Balzac ... voir le lys dans la vallée)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Patricia G. sur 4 août 2013
Format: Poche Achat vérifié
J'attends impatiemment une adaptation réussie au cinéma de ce chef d'oeuvre aux thèmes éternels et d'une richesse sans équivoque. J'ai adoré ce livre qui reste un référence incontournable et ne me lasse pas de l'offrir!
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Adanson TOP 50 COMMENTATEURS sur 4 mars 2008
Format: Poche
Bien sur ce livre est moins célèbre que "Le père Goriot" ou encore "Le lys dans la vallée", mais je crois que son aspect fantastique lui donne un attrait tout à fait particulier. Oscar Wilde d'ailleurs s'en est inspiré pour écrire "Le portrait de Dorian Gray" autre roman incontournable.
L'histoire est simple, un homme au bord du suicide découvre chez un antiquaire une peau de chagrin. Ce talisman va exaucer tous ses souhaits mais à chaque fois qu'il en émet un, la peau se rétrécit et sa vie se raccourcit.
Ce livre pose depuis Faust l'éternelle question du désir de l'homme d'obtenir tout ce qu'il veut (pouvoir, argent, sexe ...).
Même si ce roman n'est pas le plus illustre de son auteur, il est tout simplement magnifique.
A découvrir ou à redécouvrir.
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Kotchichko sur 16 janvier 2007
Format: Poche
Au début, on pense que chaque voeu sera exaucé, en contrepartie notre vie s'amenuise. On souhaite sans compter et puis on se rend compte que la peau de chagrin est plus petite. Là, on commence à avoir peur; peur de mourir. On en arrive à ne plus rien vouloir souhaiter. Mais, où débute le souhait? Ce n'est pas comme avec le génie de la lampe à qui il faut dire: "je veux!" pour être exaucé. Ici, il suffit d'avoir envie et, quand on s'y surprend on meurt un petit peu plus.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Daniel Fattore TOP 500 COMMENTATEURS sur 12 janvier 2004
Format: Poche
En ouverture, Balzac révèle un bonhomme mystérieux, blasé. Le genre qui n'a rien à perdre. Ratant même son suicide, il s'achète une peau de chagrin...
Les scènes hallucinantes se suivent dans ce livre qui se dévore: antiquaire aux objets bizarres, partie fine avec les copains, récit riche en action et en sentiments de la vie de Raphaël... De bout en bout, et malgré une attaque in medias res peu habituelle chez l'auteur, le souffle d'Honoré de Balzac est présent. Et il décoiffe! Une oeuvre géniale, à lire en priorité, et à méditer peut-être...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?