EUR 24,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La chute de Rome a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La chute de Rome Broché – 20 février 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,90
EUR 24,90

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La chute de Rome + Les derniers jours : La fin de l'empire romain d'Occident
Prix pour les deux : EUR 51,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

À Ravenne, le 4 septembre 476, le jeune empereur Romulus Augustule – " le petit Auguste " – est contraint d'abdiquer par Odoacre, roi des Hérules – un peuple germanique venu de Scandinavie s'installer sur les bords de la mer Noire. L'empire d'Occident disparaît, ce qui est vécu comme une fin du monde par les habitants de l'aire culturelle et politique romaine. Quinze siècles plus tard ce tournant capital de l'Histoire reste fascinant et mal connu. Parler de la chute de Rome, des grandes invasions et du remodelage tumultueux de l'Europe par les royaumes barbares, c'est aussi s'interroger sur notre propre culture, sur les identités nationales et sur la hantise du déclin. Faut-il parler d'un soudain basculement dans les " âges sombres " ou ne voir, au contraire, dans les temps troublés de l'Antiquité tardive, qu'une turbulente période de mutation ?

Biographie de l'auteur

Né à Rome, où il a grandi, fils d'archéologue et archéologue lui-même, Bryan Ward-Perkins s'est imposé comme l'un des meilleurs spécialistes de la fin de l'empire romain et des débuts du Moyen Âge. Il enseigne à l'Université d'Oxford. Le prix Hessell-Tiltman pour l'Histoire lui a été remis en 2006 pour La Chute de Rome.


Détails sur le produit

  • Broché: 361 pages
  • Editeur : Alma Editeur (20 février 2014)
  • Collection : Essai Histoire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2362791009
  • ISBN-13: 978-2362791000
  • Dimensions du produit: 18,5 x 2,4 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 60.933 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par MK Scarlett le 3 juillet 2014
Format: Broché Achat vérifié
Dans le chapitre VI "Why the demise of comfort" et son sous-chapitre intitulé "The danger of specialization" tiré du livre original, voici ce que l'on peut lire en anglais pour le dernier paragraphe du chapitre VI (page 137 du livre original) :

"The enormity of the economic disintegration that occurred at the end of the empire was almost certainly a direct result of this specialization. The post-Roman world reverted to levels of economic simplicity, lower even than those of immediately pre-Roman times, with little movement of goods, poor housing, and only the most basic manufactured items. The sophistication of the Roman period, by spreading high-quality goods widely in society, had destroyed the local skills and local networks that, in pre-Roman times, had provided lower-level economic complexity. It took centuries for people in the former empire to reacquire the skills and the regional networks that would take them back to these pre-Roman levels of sophistication. Ironically, viewed from the perspective of fifth-century Britain and of most of the sixth- and seventh-century Mediterranean, the Roman experience had been highly damaging."

Ce paragraphe a été traduit par (pages 231-232) :

"La sophistication de la période romaine, en diffusant à grande échelle des biens de consommation d’excellente qualité, avait détruit les savoir-faire et les réseaux locaux qui, aux temps pré-romains, avaient assuré l’existence d’une économie assez achevée bien que plus rudimentaire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Proisy Jean Claude TOP 1000 COMMENTATEURS le 6 mai 2014
Format: Broché Achat vérifié
Cela fait près de 1600 ans que les auteurs fascinés par la chute de l'Empire Romain d'Occident ont échafaudé de scenarii multiples plus ou moins brutaux; fallait-il un nouveau récit de cette disparition ? Car on ne compte plus les nombreux livres édités aujourd'hui justifiés, semble-t-il, par le sentiment d'un probable changement de civilisation en Occident.Bryan Ward-Perkins est Américain et pratique un esprit empirique loin des modes.Il considère , en s'appuyant sur les récentes découvertes archéologiques et plus précisément le recueil de simples matériaux de tous les jours (poteries, tuiles , amphores, etc..qui permettent d'étudier les structures industrielles de l'époque et la nature d' échanges que nous qualifierions aujourd'hui de mondialisés entre des pays industriellement et économiquement spécialisés )que ce qu'on a l'habitude d'appeler "antiquité tardive" est une période de mutation profonde, une rupture traumatisante et non une simple transition entre l'Antiquité et le Moyen Âge :ce fut l'effondrement immédiat d'une civilisation brillante . Tant sur les plans économiques; technologiques, urbanistiques, de l'innovation, industriels, etc.., il fallut attendre plusieurs siècles en Europe pour atteindre le même niveau d'organisation . Il montre comment cette chute fut violente et on retrouvera dans ses démonstrations quelques thèmes qui pourraient être d'actualité. Certains politiques aujourd'hui ne clament-ils pas l'opportunité de changer de civilisation en apprentis sorciers sans en prévoir les dangers? Ce livre leur permettrait certainement d'y réfléchir avec raison....
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par David le 14 juillet 2014
Format: Broché Achat vérifié
Un bon livre, convaincant, qui rejette l'idée d'une "antiquité tardive" et d'une fin en douceur et consentie de l'Empire romain, qui se serait éteint doucement en collaboration avec les barbares. L'argumentation utilise toutes les sources, avec un large apport de l'archéologie, pour montrer la perte, par exemple l'effondrement du "niveau de vie", qu'a constitué la destruction de l'Empire à l'ouest. Il montre aussi que l'Empire d'orient connaissait un âge d'or alors que Rome était tombée.
Le propos est nuancé et se lit sans passion mais plaisamment. Le livre n'est pas trop long, l'auteur livre ses travaux sans tirer à la ligne, ce qui est appréciable.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par J-P Télamon le 17 mai 2014
Format: Broché Achat vérifié
L'auteur reprend à zéro les nombreux essais visant à reconstituer la manière dont s'est réalisée le déclin et la chute des l'Empire romain d'occident. Il apporte nombre de faits matériels nouveaux que Gibbon et autres historiens ne pouvaient connaître de leur temps. Surtout, il éclaire l'évolution des idéologies qui, consciemment ou pas, vise tantôt à mettre le déclin de Rome sur sa seule incapacité à survivre, en Occident et en Orient simultanément, tantôt, les germains sont présentés comme des entrants en occident avec modération et envie d'intégration douce. Et ignore la longue survivance de l'Empire d'Orient...
J'ai retenu de ma lecture à quel point, l'histoire est manipulée par les pouvoirs politiques, hier comme aujourd'hui. Que notre esprit critique doit constamment s'exercer. J'aimerais que Bryan Ward-perkins consacre aussi son immense talent, et son humour, à l'époque moderne, de 1938 à 1950 par exemple. Que de surprises il nous livrerait !
Lecture indispensable, après Gibbon. Merci Monsieur B W-perkins
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?