EUR 6,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 13 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Question : Suivi de La... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Question : Suivi de La torture au coeur de la République Poche – 6 novembre 2008

4.4 étoiles sur 5 10 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 866,00 EUR 2,34
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,60
EUR 6,60 EUR 6,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,00

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La Question : Suivi de La torture au coeur de la République
  • +
  • La Guerre sans nom : Les appelés d'Algérie (1954-1962)
Prix total: EUR 13,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

La première édition de La Question, d'Henri Alleg fut achevée d'imprimer le 12 février 1958. Des journaux qui avaient signalé l'importance du texte furent saisis. Quatre semaines plus tard, le jeudi 27 mars 1958 dans l'après-midi, les hommes du commissaire divisionnaire Mathieu, agissant sur commission rogatoire du commandant Giraud, juge d'instruction auprès du tribunal des forces armées de Paris, saisirent une partie de la septième réédition de La Question. Le récit d'Alleg a été perçu aussitôt comme emblématique par sa brièveté même, son style nu, sa sécheresse de procès-verbal qui dénonçait nommément les tortionnaires sous des initiales qui ne trompaient personne. Sa tension interne de cri maîtrisé a rendu celui-ci d'autant plus insupportable : l'horreur était dite sur le ton des classiques. La Question fut un météorite dont l'impact fit tressaillir des consciences bien au-delà des " chers professeurs ", des intellectuels et des militants. A l'instar de J'accuse, ce livre minuscule a cheminé longtemps.

Quatrième de couverture

La première édition de La question, d'Henri Alleg fut achevée d'imprimer le 12 février 1958. Des journaux qui avaient signalé l'importance du texte furent saisis. Quatre semaines plus tard, le jeudi 27 mars 1958 dans l'après-midi, les hommes du commissaire divisionnaire Mathieu, agissant sur commission rogatoire du commandant Giraud, juge d'instruction auprès du tribunal des forces armées de Paris, saisirent une partie de la septième réédition de La question. Le récit d'Alleg a été perçu aussitôt comme emblématique par sa brièveté même, son style nu, sa sécheresse de procès-verbal qui dénonçait nommément les tortionnaires sous des initiales qui ne trompaient personne. Sa tension interne de cri maîtrisé a rendu celui-ci d'autant plus insupportable : l'horreur était dite sur le ton des classiques. La question fut un météorite dont l'impact fit tressaillir des consciences bien au-delà des « chers professeurs », des intellectuels et des militants. A l'instar de J'accuse, ce livre minuscule a cheminé longtemps. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Réédition très bienvenue d'un ouvrage resté fondamental sur la torture en Algérie pratiquée de façon si libérale par un gouvernement républicain, malheureusement le nôtre, celui de la France qui se prend pour plus grande qu'elle n'est.
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Un libro para no olvidar que la iniquidad se encuentra al acecho y salta en cuanto no hay vigilancia, cuando la sociedad civil se relaja y pensamos que la democracia no está en cuestión y que podemos relajar los controles democráticos.
Es un libro terrible.
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par fawnes le 9 juillet 2004
Format: Broché
C'était le temps où, au nom de la France, on torturait à l'électricité les démocrates algériens, au premier rang desquels les communistes. La force de Henri Alleg, c'est qu'il a su rester factuel: son souci est de donner les détails les plus précis possibles, sur les pratiques et les comportements des bourreaux. Il est intéressant de constater que ce témoignage si dur, si digne, n'est jamais évoqué par aucune de ces grandes consciences pour qui les droits de l'homme ne valent que dans la mesure où ils ne contredisent pas les intérêts de l'impérialisme.
Remarque sur ce commentaire 18 sur 23 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Jean for Joel TOP 500 COMMENTATEURS le 30 avril 2010
Format: Poche Achat vérifié
le "J'accuse" de la guerre d'Algérie ; un témoignage vivant d'une sobriété exemplaire, précis et pudique, que Alleg a écrit quatre mois après sa libération -en 1957/58-, qui a bouleversé les consciences françaises et a aidé à fissurer la politique gouvernementale en Algérie Française ; il met en lumière la torture systématique -électricité, baignoire, coups, brûlures...- de leurs compatriotes afin d'obtenir des informations sur toutes personnes nuisibles ; une cruauté qui n'avait rien a envié à la gestapo ; Alleg rapporte simplement ce qu'il vient de subir dans sa chair. Un réquisitoire vraie, implacable et saisissant. Je le conseille à tous.
Remarque sur ce commentaire 7 sur 9 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Botul le 14 décembre 2012
Format: Poche Achat vérifié
Comment un homme qui est passé entre les mains de bourreaux peut quelques jours plus tard écrire un livre aussi calme, posé et réfléchi...une dénonciation, mais surtout une source d'inspiration
Remarque sur ce commentaire 3 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?