La guerre de Sécession et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 24,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 13 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La guerre de Séces... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 8,57 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La guerre de Sécession Broché – 17 février 2011


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,50
EUR 24,50 EUR 20,51
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00

A court d'idées pour Noël ?

A court d'idées pour Noël ?
Découvrez dès aujourd'hui toutes nos Idées Cadeaux Livres. Vous trouverez sur nos étagères des milliers de livres disponibles pour combler ceux que vous aimez.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La guerre de Sécession + La Guerre de Sécession : Image d'une Amérique déchirée + La guerre de Sécession, 1861-1865
Prix pour les trois: EUR 89,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

J'ai commencé un précédent ouvrage par cette phrase : «La Première Guerre mondiale fut cruelle et inutile.» La guerre de Sécession américaine, à laquelle on peut la comparer, fut à n'en pas douter également cruelle, à la fois par les souffrances infligées aux belligérants et par l'angoisse des endeuillés à l'arrière, mais elle ne fut pas inutile. En 1861, le désaccord né de l'esclavage, entre autres points de divergence entre le Nord et le Sud, était si vif que sa seule issue consistait en un puissant sursaut d'énergie ; certainement à cause de la conviction que seul l'esclavage pouvait contenir le problème racial en Amérique, la solution passerait probablement par une séparation permanente des États esclavagistes du reste du pays, et peut-être, étant donné les conséquences d'une telle séparation, par une guerre. Celle-ci n'était pourtant pas inévitable. Plusieurs facteurs politiques et sociaux auraient pu conduire à une solution pacifique. Si le Nord avait été gouverné par un président installé et non nouvellement élu, et dont les vues anti-esclavagistes avaient été moins provocatrices pour le Sud ; si le Sud avait bénéficié de dirigeants aussi compétents et éloquents que Lincoln ; si les deux parties, et surtout le Sud, avaient moins subi le militarisme amateur des régiments de volontaires et des clubs de tir du monde anglo-saxon de part et d'autre de l'Atlantique au milieu du siècle ; si l'industrialisation n'avait pas si fortement persuadé le Nord qu'il pouvait tenir tête à l'agressivité sudiste ; si l'appétit de l'Europe pour le coton n'avait pas convaincu tant de planteurs et de producteurs au sud de la ligne Mason-Dixon qu'ils avaient les moyens de dicter au monde les termes d'une diplomatie séparatiste ; et si tant de «si» ne s'étaient pas agrégés dans les mentalités du Nord comme du Sud, la simple prise en compte de la paix et de la nécessité de son maintien aurait pu couvrir les clameurs des foules en marche et des appels au recrutement et sortir le pays de l'agitation fébrile et guerrière au profit du calme et du compromis. Les Américains étaient passés maîtres dans l'art de la conciliation. Une demi-douzaine de compromis majeurs avaient déjà écarté la menace de la sécession au cours du XIXe siècle. De fait, le recours tacite à des ententes était devenu la règle des relations avec les anciens suzerains coloniaux au début du siècle, depuis l'aberrante guerre de 1812 avec la Grande-Bretagne. Malheureusement, les Américains étaient aussi gens de principes. Ils les avaient inscrits dans les préambules de leurs remarquables documents institutionnels, la Déclaration d'indépendance, la Constitution et ses dix premiers amendements (ou Bill of Rights), et, en cas de provocation, cet esprit de principe devenait leur guide. Pis encore, les principaux points de divergence entre le Nord et le Sud en 1861 pouvaient être interprétés comme autant de principes : l'indivisibilité et le pouvoir souverain de la République et les droits des États étaient liés aux passions de l'âge d'or de la naissance de la nation et pouvaient être de nouveau invoqués lorsque la République était menacée. Henry Clay et John C. Calhoun, idéologues profondément sincères et éloquents, les avaient clamés et ressassés au cours des querelles politiques des premières décennies du siècle. Enfin, l'Amérique avait malheureusement produit des leaders d'opinion d'une formidable force de persuasion. Pour le malheur du Sud, après avoir dominé le débat dans la première moitié du siècle, la question de principe cessait d'être un duel verbal, et menaçait de devenir un appel à l'acte au moment même où le Nord se dotait d'un dirigeant plus éloquent et plus belliqueux que tous les autres.

