undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles14
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:2,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 septembre 2004
Bien malin celui qui pourra classer ce chef d'oeuvre dans une catégorie. Tout ce qu'en disent les critiques est vrai: roman bourgeoisn récit d'un itinéraire initiatique, prise de conscience de la Russie en formation par elle-même, oeuvre jubilatoire qui exprime un plaisir d'écrire exceptionnel et nous le donne à partager... Ily a, il y aura toujours quelque chose de plus à ajouter. Iegoroutchka, en route vers le collège, l'internat, l'éducation, traverse la steppe et, ce faisant, distend le cordon ombilical en même temps qu'il découvre son pays, âpre, beau, inquiétant, et peuplé, le mot est excessif, de bien drôles de gens. Oui, mais la nature elle-même semble dotée d'une vie singulière: "... lorsque le soleil commença à baisser vers l'ouest, les collines, la steppe et l'air lui-même ne purentplus supporter leur accablement. A bout de forces, exténués, ils tentèrent de secouer leur joug. Un nuage bouclé, d'un gris cendré, émergea inopinément de derrière les collines . Il échangea un coup d'oeil avec la steppe, comme pour lui dire: je suis prêt, et prit un air menaçant..." " Où est la déformation, dans l'oeil de l'enfant ou dans notre propre regard blasé? Il faut prendre ce récit unique, inouï, dans la totalité de ses harmoniques, et accepter d'affronter la poésie et le lyrisme à l'état pur. Un texte vraiment inépuisable.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tchekov, outre ses pièces de théâtre, est un brillant créateur de courtes nouvelles. La steppe, plus longue, est considérée comme une oeuvre majeure, surtout par les Russes. Et quelle que soit la traduction, le lecteur français peut difficilement apprécier tout ce que peut ressentir un Russe en le lisant.
Tchekov y dresse en effet le tableau d'une Russie profonde, et vaste celle du peuple : misérable, croyant, cruel, simple, généreux, ... A travers ses multiples portraits minutieux et vivants vus par les yeux du jeune Igor qui traverse la Steppe et découvre ce pays, le sien. C'est à la fin que l'on apprend le nom de famille du garçon : Lomonossov. S'il a choisi ce nom, celui d'une personnage extraordinaire, fils de paysan, parti à pied de son village pour aller étudier, c'est queTchekov cherche à en faire un récit exemplaire. Igor, le petit héros, va lui aussi quitter le peuple ancestral pour réussir -probablement- en étudiant ; mais il doit se détacher de sa famille et de l'inertie de ce peuple quite à faire des sacrifices.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2014
Ce court roman (ou cette longue nouvelle !) est un moment magique de lecture.
Tout le style de Tchekhov est dans ce texte magnifique : une concision extraordinaire, des personnages crédibles et très humains, une description poétique et sensible de la nature, un humanisme fraternel, ...
Comme toujours avec l'auteur rien n'est expliqué, indiqué ou imposé ; tout est seulement suggéré. C'est au lecteur de trouver sa (ou ses) propre(s) morale(s) ou conclusion(s) au récit. En effet, Tchekhov pensait que le rôle de l'artiste était de poser des questions et non d'y répondre.
Ce récit est une épopée au sens propre (c'est une aventure au yeux d'un enfant) et au sens figuré (passage de l'enfance à l'adolescence).
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2014
La Steppe est le récit du voyage initiatique d'un jeune garçon, Igor, en route pour le lycée à travers les steppes de la Russie profonde.

C'est l'été, le temps des moissons, et en compagnie de son oncle, le jeune héros va découvrir la magie de la steppe de nuit ou dans le brouillard, nature et grands espaces au rendez-vous, mais tout compte fait finalement peu d'action: de longues rêveries et une ambiance très contemplative.

Salle 6 est le récit d'une descente aux enfers.

Au travers du destin d'un médecin , un état des lieux de la psychiatrie en Russie à la fin du XIX° siècle.
Des patients laissés sans soins, battus pour "maintenir l'ordre" dans des hôpitaux délabrés, sales et puants, où l'on manque de tout.

Le parcours du personnage principal est à l'unisson, il se sent impuissant et inutile et après une lente dégradation de son moral il finira par retourner Salle 6 et cette fois de l'autre côté de la barrière, comme patient, et y trouvera la mort, quasiment abandonné de tous.

L'évêque est âgé et surmené et s'échappe quand il le peut en pensant avec nostalgie à son enfance, à sa jeunesse, à sa mère qu'il n'a pas vu depuis es années.
Et quand elle vient le voir, il pleure, mais comme les autres, elle le traite avec déférence et manque de sincérité.
C'est seulement quand une grave hémorragie le terrasse qu'elle le voit à nouveau comme son fils, mais il est trop tard: sa raison l'abandonne.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La Steppe/Anton Tchekhov
Anton Pavlovitch Tchekhov (1860-1904) s’est inspiré de souvenirs d’enfance pour écrire en 1888 cette chronique relatant son premier grand voyage au cœur de l’été à travers les vastes horizons de la steppe russe, des espaces immenses et mornes.
L’ennui relatif alternant avec l’émerveillement que connaît le jeune Iegorouchka alors âgé de 10 ans a vite fait de gagner le lecteur non averti : en effet le récit est lent comme le voyage en charrette tirée par des chevaux, le jeune garçon découvrant la nature, les arbres, les fleurs, les oiseaux.
Pour le jeune Iegorouchka, c’est le début d’une nouvelle vie puisqu’il se rend à la ville pour étudier au lycée. Il quitte sa mère pour la première fois.
Au fil des rencontres de marchands et de pêcheurs, de bergers et de cavaliers, il découvre la vie. Il va grandir. Il est accompagné de Ivan un commerçant et de Khristophor un prêtre.
Le style de Tchekhov est certes poétique et délicat pour évoquer cette flore et cette faune, entre outardes et milans, vanneaux et pluviers, gerboises et perdreaux. Mais que de longueurs…
Il faut en fait considérer ce texte très bien écrit comme un long poème.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2010
Nouvelles bien traduites, la steppe nous entraîne à la suite du petit Yégor à travers un paysage tantôt animé par les petits animaux tantôt inquiétant, atmosphère russe, prenante.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2014
Prendre le temps de lire chaque ligne, d'apprécier les descriptions des paysages, et les portraits de vrais gens, de vrais russes. Un petit enfant au milieu de tout cela et la magie opère...Environ 4 heures de lecture tranquille.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2016
Je suis désolé d'écrire cette critique négative mais je n'ai pas fin ce court livre malgré mon envie de découvrir cet auteur majeur. Que de description longue et si peu de situation.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2016
Voilà un texte court (mais encore un peu trop long quand même) dans lequel, tout comme dans les autres écrits de Tchekhov, il ne se passe pas grand chose. Pourtant c'est ce "pas grand chose" qui raconte la vie de personnages tellement ordinaires qu'ils en deviennent héros malgré eux et qui fait qu'on poursuit la lecture... en ayant hâte d'arriver au point final.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2015
Un court récit qui figure pourtant parmi les classiques de la grande littérature russe. Bien qu'il ait été écrit par un tout jeune écrivain, cette histoire mérite de figurer auprès des nouvelles de Gogol ou de Bounine. Un "roman d'apprentissage" qui dépeint, pour ceux qui s'intéressent à l'histoire de la grande Russie, la vie des campagnes à l'époque des Tsars.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,05 €
2,00 €
8,20 €