EUR 14,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Soif Broché – 1 octobre 2004


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,10
EUR 14,10 EUR 1,39

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Soif + La glace
Prix pour les deux : EUR 21,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Constantin, dit Kostia, un jeune bidasse russe est revenu de son service militaire en Tchétchénie le visage monstrueusement brûlé après l'attaque de son tank par les boeiviki. Pour oublier, Kostia, dont le visage terrorise les enfants, va se mettre à boire comme seuls les Russes savent le faire... à mort. Suivant ainsi l'enseignement d'un peintre raté, qui lui apprit deux choses boire de la vodka sans simagrées (lui-même souffre d'une soif inextinguible) et ouvrir ses yeux au monde pour mieux le peindre. Un voyage entrepris avec deux de ses camarades partis à la recherche du quatrième rescapé de l'équipage de tankistes qu'ils formaient en Tchétchénie sauvera Kostia de la plongée dans le néant éthylique. Dans ce périple à travers les villes russes, leurs gares, leurs rues, leurs faunes, Kostia mettra en pratique la seconde leçon essentielle de son maître : apprendre à voir, donc à dessiner, donc à vivre.

Biographie de l'auteur

Andreï Guelassimov est né en 1965 à Irkoutsk. Après des études de lettres, il part à Moscou suivre les cours du prestigieux metteur en scène Anatoli Vassiliev. Rompant avec le théâtre, il soutient une thèse sur Oscar Wilde, et enseigne pendant dix ans la littérature anglo-américaine. Son premier livre, Fox Malder a une tête de cochon, publié en 2001, retient aussitôt l'attention. La Soif, sont deuxième ouvrage confirme sa place sur la scène littéraire russe.


Détails sur le produit

  • Broché: 130 pages
  • Editeur : Actes Sud (1 octobre 2004)
  • Collection : Lettres russes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742752463
  • ISBN-13: 978-2742752461
  • Dimensions du produit: 10 x 1 x 18,9 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 800.785 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par channe.jeff TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 11 juin 2005
Format: Broché
Comme un coup de poing dans le ventre, comme une vodka cul sec sur un estomac vide... Kostia, le jeune soldat en dérive après le retour de tchétchénie, le visage et le corps brulé. Le visage défiguré surtout, Kostia qui est appelé par sa voisine quand son petit gamin n'est pas sage, pour lui faire peur. Kostia noid son chagrin dans une soif immense et impossible à combler de vodka. En dérive, il l'était déjà avant, comme s'il savait ce qui l'attendait. Ce qui l'a retenu un temps, un professeur qui lui révèle sa capacité à dessiner. Son talent. Et puis l'abandon, et puis la guerre. La perestroïka n'est pas rose pour tout le monde. Il y a ceux qui savent se couler dans le flot de l'argent facile, de l'argent qui tue, et les autres.
Kostia sera rattrapé au bord du vide par des amis. Ceux qui l'ont accompagné dans cette sale guerre. En cherchant l'un d'eux qui a disparu, Kostia retrouve son père, son petit frère et sa soeur et puis enfin toute l'humanité. Kostia retrouve son trait de dessin, ce trait sur lequel il peut avancer comme un funambule de la vie mais avancer quand même sans le rempart de la vodka qui tue.
A lire pour l'écriture aussi, le style abrupt et comme une conversation, qui suit les états d'âmes et les souvenirs;
Lecture fluide et facile néanmoins.
A lire pour savoir ce que ne nous raconte pas les journaux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?