Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 8,05

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 1,00
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La deuxième personne [Broché]

Sayed Kashua
3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
Prix : EUR 23,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 28 octobre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez La deuxième personne contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez nos meilleures ventes Livres .

Description de l'ouvrage

9 février 2012 OLIV. LIT.ET
Un avocat, installé dans un quartier juif de Jérusalem, tombe sur un billet d'amour adressé par sa femme à un certain Yonatan. Saisi d'une jalousie dévorante, il n'a de cesse de le retrouver. Un jeune Arabe est engagé pour s'occuper d'un tétraplégique. Il s'empare peu à peu de l'identité de celui-ci.
Sayed Kashua raconte la course éperdue de ces deux hommes en quête de leur vérité, et dont les destins vont se croiser.

Sayed Kashua est chroniqueur au quotidien Haaretz. Ses romans sont traduits en France - Les Arabes dansent aussi (Belfond, 2003), Et il y eut un matin (L'Olivier, 2006 ; Points, 2008) - et dans de nombreux pays. Il est aussi l'auteur d'une série télévisée, Travail d'Arabe, qui connaît un immense succès en Israël.

«Terriblement drôle (il pratique à merveille l'humour du désespoir), extrêmement touchant, il est à l'image de son origine : double. Sayed Kashua appartient en effet à cette minorité - Arabe et Israélien, deux mots apparemment antinomiques - écartelée entre sa loyauté à l'État d'Israël et sa fidélité au peuple palestinien. C'est de tout cela, de ce déchirement, que parle Sayed Kashua dans ses livres.»
Emilie Grangeray, Le Monde

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La deuxième personne + Et il y eut un matin
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Et il y eut un matin EUR 7,00

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Couverture Barbie

À peine eut-il ouvert les yeux que l'avocat comprit que sa fatigue ne le lâcherait pas de toute la journée. Il ne savait plus s'il les avait entendus à la radio ou lus dans le journal, mais lui revenaient en mémoire les propos d'un spécialiste décrivant le sommeil comme une succession de phases et insistant sur l'importance du réveil en fin de phase. Parfois, expliquait le spécialiste, la fatigue n'était pas due au manque de sommeil mais à un réveil précoce. L'avocat ne connaissait pas la durée de ces cycles, ni leur début ni leur fin, mais il avait compris que, ce matin-là, comme presque chaque matin, il avait ouvert les yeux au beau milieu d'une phase. Avait-il jamais joui de cette sensation merveilleuse que ressent sans aucun doute l'individu se réveillant naturellement au moment opportun ? Pas à sa connaissance. Il imaginait ces phases du sommeil comme des vagues, surfait sur leur crête et, juste avant que l'écume ne s'écrase sur le rivage, tombait à l'eau avec un plat puis s'éveillait dans une panique inexplicable.
L'avocat n'avait jamais eu besoin d'un réveille-matin. Il se réveillait toujours à l'heure ou, plus exactement, avant l'heure. Certes, les jours où des audiences importantes commençaient tôt, il prenait soin de régler l'alarme de son téléphone portable, mais il se réveillait avant la sonnerie et avait le temps de la désactiver.
Les aiguilles marquaient presque six heures et demie ; les bruits matinaux de son épouse et de ses enfants parvenaient jusqu'à son lit. Pour être précis : jusqu'au lit de sa fille aînée. L'enfant avait déjà six ans et suivait le cours préparatoire. Or, depuis sa naissance, l'avocat avait pris l'habitude de dormir dans la chambre de l'enfant qui, bébé, se réveillait plusieurs fois pendant la nuit, obligeant son épouse à se lever pour l'allaiter, lui changer ses couches ou, quand elle pleurait, la calmer afin qu'elle se rendorme. A cette époque, il avait opté pour un matelas à même le sol, parce que sa fille n'avait pas de lit mais un berceau placé dans leur chambre à coucher.
Son épouse n'avait pas protesté. Elle savait qu'il avait besoin de longues heures de sommeil pour être en pleine forme. Car, contrairement à elle qui, grâce à une année de congé maternité, se trouvait entièrement disponible pour les tâches du ménage et les soins de l'enfant, lui était assujetti au labeur exigeant d'un avocat en début de carrière et en concurrence avec les jeunes avocats les plus prometteurs de Jérusalem.

