EUR 9,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 12 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La double pensée :... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La double pensée : Retour sur la question libérale Broché – 3 octobre 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,20
EUR 9,00 EUR 13,77

bonnes résolutions 2015 bonnes résolutions 2015


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La double pensée : Retour sur la question libérale + L'empire du moindre mal : Essai sur la civilisation libérale + Les mystères de la gauche : De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu
Prix pour les trois: EUR 23,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Jean-Claude Michéa, agrégé de philosophie, est notamment l'auteur aux éditions Climats de L'Enseignement de l'ignorance (1999), Impasse Adam Smith (2002, Champs-Flammarion, 2006) et L'Empire des moindre mal (2007).


Détails sur le produit

  • Broché: 274 pages
  • Editeur : Editions Flammarion (3 octobre 2008)
  • Collection : Champs Essais
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081218399
  • ISBN-13: 978-2081218390
  • Dimensions du produit: 18 x 1,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 45.552 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
8
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 10 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Denis Collin le 26 mai 2009
Format: Broché
En dépit du caractère un peu décousu propre au genre - recueil d'articles et d'interventions, ce livre offre une excellente synthèse du travail de Michéa. Contre les idéologies dominantes, il trace une perspective nouvelle à laquelle devront se confronter tous ceux qui veulent s'intéresser à la philosophie politique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
50 internautes sur 56 ont trouvé ce commentaire utile  Par Quentin TOP 1000 COMMENTATEURS le 6 décembre 2008
Format: Broché
Pour qui n'est pas universitaire et doit sélectionner ses lectures en fonction de critères de stimulation intellectuelle et d'exigence déontologique, Jean-Claude Michéa lui fait un don inestimable: celui de l'espérance fondée sur les vraies valeurs. L'extrême gauche libérale toute-puissante qui détruit les racines des peuples pour le plus grand profit capitalistique des nomades cosmopolites avec ses bonimenteurs médiatiques n'est pas certaine d'une victoire définitive: pour mettre un point d'arrêt à la mutation de l'être humain en consommateur aliéné par l'occupation de son esprit par la publicité et par le harcèlement à son travail, on peut s'appuyer sur le "bon sens" et la "décence commune" chers à Orwell, le visionnaire de "La Ferme des Animaux" et de "1984".
Tout ça n'est pas nouveau, certes: les Evangiles, Saint Thomas, et bien d'autres mais les médias n'existaient pas à cette époque et l'auteur ne s'y réfère pas sauf indirectement ( ex: Chesterton ).
La démonstration subtile de l'accord entre néo-cons et extrême gauche (libérale donc) nécessite une certaine réceptivité au langage philosophique mais l'érudition de l'auteur n'est jamais pesante: la lecture de Michéa est aisée et vaut bien un polar.
On peut regretter que soit effleurée seulement la nature des vrais tireurs de ficelles derrière les masques de l'imposture mais la crise financière est suffisamment révélatrice pour avoir à s'y étendre dans un ouvrage finalement humaniste dans le sens traditionnel et noble du terme.
Un très grand intellectuel au service de la pensée libre de l'aliénation de la marchandisation totalitaire.
Une lecture indispensable et promise à un grand avenir.
Bravo !!!
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par reflex le 25 août 2013
Format: Broché Achat vérifié
J'aime bien la pensée de J.-C. Michéa même si je ne suis pas socialiste.
Mais sa critique du libéralisme et de la gauche du progrès est très originale et stimulante pour qui veut dépasser les clivages manichéens droite/gauche.

Ce livre n'est pas son meilleur : j'ai préféré
Le complexe d'Orphée : La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès

Selon moi, il donne trop de poids à la doctrine libérale dans l'évolution - qu'il dénonce à juste titre - de nos sociétés. L'idéologie égalitaire (l'égalitarisme) en est sûrement aussi une cause si ce n'est la plus importante.

Mais son analyse sur la séparation entre la gauche du progrès et le socialisme (qui défend les pauvres) au tournant du XXe siècle (après l'affaire Dreyfuss) est très intéressante.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile  Par steka TOP 500 COMMENTATEURS le 8 novembre 2008
Format: Broché
Ce petit livre devrait rapidement s'imposer comme une référence incontournable pour toute discussion sérieuse sur l'état actuel de notre société. Comme il dévoile assez radicalement l'inanité de la pensée de ceux qui occupent la sphère médiatique, il ne manque pas de déclencher une forte hostilité et d'évidentes tentatives de falsification sur le sens de son propos. Le mieux ne consiste t'il pas a vous faire votre propre opinion en vous confrontant à cette vivifiante lecture?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 29 novembre 2008
Format: Broché
Quel livre ! Gérard Leclerc dans le dernier numéro de Royaliste avait analysé cet ouvrage en le recommandant chaudement. Bien vrai.

Michéa est un philosophe. Ce n'est pas l'agrégation de philosophie qui confère cette qualité à l'homme. Non. C'est précisément la qualité de savoir poser des questions simples, de savoir trouver des éléments de réponse, de savoir les relier entre eux, de critiquer la synthèse, d'aller de l'avant dans une pensée qui, se construit clairement.

Le synopsis est excellent. L'auteur le développe tout-au-long de son livre.

Orwellien, il insiste sur la pertinence de la "common decency" que l'auteur définit comme étant "ce jeu d'échanges subtil et compliqué qui fonde à la fois nos relations bienveillantes à autrui, notre respect de la nature et, d'une manière générale, notre sens intuitif de ce qui est dû à chacun", "ce sens commun qui nous avertit qu'il y a des choses qui ne se font pas".

"(...) La doctrine libérale a toujours trouvé ses appuis métaphysiques privilégiés, d'une part dans le relativisme moral et culturel ("à chacun sa vérité"; "des goûts et des couleurs on ne discute pas") et, d'autre part, dans le culte positiviste de la Science et de la "Raison" - c'est-à-dire dans le culte des seules instances supposées capables de fonder des discours sans sujet et donc officiellement libres de toute implication philosophique".
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?