• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La généalogie de la moral... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La généalogie de la morale Poche – 4 novembre 1985

4.5 étoiles sur 5 15 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche, 4 novembre 1985
EUR 8,20
EUR 5,94 EUR 0,96

nouveautés livres nouveautés livres

--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La généalogie de la morale
  • +
  • Humain, trop humain
  • +
  • Par-delà bien et mal
Prix total: EUR 24,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Nietzsche, enquêtant sur l'origine des valeurs fondatrices de la morale chrétienne, paraît emprunter sa méthode à Sherlock Holmes. À qui profite le crime ? Comment la modération, l'humilité, l'abnégation ont pu être élevées au rang de vertus cardinales ? Quel type d'homme peut avoir intérêt à valoriser la capacité de se retenir au point de prétendre qu'il faut plus de force pour ne rien faire que pour agir ? Qui peut vouloir dégrader la vie au point de condamner ceux qui sont assez puissants pour en assumer les contradictions et pour en jouir sans compter ? Des hommes, sans doute, de constitution fragile, incapables de supporter de trop vives sensations.

La morale chrétienne serait donc un crime contre la vie. Elle trouverait son origine dans le ressentiment des faibles envers les forts, dans la volonté de vengeance du troupeau qui ne peut s'élever qu'en rabaissant ceux qui le dépassent.

Généalogie de la morale est un texte radicalement subversif où Nietzsche parvient à mettre au jour, sous le masque du désintéressement, le plus intéressé des mobiles. Le grand oeuvre du "philosophe du soupçon". --Paul Klein

Présentation de l'éditeur

Un ouvrage qui veut permettre aux hommes d'acquérir de meilleures valeurs morales. Contexte: Nietzche (1844 – 1900) acquiert à l'école luthérienne et humaniste de Pforta une culture classique, puis suit des études de théologie et de philosophie. Schopenhauer et Wagner auront une grande influence sur sa formation intellectuelle. Sa participation à la guerre franco-allemande de 1870 sera également décisive, puisqu'elle signe le début d'une interminable maladie. L'œuvre: Avec Généalogie de la morale, Nietzsche ne s'intéresse plus, comme dans Par-delà le bien et le mal, au futur mais de la morale, mais à son passé et à son présent. Il y prépare un renversement des valeurs, qui, pour exister, avait besoin de cette " généalogie ". Les concepts clés: La morale La justice Jésus, Zarathoustra et Dionysos La volonté de puissance Le nihilisme... La collection Intégrales de philo, une approche complète et approfondie d'une œuvre essentielle Une œuvre commentée par des spécialistes Des dossiers autour de l'œuvre Plus de trente titres 4 périodes : Antiquité, Moyen Âge et Renaissance (Ve – XVIe s.), période moderne (XVIIe – XIXe s.), période contemporaine (XXe s.) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche Achat vérifié
Il y a trois excellentes traductions en poche:
-en Folio essais: La généalogie de la morale par Isabelle Hildenbrand et Jean Gratien, 1971 sans commentaire (édition Colli-Montinari)
-en "Livre de Poche": Généalogie de la morale par Patrick Wotling, 2000 avec notes de commentaire du traducteur
-en GF: Généalogie de la morale par Eric Blondel (et Ole Hanson-Love, Leydenbach et Pénisson) avec un commentaire par notes très détaillé de Philippe Choulet et Eric Blondel 2002

Souvent c'est la traduction de Wotling qui est la plus claire: par exemple le paragraphe II.2, Nietzsche utilise deux termes (Bewusstsein, la conscience réfléchie, et Gewissen, la conscience morale) traduits par un même mot français "la conscience"; seul Wotling, par une note, fait la distinction des deux sens allemands, qui est philosophiquement très importante pour la compréhension du texte.

Un autre point de comparaison est le paragraphe II.23: sur les Grecs qui "se sont servis de leurs dieux précisément pour maintenir à distance la 'mauvaise conscience'... Ils poussaient la chose très loin, ces grands enfants splendides au coeur de lion" (Wotling, qui note: "reprise de l'image de la bête blonde"). Ou Blondel: "ces superbes enfants au coeur de lion" (löwenmüthigen).
Lire la suite ›
1 commentaire 30 sur 31 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Le plus fascinant avec ce livre est la terrible clairvoyance de l'auteur qui utilise un vocabulaire violent et précis, épique aussi comme à son habitude, pour présenter des choses que nous vivons tous les jours et dont pourtant nous n'aurions, sans son aide, percé les mécanismes...
Il expose ici comment la société en est arrivée à vénérer le faible, le misérable, et à planter dans les esprits des favorisés la graine de la mauvaise conscience.
La raison? La tradition judéo-chrétienne qui a perverti les esprits en toujours présentant les faibles et les bafoués comme les justes (le peuple hébreu dans l'Ancien Testament, puis le principe repris et "extrémisé" dans le catholiscisme).
De ce constat lumineux, Nietzsche écrit un livre magnifique d'éclairements pour son siècle, le suivant, puis le nôtre, et pourquoi pas celui d'après... l'idéal de pauvreté certes (il termine par cela), mais surtout les frustrations, le ressentiment, la haine de soi, s'inscrivent dans cette lignée.
Comment cet homme a-t-il pu dégager tant de vérités profondes de faits offerts à la vue et au jugement de chacun ? Comment a-t-il atteint cette finesse et cette dimension prophétique dans ses analyses?
Lire la suite ›
1 commentaire 17 sur 18 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Luc REYNAERT TOP 500 COMMENTATEURS le 3 mars 2011
Format: Poche
Dans son style rageur caractéristique et avec un vocabulaire parfois obscène, Friedrich Nietzsche clame à haute voix sa vision sur l'origine de la morale (le bien et le mal), sur la culpabilité de l'être humain et sa mauvaise conscience et sur la valeur des idéaux ascétiques.

L'origine de la morale
L'antithèse `bien - mal' a été créée par des seigneurs `nobles'. Ces seigneurs ont pris le droit dans leurs propres mains et créé leurs propres valeurs en appelant leurs actions égoïstes `bonnes'.
Qui étaient ces seigneurs? Au fond, toutes les races nobles étaient des `carnassiers' blonds en quête de butin, vivant la volupté de la cruauté et de la victoire.
Ce n'est que lorsque les jugements de valeur aristocratiques ont perdu leur impact que les esclaves (autres noms: le troupeau, les plébéiens, la foule, les rongeurs dans la cave, les insectes, les opprimés, les vermoulus) ont pu imposer sur l'ensemble de l'humanité leur propre morale anti-égoïste, de pitié, d'autosacrifice et d'abnégation.
Le `bon' égoïsme des seigneurs est devenu le `mal' fondamental. Pourtant, la morale des esclaves est une maladie basée sur la fantasmagorie d'un bonheur anticipé au `Jugement dernier'. Elle est contraire à la vraie vie et un véritable danger pour l'avenir de l'espèce `homo sapiens'.
Lire la suite ›
1 commentaire 13 sur 15 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?