undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans ce livre justement appelé classique, mais resté éminemment moderne, le compagnon de K. Marx donne une analyse formidable de l'idéologie, de l'organisation de la société et des conditions de travail dans les premières décennies de la Révolution Industrielle (RI) en Grande-Bretagne au 19ème siècle.

La loi d'Engel (pas d'Engels)
La RI a provoqué la plus grande migration de populations dans l'histoire du monde: du village (l'agriculture) vers la ville (l'industrie). Ce trafic sans fin de pauvres gens à la recherche du travail a permis aux industriels de maintenir des salaires extrêmement bas, tous justes au-dessus du minimum vital. En un mot: le prolétariat était né. Les industriels étaient maintenant dans une situation beaucoup plus favorable que sous le féodalisme (l'esclavage), parce qu'ils pouvaient licencier leur personnel.

Idéologie
Les premières décennies de la RI ont été caractérisées par un capitalisme pur et dur (laissez-faire). Non seulement les propriétaires se battaient contre les ouvriers, mais les proprietaires et les ouvriers se battaient entre eux. C'etait la guerre de chacun contre tous. Le résultat en était prévisible: de moins en moins de propriétaires et de plus en plus de prolétaires. En outre, la théorie démographique de Malthus pouvait servir d'excuse pour laisser mourir les démunis.

L'organisation de l'Etat
Une anarchie sans bornes eut été la société parfaite pour les propriétaires. Mais ils comprenaient très vite qu'un système pareil était très dangereux: il fallait contrôler la masse des prolétaires. Pour faire cela, ils ont utilisé l'Etat, et son gouvernement. Cet Etat restait ultra libéral: tout le monde était parfaitement libre d'organiser sa vie; mais il n'y avait ni de sécurité sociale, ni de démocratie, ni d'enseignement obligatoire.

Les conditions de travail et les réactions
Les conditions de travail étaient épouvantables. C'etait vraiment l'enfer sur terre. Des enfants de 4 ans travaillaient dans les mines. Un mineur de plus de 50 ans etait une rareté.
Les ouvriers essayaient d'améliorer leurs conditions de vie en formant (d'abord en secret) des syndicats pour pouvoir négocier collectivement avec les patrons. Ils se battaient pour le suffrage universel, des élections régulières, le vote secret, des rémunérations pour les membres du Parlement et des circonscriptions électorales équilibrées. De l'autre côté, les nantis commençaient à comprendre qu'il etait également dans leur intérêt d'améliorer les conditions de vie des démunis, ne fut ce que pour protéger leurs familles contre des maladies et des épidémies (variole, typhus, choléra).

Ce livre nous donne une image de F. Engels d'un vrai moraliste, qui défend en fin de compte la cause de l'humanité toute entière contre un système d'exploitation foncièrement inhumain.
Son livre nous rappelle d'où nous sortons tous et que des situations déplorables décrites ici existent encore dans beaucoup de régions sur notre planète.
A lire absolument par tous ceux qui sont intéressés par l'histoire de l'humanité.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2011
Je suis fan de Dickens, et ai voulu mieux comprendre et me rendre compte de la vie des "petites" gens de cette époque. J'en suis resté bouche bée! Les classes laborieuses sont bien des êtres humains, mais il faut le lire pour se dire qu'ils ont bien vécu comme celà! On est loin du roman!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2011
Comment comprendre la cruauté du monde ; ce qui était dans l'Angleterre de 1845 ,est de nos jours chez les "petits dragons " , terrifiant et édifiant !!!!!!!!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)