La Grande Déculturation (Documents) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 15,30
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La grande décultur... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 5,34 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La grande déculturation Broché – 7 mai 2008


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,30
EUR 15,30 EUR 28,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La grande déculturation + Le Grand Remplacement, suivi de Discours d'Orange + Le Changement de peuple
Prix pour les trois: EUR 52,55

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Amis du Désastre et Niveau-montistes sont formels : la culture s'est répandue dans toutes les couches de la population. Ce livre soutient le contraire. Si la culture s'est répandue, selon lui, c'est comme le lait de Perette : plus la culture est diffusée, moins il y en a pour chacun et moins elle a de consistance. Lorsque les trois-quarts d'une génération accèdent au baccalauréat, le niveau de connaissance et de maturité qu'implique ce diplôme est à peu près celui qu'atteignaient au même âge les trois-quarts d'une autre génération, quand personne ne songeait à nommer cela baccalauréat, à peine certificat d'études. L'université fait le travail des lycées, les lycées celui des écoles primaires, les classes maternelles celui que les parents ne font pas, ayant eux-mêmes été élevés par l'école de masse, qui a formé la plupart des nouveaux enseignants. Arte, France Culture ou France Musique se consacrent aux tâches jadis dévolues aux chaînes généralistes, celles-ci imitent les postes et stations de divertissement. Tout a baissé d'un cran. C'est la grande déculturation. Et si les journaux n'ont plus de lecteurs, c'est en grande partie parce que leur public potentiel ne sait plus lire, même des phrases de plus en plus simples et de plus en plus fautives, avec de moins en moins de mots. Le paradoxe est que l'objectif quantitatif, qui est au cœur de l'ambition démocratique en sa transposition culturelle, fait partout le lit de l'argent, par le biais de la publicité, des taux d'audience et des lois du marché. C'est ainsi que le Louvre devient une marque, etc


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,34
Vendez La grande déculturation contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,34, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 151 pages
  • Editeur : Fayard (7 mai 2008)
  • Collection : LITT.GENE.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2213636931
  • ISBN-13: 978-2213636931
  • Dimensions du produit: 21,5 x 1,2 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 15.411 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Écrivain né en 1946, auteur d'une centaine d'ouvrages, journal, romans, essais, chez P.O.L, Fayard et auto-édités. Pour plus d'informations (biographie, bibliographie, livres inédits, etc.), veuillez consulter le site Internet officiel :
www.renaud-camus.net

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gdelacoste le 28 février 2012
Format: Broché
Ce court essai compte de nombreuses vertus. En premier lieu, Camus développe une argumentation rigoureuse sur la politique culturelle et sa connexion à l'enseignement et aux politiques scolaires. Il traque les slogans et les satisfecit, pour les passer au tamis d'une analyse serrée - et il n'en reste pas grand-chose.

Après avoir lu cet opuscule, nul ne confondra plus livre et littérature, culture et divertissement, fréquentation des musées et connaissance des arts, scolarisation et niveau de savoir. Mais pour dresser le constat d'un terrible déclin.

Ce qui se dessine au fil de ces pages, fort bien écrites au demeurant, c'est l'agonie du bel esprit, de la grandeur artistique, du sens du beau, de toutes ces qualités qui firent la fierté de la France et de l'Europe.

Avec une rare pertinence, Camus pointe le noyau de la question : le temps. Ses vues sur la nécessaire durée pour se cultiver, sont décisives. Elles feront référence.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
122 internautes sur 130 ont trouvé ce commentaire utile  Par Johan Rivalland TOP 100 COMMENTATEURS le 2 novembre 2008
Format: Broché
Cela fait longtemps que je n'avais pas lu un livre en moins de 24 heures. Voilà qui est chose faite et j'en ai éprouvé un grand plaisir, même si je me reconnais en partie, hélas, dans le profil des victimes de la déculturation, malgré mes lectures assez abondantes (voir l'ensemble de mes commentaires Amazon, qui n'en témoignent que d'une partie).

