undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles51
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 septembre 2009
"La ballade de l'impossible" - beau titre curieusement en décalage avec le thème apparent du livre de Murakami - est ce qu'on appelle aujourd'hui un roman "déceptif", c'est-à-dire trompeur, qui a en outre un drôle d'effet sur son lecteur : voilà un livre où il ne se passe pas grand chose, mais qu'on dévore comme un thriller. C'est aussi un livre assez classique "d'apprentissage" de la vie - qu'on imagine autobiographique - dans une veine assez Salingerienne (c'est l'une des deux références sur la couverture, l'autre étant Scott Fitzgerald, pour l'élégance mélancolique et la pudeur sensuelle des sentiments, je suppose), à la fin duquel on n'a finalement rien appris, si ce n'est la profondeur du désespoir et de l'impossibilité de sentir vraiment le monde et les autres. C'est un livre sur l'amour et sur le sexe, dans lequel l'amour est revêtu des oripeaux de l'amitié et le sexe se réduit à de pauvres branlettes et fellations. C'est un livre sur la passion, mais une passion glacée, vitrifiée plutôt, aussi bien derrière les conventions sociales japonaises, mais aussi une indéniable incapacité du "héros" à se laisser aller à exprimer quoi que ce soit de ce qui le dévore littéralement. C'est donc un livre aussi merveilleux dans son absolue précision émotionnelle que frustrant de par la terrible impuissance amoureuse qui s'en dégage. Au fond, ce que nous dit Murakami en souriant tristement et calmement, c'est que tout est déjà perdu d'avance.
22 commentaires|60 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2003
Ce roman est un des premiers de Murakami, qui a fait de lui une vedette nationale au début des années 1990. A l'époque, lycéenne, je me refusais évidemment à l'ouvrir à cause de son succès commercial. Mais je l'ai lu, en France, cette année, il y a un mois, et ne cesse de le relire. Je me surprends à pleurer face à cette délicatesse de style et d'images. Le style qui me semblait snob et guindé il y a plus de dix ans, se révèle dénotant une discrète confession de l'identité, une pudique aspiration à l'authenticité. Offrons-le à quelqu'un que nous aimons secrètement...
0Commentaire|60 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2007
Haruki Murakami prend le pouls de son lecteur pendant toute la première partie, l'intégrant lentement dans l'atmosphère estudiantine, où chacun peut se sentir très seul : l'amitié est rare pour ceux qui se sentent un peu à part, la prise de conscience de la mort faisant partie intégrante de la vie est brutale, le deuil difficile, voire impossible pour les êtres les plus fragiles, la communication avec les autres compliquée, d'autant qu'on ne se comprend pas soi-même... et l'amour, l'amour ne se devine pas au premier coup, lorsqu'on est à cet âge aveuglé par d'autres préoccupations. Ainsi, Haruki Murakami a dépeint une kyrielle de personnalités en lutte avec elles-mêmes : Watanabe, solitaire, grand amateur de Gatsby le magnifique, tiraillé par ses pulsions érotiques, le facho, maniaque passionné de cartographie, Nagasawa, personnage charismatique dont la vie comme la carrière n'est qu'un jeu, réussissant tout sans en tirer de satisfaction, Naoko, hantée par ses morts, quasi vierge au corps magnifique, Midori, jeune étudiante délurée en quête d'amour et d'attention, et Reiko, ancienne pianiste d'âge mûr, rayonnante, alors qu'elle reste persuadée de ne plus qu'être l'ombre de ce qu'elle aurait pu être. Quelle détresse poétique exhale ce roman, faisant succomber la plupart de ses adolescents à la tentation du suicide ! Car c'est un véritable roman d'apprentissage que voici, ses protagonistes devant surmonter la solitude, la souffrance et la mort de leurs proches, pour embrasser la vie et l'âge adulte, et enfin vivre pleinement leur amour. Un roman d'une remarquable sensibilité.
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Est-ce parce qu'il s'agit du premier roman japonais que j'ai eu l'occasion de lire que La Ballade de l'Impossible trône fièrement dans ma liste de favori, toute littérature confondue? Peut-être... Cependant, c'est un livre fabuleux traitant entre autre de la complexité des sentiments amoureux, de la mort, et de la vie d'un étudiant japonais pendant les années 70.
L'histoire est racontée grâce à une écriture simple, avec beaucoup de tendresse, au point que les personnages qui nous sont présentés ne peuvent que hanter notre esprit pour toujours. si l'on veut vraiment trouver un défaut au livre, je dirais certaines longueurs qui auraient pu être supprimées... mais après avoir refermé le livre, j'étais déçu que tout soit déjà fini!
Je conseille vivement ce roman pour les personnes souhaitant découvrir la littérature japonaise qui nous cache beaucoup d'œuvre fantastique qui mériterait d'être plus connu. A noter l'adaptation en film du récit qui est certes loin d'être aussi bon que le roman de Haruki Murakami, mais qui mérite d'être vue.
Pour terminer, ce roman m'a donné envie d'en découvrir plus de cet auteur, ce que j'ai fait dès le lendemain. Puis, j'ai découvert d'autres auteurs japonais, etc...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2004
Assurement un livre qui marque pour longtemps (toujours ?) ceux qui le lise. Une histoire d'Amour faite de finesse et de mesure et qui parvient à bouleverser par sa force et sa puissance. J'ai decouvert Mirakami grace à ce livre, il y a moins d'un an. Aujourd'hui j'ai lu toute son oeuvre. L'amour est eternel, son effet reste intact à chaque lecture.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"La ballade de l'impossible" est le premier roman de Murakami et un des rares romans japonais que j'ai lus. Je n'ai pas pu résister à l'étrangeté et la beauté de ce titre.

