Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La fabrique du crétin : La mort programmée de l'école Broché – 22 août 2005


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,50 EUR 3,37

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Jean-Paul Brighelli analyse avec une lucidité féroce, sans nostalgie exagérée, cette école de la réussite devenue si souvent école de l'échec programmé et donne des solutions pour une école de demain. Normalien, agrégé de Lettres, il a, du collège à l'université, parcouru l'essentiel du paysage éducatif. Longtemps impliqué dans l'édition scolaire et parascolaire, il en démonte au passage les mécanismes et les intérêts convergents.


Détails sur le produit

  • Broché: 221 pages
  • Editeur : Jean-Claude Gawsewitch (22 août 2005)
  • Collection : ESSAIS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2350130355
  • ISBN-13: 978-2350130354
  • Dimensions du produit: 20 x 1,8 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 97.275 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

90 internautes sur 103 ont trouvé ce commentaire utile  Par Matthieu Stepec sur 12 mars 2006
Format: Broché
Je n'ai que 18 ans et pourtant déjà l'inefficacité totale du système scolaire me révolte depuis longtemps! Les élèves ne savent plus écrire, comme le dit monsieur Brighelli, à un point réellement inimaginable: moi-même je n'ai échappé à cette triste réalité que parce que je suis un autodidacte; n'est-ce pas grave que de pouvoir constater cela? La plupart des gens qui critiqueront ce livre sont des profs. Ou des espèces de hippies qui ne comprennent pas que leur philosophie est obsolète. Bref, quoi qu'il en soit, je conseille à tout le monde de lire ce livre, même si tout n'est pas à prendre au premier degré!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
26 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par Loumer sur 27 avril 2006
Format: Broché
Un bon moment de réflexion qui fait poser le livre à certains moments pour se remémorer effectivement...il souligne la consigne donnée aux enseignants en Algérie de ne pas traiter des classiques, des grands auteurs mais de s'intéresser aux vécus des enfants afin de ne pas développer un esprit critique qui pourrait nuire !!!! m'a interpellé ! Développer le ludique, donner valeur égale à toutes les idées pour ne pas apprendre à selectionner, à critique, à faire des choix...c'est plus qu'intéressant ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
60 internautes sur 70 ont trouvé ce commentaire utile  Par Anne Busnel sur 2 novembre 2005
Format: Broché
"Outrancier" ce livre ? J'en doute. Ce que décrit Brighelli est la suite logique de la déconfiture de l'école primaire. POur s'en convaincre, il suffit de lire d'autres livres sur le sujet (rachel boutonnet par ex). Cela ressemble parfois à de la science fiction et c'est pourtant la réalité. Les parents qui, comme moi, faisaient naïvement confiance à l'Education Nationale peuvent s'en mordre les doigts aujourd'hui au vu des dégâts constatés sur les enfants. Il est grand temps de tirer la sonnette d'alarme!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
41 internautes sur 48 ont trouvé ce commentaire utile  Par stef54 sur 5 novembre 2005
Format: Broché Achat vérifié
J´ai dévoré ce livre en 24h chrono, malgré d´autres activités.
A prendre au second degré, pas comme pain bénit. Mais ce sont des constatations que j´ai pu faire des années 1970 à mon départ à la retraite en 1990.
Notons en souriant que certains des commentaires négatifs sur ce livre...sont truffés de fautes d´orthographe...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Roux-Deuwel Julien sur 29 octobre 2010
Format: Broché
Le niveau d'un bac des années 60 n'est aujourd'hui atteint qu'à bac+3.
Le volume d'heures d'apprentissage, premier facteur de succès de l'apprentissage, est en constante chute.
Ces heures sont remplacées par des activités non scolaires et, pour ceux qui le peuvent, par des cours privés.
On favorise l'apprentissage de compétences étriquées au détriment de la culture générale qui seule est capable de mettre en capacité de penser de manière critique. Nos gamins étudient les textes pour eux-mêmes, au delà de leur fond. Ainsi on retrouve au même plan une coupure de presse et un texte de Mallarmé.

... et bien d'autres encore.

La dégradation n'est pas un hasard ni une conséquence de quelque fait extérieur : elle est voulue.
Le rôle de la fabrique du crétin (l'école du système libéral) n'est pas d'éduquer des citoyens critiques mais de satisfaire l'outil de production, et favoriser au passage la reproduction sociale (étanchéité des classes).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
58 internautes sur 70 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 19 janvier 2006
Format: Broché
Brighelli tire un constat très noir de l'école, une école qui n'est plus reconnue, ni par les parents, ni par les enfants. L'ecole est devenue tout ce que vous voulez mais plus un lieu de connaissance , savoir , de culture,malheureusement pour les enfants.
Il dénonce cette école à 2 vitesses, pour reussir il faut être né sous la"bonne etoile et faire parti des beaux quartiers", pas de place pour les autres encore moins pour les enfants d'ouvriers vivant dans les banlieux difficiles ...;
Un livre à lire et à relire. Realite expliquée avec beaucoup d'humours et ecrit de belle facon.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par G. S. sur 29 août 2006
Format: Broché Achat vérifié
Sans doute pour quelques-uns Brighelli est-il un nostalgique... Peut-être alors devraient-ils le lire avec moins de parti pris et plus de dicernement car, malheureusement, ce qu'avance l'auteur, même s'il n'évite pas toujours l'outrance, n'est que trop réel et commence de se sentir plus que nettement dans l'enseignement supérieur, lequel hérite, évidemment, des 80 % rêvés par ces uns... Rappelons à ce propos que certains deviendront enseignants... L'élève au centre ? prône une politique déjà ancienne... Encore faut-il qu'on lui donne les moyens d'en sortir... A ceux qui n'ont pas compris, il me semble qu'il convient de les renvoyer également à l'ouvrage du préfacier de Brighelli, Bernard Lecherbonnier : "Pourquoi veulent-ils tuer le français ?", mais ici comme ailleurs : "Il n'est de pire sourd que celui qui met des oeillères sur sa langue." (Mic Delinx, in : La Jungle en folie.)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?