Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

La Société de consommation : Ses mythes, ses structures (Collection Idées) Broché – 1974


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"

Offres spéciales et liens associés



Détails sur le produit

  • Broché: 318 pages
  • Editeur : Gallimard (1974)
  • Langue : Français
  • ASIN: B000WM0LLE
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (17 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.428.179 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

52 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ferreira Philippe le 16 décembre 2002
Format: Poche
Re-découvert peu à peu par le grand public, Baudrillard est l'un des penseurs majeurs pour comprendre notre société et ses constructions symbolique.
"La société de consommation" est un ouvrage cruellement contemporain, essentiel pour tous ceux qui s'interrogent sur la nature de la contestation anti-consumériste (voire anti-mondialiste).
Fidèle à son style cynique et lucide, Baudrillard nous donne les outils nécessaires pour pourvoir participer au débats d'actualité, décoder les ressorts des discours "politiquement corrects", et se forger sa propre opinion critique et objective.
Une démonstration limpide qui vous fera porter un autre regard sur "No logo : La Tyrannie des marques" de Naomi Klein, à lire en parallèle, en guise de travail pratique...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
28 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bibliophilette TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 21 novembre 2008
Format: Poche
Analyse dense, complexe et minutieuse de la société de consommation telle qu'elle apparaissait à la fin des années 60 - début des années 70. Intéressant à lire, presque 40 ans plus tard, pour constater comment Baudrillard avait très bien analysé certaines tendances qui se sont affirmées depuis. Il avait prédit par exemple la tyrannie grandissante du savoir-être et de la relation, l'hédonisme, l'affectivité envahissante et l'infantilisation ; la fatigue généralisée et la hausse des depressions et des conduites addictives ; la vacuité impossible des loisirs et du temps libre et l'accélération du rapport au temps ; ou l'augmentation des inégalités.
Toutefois la plupart des thèmes abordés ont bien sûr été repris, développés et actualisés depuis par de nombreux auteurs. Par conséquent, à part peut-être pour certains concepts particulièrement bien analysés comme la violence inhérente à la société de consommation ou l'illusion d'une société d'abondance qui reste en fait une société de pénurie, l'essai de Baudrillard, n'est sans doute pas indispensable, sauf pour les spécialistes et les étudiants en sociologie. Souvent ardue, la pensée foisonnante et complexe de l'auteur est parfois difficile à suivre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Susini le 10 juillet 2009
Format: Poche
Même si il a été écrit il y a prêt de 30 ans, cet essai reste d'actualité et très intéressant.
Lecture assez ardue quand même.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Damien Pelissier le 26 mai 2010
Format: Poche Achat vérifié
l'auteur, philosophe et sociologue de gauche, critique de façon toujours constructive et juste les dérives de la société, de l'économie et des médias ; à part certaines expressions techniques, mais qui se comprennent en prenant le temps de réfléchir, ou des répétitions pesantes, l'ouvrage est lisible et intéressant (il demande un certain effort à la fin de la première partie), permettant de penser des mesures politiques à mener en opposition à ce que Baudrillard constate ; il démontre en quoi, dès la naissance à la mort on va être endoctriné pour penser consommation (et capitalisme), des jouets, notamment la poupée barbie, à l'école, puis avec les médias et la pub ; pour pouvoir se dire anticapitaliste, ou tout simplement citoyen conscient, il est essentiel de lire ce livre et d'écrire les notes de réflexion qui viennent en tête
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par B. BOURGEON le 6 juin 2010
Format: Poche
Jean Beaudrillard, Sociologue et philosophe nous expose une vision très critique de la société de consommation dans laquelle nous vivons.
Sa critique, ironique parfois sarcastique, nous conduit le long d'une réflexion qui par le phénomène de rationalisation (développé dans "le système de objets), nous montre tout l'excédent à la consommation dit, par lui-même, "fécal".

La théorie de la rationalisation de notre chère Max Webber pourrait y trouver ici un bel exemple contemporain.
Lecture plaisante, amusante parfois sous un style qui demande toutefois une attention particulière, celle-ci révèle non pas sur sa forme, mais sur le fond une vision plus qu'intéressante sur le fonctionnement abusif de notre société.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par gb68 TOP 500 COMMENTATEURS le 25 octobre 2013
Format: Poche
Le livre « La société de consommation » de Jean Baudrillard, publié en 1970, fut suffisamment visionnaire et conceptuel pour rester totalement d'actualité à ce jour.

La première partie du livre (Liturgie formelle de l'objet) s'ouvre sur le constat, encore amplifié aujourd'hui, de la multiplication des objets, des services, des biens matériels et des messages. Avec une grille de lecture de sociologie du marketing, les objets s'imposent à nous en collection et en panoplie. A leur profit, nos besoins sont décomposés et quantifiés, de manière à pouvoir être paramétrés. Notre consommation peut donc être mesurée et notre satisfaction communiquée sous forme de signes associés aux objets. Au-delà, ce qui est à l'oeuvre c'est le renversement de perspective d'un ordre de consommation dictant un ordre de production, d'abondance et de croissance reposant sur le mythe de la mesure par le PIB.

La deuxième partie (Théorie de la consommation) reprend les aspects précédemment évoqués et s'attache à nous montrer le processus reliant l'utilité économique, la conformité sociologique et le besoin de consommation. Savoir et pouvoir deviennent des biens rares, les actions de l'individu étant livrées à l'approbation de la signification sociale et devant se conformer à un code commun. La liquidation des liens personnels s'effectue sur l'autel de la nécessaire production de relations sociales, de réseaux sociaux monopolistiques. Loi morale et loi du marché, antagonismes individuels et contrôles bureaucratiques.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?