La subtilité du style, la sincérité de l'écriture et la finesse psychologique de l'auteur sont bouleversantes. "La ballade de l'impossible" m'est apparue comme une promenade poétique au plus près des âmes. Tous les personnages sont excessivement bien construits. Ils sont souvent décalés sans être des caricatures. Ils cherchent qui ils sont et comment le communiquer aux autres. De la joie à la souffrance, des considérations métaphysiques au déroulement du quotidien, nous suivons le parcours de leurs corps et de leurs coeurs. En eux la découverte de la vie semble irrémédiablement s'opposer à l'attraction de la mort, face à laquelle nous nous sentons parfois impuissants.

Le contexte japonais donne une touche légèrement exotique mais le texte dépasse largement les frontières et livre un message universel. C'est un roman d'apprentissage certes mais je trouve complètement injustifié de le réduire à une lecture d'adolescence. C'est pour moi un très beau texte tout simplement.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une chanson entendue dans un avions ramène Watanabe à ses souvenirs de sa période 18-20 ans.
Période initiatique de sa vie où 3 femmes vont avoir une grande importance pour lui...
Watanabe est un garçon solitaire, peu sociable mais profondement sensible.... les rares amis qu'il va cotoyer sont tous assez originaux et les 3 femmes/filles autour desquelles sa vie va tourner pendant ces 2 annees le sont tout autant..
Rien n'est simple, ce roman parle d'amour, de sexe... d'amour sans sexe, de sexe sans amour, de recherche de soi... beaucoup de mort également...
L'atmosphère de ce roman est assez étrange et déroutant, le ryhme est lent (un peu difficile de rentrer dedans au début), plutôt sombre mais aussi plein de délicatesse et de poésie.
Les personnages finissent par s'avérer très attachants, même si on a souvent du mal à comprendre leur fonctionnement, leur façon de penser...
Eu parfois l'impression qu'il me manquait certaines clés de contexte pour bien completement appréhender cette histoire... un décalage dû au pays (le japon) ou/et à l'époque (les années 68-70)?... Mais malgré cela les personnages ont su me toucher...... et rester présents même après avoir refermé le livre..
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2004
Cette oeuvre, qui comporte sans doute une part autobiographique, est impressionnante de délicatesse et de force. A travers les errances, et les souffrances de Watanabe, c'est un parcours initiatique amoureux qui se dessine et que l'on suit avec fascination. Les différents personnages, tant celui de Watanabe que ceux des trois femmes dont les destins s'entremêlent avec le sien sont superbes et touchants.
Un très beau livre d'amour.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2010
Haruki Murakami vous emporte dans un monde plein de sensibilité, de nostalgie et d'humour. Le héros va découvrir la complexité et la force des histoires d'amours croisées sur un fond musical composé par les beatles. La description du japon des années 60-70 est éblouissante. Le tempo du roman fait de sa lecture un véritable régal. Bravo à Rose-Marie Makino-Fayolle pour sa traduction.
Salinger a son équivalent au japon!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2014
Le roman s’ouvre sur une ballade entre le héros et sa petite amie dans une prairie où est dissimulé un puits très profond. Si on tombe dans ce puits, aucune chance d’en réchapper et on meurt seul car personne ne sait où il se trouve. Et cette image du puits va nous poursuivre tout au long de l’histoire. Car au-delà de la vie tout à fait anodine du héros, jeune étudiant japonais des années 70 qui partage son temps entre littérature, musique et sorties entre amis, Murakami évoque nos terreurs, nos angoisses, nos interrogations douloureuses de l’adolescence : mort, solitude, absurdité de la vie, impermanence de l’amour,… Car autour du héros, le monde va mal : son meilleur ami se suicide sans en avoir rien laissé paraitre, son amie perd pied, son colocataire disparait de façon inexplicable lui aussi, une nouvelle amie est confrontée à la maladie de ses deux parents, … Les personnages sont tous un peu déjantés, dans ce Japon normatif à l’excès qui les voudrait tous semblables.

Et pourtant, le héros découvrira des raisons de continuer la route et choisira la vie …
Même si cela se termine en « happy end », c’est un roman très noir, très dur, parce qu’il fait écho à nos blessures enfouies …
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)