Revue de presse

Entre ces personnages aux identités déchirées se met en place une danse étrange, inspirée par la Sonate à Kreutzer, de Tolstoï (1889), critique féroce du mariage moderne. Un tableau extrêmement vivant et intime d'une société divisée où l'ironie ne peut qu'aider à vivre. (Nicolas Weill - Le Monde du 12 avril 2012)

L'écrivain Sayed Kashua, chroniqueur au quotidien Haaretz, appartient à la minorité des Arabes israéliens, souvent écartelée entre deux appartenances, l'une à l'État d'Israël et l'autre au peuple palestinien. Ce dernier roman traite justement du quotidien d'un avocat arabe, citoyen d'Israël, qui vit à Jérusalem-Est (où circulent les bus mis au rebut par des compagnies israéliennes) mais travaille à l'ouest dans le secteur occidental...
La Deuxième Personne est un récit haletant, bourré d'informations sur la complexité vécue dans ce pays traversé par des milliers de contradictions. (Muriel Steinmetz - L'Humanité du 12 avril 2012)

Construit comme une intrigue policière très adroite, où les rebondissements multiples et imprévisibles viennent à chaque chapitre mettre à bas les déductions antérieures du lecteur, La Deuxième Personne s'offre aussi à lire comme une belle réflexion sur la masculinité et le couple, étroitement enchâssée dans la réalité politique et sociale israélienne d'aujourd'hui. (Nathalie Crom - Télérama du 9 mai 2012)

Détails sur le produit

  • Broché: 355 pages
  • Editeur : Editions de l'Olivier (9 février 2012)
  • Collection : OLIV. LIT.ET
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2879297826
  • ISBN-13: 978-2879297828
  • Dimensions du produit: 20,4 x 14 x 2,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 46.928 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5
3.7 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Reflexion sur l'identité 6 octobre 2012
Par Elipichi
Format:Broché|Achat vérifié
Cet excellent roman se lit d'une traite. Les personnages sont terriblement attachants, humains, tout à la fois lumineux et lâches, fragiles et prêts à tout... A travers le status précaire des palestiniens d'Israël, ou encore des "arabes israëliens", Kashua pose la question de l'identité, et notamment de cette drôle d'identité "arabe" qui poursuit ses personnages et les malmène dans l'injustice cruelle de notre monde contemporain. Le "happy end", si l'on peut dire, en dit long sur l'espoir d'un monde meilleur pour ceux dont l'identité n'est, dès la naissance, pas la bonne.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 une autre vision que celle des media 26 août 2012
Par M. Senacq
Format:Broché|Achat vérifié
Bravo à l'auteur de ce roman, grâce à lui le lecteur approche de près la réalité de la vie des Arabes israéliens (de certains, ceux de Jérusalem). Si semblables et si différents des Juifs israéliens auxquels ils se comparent sans cesse, si proches en fait. L'auteur parle de ce qu'il connaît et n'épargne personne (le "mâle arabe" en sort plutôt mal en point...)même si l'humour adoucit son propos. Mais j'aurais aimé savoir ce qu'il advient des protagonistes à la fin : le roman s'achève trop brusquement, sans que les relations d'Amir avec entre autres Rachel soient précisées. Et pourtant leur cohabitation de plusieurs années est décrite avec beaucoup de tendresse. Et la mère d'Amir est abandonnée à son sort, c'est dommage, elle ne le mérite pas.
Toutefois, il est parfois difficile à un lecteur européen non juif de s'y retrouver dans l'évocation des quartiers (arabes ou juifs) et même entre les différents noms : qui est juif, qui est arabe ? c'est peut-être l'intention de l'auteur, de les rendre interchangeables, mais le lecteur gagnerait à ce que le traducteur explicite certaines notions.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 la deuxième personne 12 novembre 2013
Format:Broché|Achat vérifié
Je n'aime pas du tout ce bouquin. Je déteste l'humour noire de Sayed Kashua ! J'en avais besoin pour mes cours d'hébreu, mais je ne lirai plus de Sayed Kashua !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?