La Peur et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 7,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Peur a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Peur Poche – 8 septembre 2010


Voir les 9 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Cuir/luxe
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 8,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,10
EUR 7,00 EUR 6,35

Promotion livres Livre de Poche : un livre gratuit offert pour 2 achetés

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Peur + J'étais médecin dans les tranchées + Les soldats de la honte
Prix pour les trois: EUR 22,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

L'affiche

«Le danger de ces communautés (les peuples), fondées sur des individus caractéristiques d'une même sorte, est l'abêtissement peu à peu accru par hérédité, lequel suit d'ailleurs toujours la stabilité ainsi que son ombre.»

Nietzsche

Le feu couvait déjà dans les bas-fonds de l'Europe, et la France insouciante, en toilettes claires, en chapeaux de paille et pantalons de flanelle, bouclait ses bagages pour partir en vacances. Le ciel était d'un bleu sans nuages, d'un bleu optimiste, terriblement chaud : on ne pouvait redouter qu'une sécheresse. Il ferait bon à la campagne ou à la mer. Les terrasses de café sentaient l'absinthe fraîche et les Tziganes y jouaient La Veuve joyeuse, qui faisait fureur. Les journaux étaient pleins des détails d'un grand procès qui occupait l'opinion; il s'agissait de savoir si celle que certains appelaient la «Caillaux de sang» serait acquittée ou condamnée, si le tonnant Labori, son avocat, et le petit Borgia en jaquette, cramoisi et rageur, qui nous avait quelque temps gouvernés (sauvés, au dire de quelques-uns), son mari, l'emporteraient. On ne voyait pas plus loin. Les trains regorgeaient de voyageurs et les guichets des gares distribuaient des billets circulaires : deux mois de vacances en perspective pour les gens riches. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Chevallier raconte en direct les quatre années de boucherie. Il ne s'épargne rien, ni horribles souvenirs ni mauvaises pensées. Il écrit l'innocence, l'égoïsme, l'humiliation, la chance, la vermine, l'ennui, la honte, la peur...
Dans une langue à faire frémir, tranchante et soyeuse, Gabriel Chevallier appelle à la rébellion - autre forme de la raison - et fait de La Peur un pamphlet contre la guerre, toutes les guerres. L'écrivain visionnaire met dans la bouche d'un soldat une phrase qui résonne étrangement aujourd'hui : «Tu crois pas qu'on nous a bourré le crâne avec la "haine des races" ?» (Martine Laval - Télérama du 5 novembre 2008 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez La Peur contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 416 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (8 septembre 2010)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253127817
  • ISBN-13: 978-2253127819
  • Dimensions du produit: 17,5 x 11,2 x 2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (42 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 5.308 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