Au départ, j'ai eu la crainte que l'auteur ne soit un grincheux, d'autant qu'il se montrait heurté par le fait que les « libraires webmatiques » appellent un livre un « produit » et qu'ils informent l'acheteur de ce que les autres personnes qui s'y sont intéressées se sont également intéressées à tel ou tel autre produit (ce que j'apprécie, pour ma part, chez Amazon, justement, ceci m'apportant parfois de nouvelles idées de lecture). Et, par voie de conséquence, je craignais qu'il ne s'agisse là d'un de ces contempteurs de la notion de profit, pourtant consubstantielle à toute activité économique. Ce sentiment étant conforté par un style, dont les propositions semblaient relativement acerbes et une absence apparente de structuration des idées, aucun chapitre ni sous-titre ne permettant d'envisager une simple pause.
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
66 internautes sur 72 ont trouvé ce commentaire utile  Par Christian Lucas le 22 juillet 2008
Format: Broché
Ce petit livre est à lire absolument par tout ceux qui voient tristement la culture disparaitre au profit du divertissement de masse. Il est ecrit dans une prose remarquable et vous demontrera les mécanismes de la déculturation. Mobilisez vous pour défendre la culture... achetez ce livre
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mr. Benedetto Fabrice le 9 septembre 2010
Format: Broché Achat vérifié
Le livre de Renaud Camus est atypique, par la beauté de l'écriture, comme on n'en lit plus que rarement, par sa construction (pas de chapitre, une espèce de long monologue).
Sa prose est passionnante et riche. On peut effectivement constater que M. Camus ne donne pas de définition claire de ce qu'il nomme la culture, mais.. et alors? Quiconque lit le livre comprend aisément qu'il s'agit de la culture au sens classique du terme, celle qui ne se confond pas avec toutes les activités de divertissement, celle qui fait que tout, absolument tout se vaut actuellement, des recettes de cuisine aux tags sur les murs des banlieues.
Cet ouvrage est plus un pamphlet qu'une analyse, fouillée, chiffrée. Il n'y a pas de statistique, aucun chiffre, rien que le désespoir amer d'un homme cultivé face aux landes désertes qui s'ouvrent devant nous.

Magistral.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Léane le 4 janvier 2014
Format: Broché Achat vérifié
Dans cet écrit Renaud Camus dénonce et démontre l'abaissement général du niveau culturel de la population française alors que certaines élites soutiennent au contraire qu'elle ne s'est jamais aussi bien portée.
Le pire est qu'il a raison et il le prouve.
Il ne suffit pas de décréter que 80% d'une classe d'age doit avoir le niveau bac pour augmenter le niveau de culture générale.
Il ne suffit pas de décerner des victoires de la musique au RAP pour que les rappeurs aient du talent.
Il ne suffit pas de subventionner les copains cultureux, pour faire de la culture de qualité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
52 internautes sur 58 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ghost Dog le 25 mai 2009
Format: Broché
Sous prétexte d'une démocratisation légitime de la culture, notre société a abouti à l'inverse du résultat recherché. En voulant la massifier sous les coups de boutoir d'un égalitarisme forcené où les poèmes de Lalanne valent ceux de Rimbaud et les textes de NTM ceux de Brassens, la culture a perdu tout son sens. Telle est la trame générale du pamphlet percutant de Camus, écrit dans un style d'écriture étonnant que l'on n'a plus guère l'occasion de rencontrer - et qui rappelle combien la langue française est belle.

Car le véritable sens de la Culture, c'est le développement du goût, du raffinement, c'est une recherche personnelle vers les plus grands chefs d'oeuvre de l'Humanité. Or toutes les décisions politiques de ces dernières décennies sont allées à l'encontre de ce schéma traditionnel. Aucune Fête de la Musique n'a jamais poussé quiconque vers le solfège, rappelle Camus, glorifiant avec provocation les musées vides où l'on peut admirer et contempler une oeuvre en silence.

En visitant récemment la Sainte-Chapelle à Paris, j'ai compris le sens des réflexions de Camus. Cet édifice du XIIème siècle aux vitraux magnifiques conservait les reliques de la Passion, et avait été conçu comme une "antichambre du Paradis", la lumière du jour se reflétant sur le sol en marbre dans un lieu de prière silencieux et hors du temps réservé au Monarque.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?