ARRAY(0xa520bdf8)


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 6,95
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La cuisine note à note [Broché]

Hervé This
4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
Prix conseillé : EUR 19,90
Prix : EUR 18,91 LIVRAISON GRATUITE En savoir plus.
Économisez : EUR 0,99 (5%)
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 19 avril ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

LA CUISINE NOTE À NOTE EST UNE ÉVIDENCE

AU DÉBUT, IL Y A LA CUISINE... MAIS LAQUELLE ?

La cuisine note à note ? Faites-moi confiance : j'utilise toujours les mots pour ce qu'ils signifient... mais je ne néglige pas les métaphores. Dans «cuisine note à note», il y a le mot «cuisine». Note à note peut-être, mais d'abord cuisine ! Le mot désigne une pièce, certes, mais surtout une activité qui est bien décrite par le titre du livre La cuisine, c'est de l'amour, de l'art, de la technique. Oui, l'activité de la cuisinière, du cuisinier, c'est premièrement donner de l'amour (réel ou feint, mais on devine que je prône une certaine simplicité du coeur) aux convives ; puis de faire «bon» ; et, enfin, de satisfaire à des critères techniques.
Commençons par le plus simple, la composante technique : l'activité culinaire se manifeste matériellement comme une série d'opérations, à savoir couper, chauffer, broyer, filtrer, évaporer, assembler, fondre, mixer, émulsionner, mélanger, foisonner... Tous termes que, par parenthèses, on retrouve à l'identique dans cette science merveilleuse qu'est la chimie ! Il n'y a d'ailleurs pas lieu de s'en étonner : la chimie, comme la cuisine, a une composante technique. Ce qui nous conduit à comprendre que la parenthèse que nous avons ouverte est en réalité plus qu'accessoire : puisque la chimie, qui a une composante technique, n'est pas une technique (la technique, c'est le «faire»), mais une science (la recherche des mécanismes des phénomènes, en vue de produire de la connaissance, donc), que signifie qu'on trouve de la technique en cuisine ? La cuisine ne serait-elle pas une technique, comme on l'a prétendu, mais une activité plus complexe, non réductible à la technique culinaire ?
Si la cuisine n'était qu'une technique, ce serait une activité bien triste... car une machine suffirait à couper, chauffer, broyer, filtrer, évaporer, assembler, etc. Mieux encore : une machine fait souvent mieux qu'un humain la partie technique du travail culinaire ! En réalité, la cuisine s'embellit, par-dessus la couche technique, d'une composante artistique : il s'agit que les mets soient «bons», c'est-à-dire «beaux à manger». Effectivement la technique est un outil, pas une fin... et la question de la cuisine devient bien plus intéressante que sa seule composante technique. Oui, il y a toujours une composante artistique, en cuisine !

Activité technique, activité artistique : la cuisine n'est-elle que cela ? Non : le plus «beau» des plats jeté à la tête des convives ne serait pas bon, parce que nous mangeons moins des aliments que l'amour de la cuisinière ou du cuisinier, tout autant d'ailleurs que l'amour des commensaux. Commençons avec des derniers : c'est une évidence à répéter qu'un repas d'affaire avec des salauds n'est pas bon (on dit justement qu'«il ne faut pas manger avec le diable, même avec une grande fourchette»), ne peut être bon, tandis qu'un frugal casse-croûte avec de bons amis peut être un des plus beaux moments de la vie. Nous ne sommes pas des êtres «mangeants», au sens du manger animal, mais des êtres sociaux, doués de parole de surcroît, et c'est la réunion des convives (on parle même de «communion», chez les Gourmands), jointe à la conversation (notamment), qui fait le bonheur des moments passés à table. Ce que précisait le cuisinier Pierre François de La Varenne : «Les morceaux caquetés en paraissent meilleurs.»
Terminons ce préambule en reprenant la question de l'«amour» de façon moins naïve. Le terme d'«amour» que j'ai proposé pour évoquer la troisième composante de la cuisine (en réalité, la première par ordre d'importance) est sans doute, parfois au moins, inapproprié, car chacun y met sa propre sauce : pour certains, cette composante est vraiment amour, mais pour d'autres, elle est pouvoir, argent... Dès le «mange ta soupe !», il y a l'impératif, l'ordre, le pouvoir que l'on exerce (abusivement ?) sur l'enfant. Puis, plus tard, les hygiénistes voudraient nous faire manger ce qu'ils considèrent comme «bon pour la santé». Bref, le mot «amour» est un peu (volontairement) naïf, et il est plus raisonnable, plus lucide, de parler d'une composante sociale de la cuisine. Bien sûr, nous avons raison de préférer la cuisine faite par de «belles personnes» au bouillon d'onze heures, mais c'est là se placer de l'autre côté de la barrière, de l'autre côté du «passe», où la brigade dépose les mets que les maîtres d'hôtel emporteront jusqu'aux convives.
Voilà pour la «cuisine», dans l'expression «cuisine note à note». Note à note ? Cela doit maintenant être discuté avec circonspection.

Un mot de l'auteur

On vit rarement le début d'une aventure aussi exceptionnelle que la naissance de la musique électroacoustique, la peinture abstraite, la photographie en couleurs... Aujourd'hui, après une rénovation des techniques culinaires (il s'agissait de la "cuisine moléculaire"), qui s'est étendue au monde entier depuis les années 1980, j'encourage le développement d'une forme de cuisine bien plus moderne, bien plus audacieuse, avec devant nous une sorte de "nouveau monde culinaire" bien plus grand que celui de la cuisine traditionnelle ou même moléculaire : c'est la "cuisine note à note".
Pour cette cuisine, il fallait une sorte de manifeste, mais aussi un "manuel", qui permette à chacun de se lancer, de tester, de créer des oeuvres nouvelles.
Il fallait aussi montrer que la cuisine note à note résulte d'un projet social, politique, artistique, nutritionnel... Cette nouvelle cuisine pose de nombreuses questions qu'il fallait absolument discuter, honnêtement.
Voilà le projet de ce livre, qui inaugure une aventure qui sera certainement passionnante !

Hervé This

Biographie de l'auteur

Hervé This dirige le Groupe INRA de Gastronomie moléculaire à AgroParisTech, et il est directeur scientifique de la Fondation Science & Culture Alimentaire (Académie des sciences), membre correspondant de l'Académie d'agriculture de France, conseiller scientifique de la revue Pour la Science. Il est l'auteur de nombreux livres sur la gastronomie moléculaire, discipline dont il est le co-inventeur.
‹  Retourner à l'aperçu du produit