68 internautes sur 68 ont trouvé ce commentaire utile  Par j-l B TOP 50 COMMENTATEURS le 21 octobre 2008
Format: Broché
J'ai lu presque tous les livres qui sont parus dans les dix premières années qui ont suivi cette guerre. « Les croix de bois- A l'ouest rien de nouveau- Le feu-Le grand troupeau etc » mais je n'étais plus jamais tombé en librairie sur ce livre. Il a été pris souvent comme modèle pour d'autres oeuvres comme des bandes dessinées (« c'était la guerre des tranchées de J Tardi ») et pour des séquences de films `(« un long dimanche de fiançailles »).
Ce livre est une exception, il dénonce de la première à la dernière page la guerre. L'état de guerre qui permet à un civil de tuer, le rabaissement de l'homme à l'état de bétail, l'incurie des chefs, et surtout la PEUR constante du soldat. La peur d'être dans un mauvais coin, la peur de sortir de la tranchée, la peur sous les bombardements, la peur de perdre un copain, la peur constante de mourir. Pour lui, un soldat qui n'a pas peur est un homme devenu fou.
Il n'hésite pas à révéler que le soldat est content quand il est à l'hôpital avec une fine blessure, il va même plus loin, en dévoilant que certains soldats n'étaient pas mécontents de leur amputation et il pensait de même. Il comprend les désertions et les mutineries, il les approuve, il approuve totalement les mutilations volontaires.
Vous avez compris de ce fait pourquoi ce livre fut très mal jugé par les autorités militaires lors de sa sortie mais très apprécié par les anciens combattants.
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par rock30 le 2 août 2010
Format: Broché Achat vérifié
Mon grand père paternel avait fait la guerre de 14 / 18. Enfant mes frères et moi le questionnons. Il ne répondait que brièvement sur ce passé que sans doute il avait enfoui dans un coin de son cerveau.
Avec le livre de Chevalier on est plongé dans cette guerre si brutalement que pour ma part j'avais l'impression de vivre avec lui ces moments terribles. Finalement il résume au mieux la guerre par le mot PEUR. Les boucherie, l'absurde commandement y sont décrits sans détour. Pour moi le plus angoissant c'est de penser que pour les poilus, cette barbarie n'en finissait jamais, alors que certain sont restés des années dans la boue des tranchées. Ce qui ne gâche rien c'est que l'auteur a un style très imagé et prenant. Je ne pouvais pas céder au sommeil lorsque lisant ce livre le soir dans mon lit, ma chambre était peuplée de morts et blessés agonisants. Bon livre sur le plan littéraire, LA PEUR est de plus un témoignage fantastique sur la guerre de 14 / 18, cette guerre d'il y a presque un siècle!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marsiho le 12 mars 2011
Format: Poche
Autant le dire tout de suite, voilà un grand récit. Qui par moments fait penser au Voyage au bout de la nuit de Céline. Et en plus, c'est bien écrit. Normal, l'auteur n'est autre que celui de Clochemerle. Mobilisé en 1914 à 19 ans, blessé un an après, il retournera au front et fera les Vosges, le Chemin des Dames, la Champagne, l'Argonne puis l'Alsace au prémices de l'armistice. Réédité en 2008 ( ) ce récit de guerre ne présente pas de morceaux de bravoures venant de soldats patriotes convaincus et dont la propre vie passe après la patrie... Non, Chevallier nous présente la guerre, la vraie, du moins celle que l'on imagine plus facilement : les marches sans fin, l'attente dans les tranchées, l'absence d'information ou au contraire les rumeurs les plus folles, et puis le mépris de ces chefs qui ne se sentent pas comptable des vies humaines et qui en sacrifient à tour de bras pour quelques bout de pierre d'un village sans intérêt stratégique. C'est terrible, terrifiant, et accusateur. Petit extrait :

"La colère de l'artillerie ne fait que croître. Jour et nuit, nous n'avons plus guère de repos moral. Jour et nuit les pioches forcenées creusent sur nous, toujours plus profondément. Jour et nuit les projectiles s'acharnent sur ce lambeau de terrain que nous devons défendre. Nous comprenons qu'une attaque se prépare, qu'il faut un dénouement à cette fureur.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon clientèle TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 7 avril 2011
Format: Poche Achat vérifié
Gabriel Chavallier écrit là manifestement une histoire vécue. Il nous montre toutes les atrocités de la guerre, la peur qui étreint les ventres chaque fois qu'il faut monter en première ligne, toutes les combines pour essayer de retarder ne serait-ce que de quelques minutes le moment d'affronter l'ennemi, d'autres hommes comme lui en réalité. Il est sans concession pour les gradés qui sont à l'arrière et se garde bien de passer les premiers. Quand ils ne peuvent faire autrement, ils ont, comme les autres la peur au fond des yeux et du corps. Il parle des blessures, des cadavres, de la pourriture, des odeurs... Bref, c'est la guerre de 14-18 dans sa sinistre réalité quotidienne qu'il nous raconte. J'ai beaucoup de mal, rétrospectivement, et je ne suis probablement pas la seule, à accepter cette guerre absurde où l'on n'a pas hésité à sacrifier, tant dans un camp que dans l'autre, des milliers (jusqu'à atteindre plusieurs millions) de soldats quotidiennement pour "tenir" des positions, où, outre les morts eux-mêmes, on a plongé des millions de familles dans le chagrin et la détreese et la misère. Ce roman ne fait qu'ajouter de l'eau à mon moulin. A lire et à méditer avant de décider du bien-fondé d'une guerre...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?