Revue de presse

Historien britannique spécialiste des guerres, John Keegan retrace le déroulé de ce stupéfiant conflit, qui reste à ce jour le plus meurtrier de l'histoire des Etats-Unis. Durant quatre ans, entre 1861 et 1865, quelque deux millions huit cent mille combattants s'affrontèrent lors de batailles meurtrières qui provoquèrent la mort de plus de six cent mille hommes. (Gilles Heuré - Télérama du 29 juin 2011)


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 8,57
Vendez La guerre de Sécession contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 8,57, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 504 pages
  • Editeur : PERRIN (17 février 2011)
  • Collection : Pour l'histoire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2262032491
  • ISBN-13: 978-2262032494
  • Dimensions du produit: 24,2 x 2,8 x 15,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 151.790 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS sur 21 mai 2011
Format: Broché
Keegan nous offre avec cet ouvrage une excellente synthèse sur la Guerre de Sécession. Son style vif et le plan de son ouvrage, qui n'oublie aucun des aspects de cette guerre fondatrice, rendent la lecture très agréable. Keegan règle aussi son compte à la « cause perdue » (page 460) : « Savoir si le Sud aurait pu remporter la guerre est devenue l'une des questions les plus débattues après le conflit. La réponse est non ».

Il dresse des portraits tout en psychologie des plus grand généraux de la guerre, Grant et Sherman, comme de ceux qui ont démontré une grande mais incomplète valeur - Jackson, Lee, Sheridan ou Forrest - sans oublier les pires, comme McClellan.

Dans sa conclusion, il oppose de manière très originale Lincoln à Marx sur les leçons à tirer du conflit et il indique l'ouvrier américain « ne désirait pas former des armées industrielles, ayant déjà, comme des centaines de milliers de ses semblables, appartenu à de véritables armées, servi et appris par l'expérience qu'elles n'apportaient que souffrances. Une seule expérience de l'armée suffisait à un individu comme à une nation. Le socialisme américain mourut dès sa naissance sur les champs de bataille de Shiloh et de Gettysburg ».
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stephane MANTOUX TOP 500 COMMENTATEURS sur 15 janvier 2012
Format: Broché
On ne présente plus John Keegan, célèbre historien militaire britannique, auteur de nombreux ouvrages à succès tel l'Anatomie de la bataille, qui infléchit considérablement l'histoire militaire de la fin du XXème siècle. Le dernier livre que j'avais lu de lui, un des plus récents, sur la guerre en Irak, m'avait déçu. Ce n'est pas le cas de son dernier ouvrage, traduit par Perrin en français et sorti en 2009, sur la guerre de Sécession, ou American Civil War en anglais, qui me laisse une meilleure impression, bien qu'imparfaite. Ici, encore une fois, il fait oeuvre de vulgarisation sur un conflit, qui reste, en définitive, peu connu du public français malgré la traduction de la somme de James Mc Pherson chez Robert Laffont ou des travaux d'André Kaspi, historien français, par exemple.

Dès l'introduction, Keegan pose les grandes lignes du propos : la guerre de Sécession est une énigme, dans le sens où elle pouvait être évitée, les Américains étant, depuis l'Indépendance, les champions de la conciliation. Mais ils étaient aussi hommes de principes, or ces derniers divisaient de plus en plus les hommes du Nord et du Sud du pays. La guerre de Sécession fut donc une véritable guerre civile, et en tant que telle elle fut également particulièrement inflexible.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par DD sur 5 décembre 2012
Format: Broché Achat vérifié
Très bon ouvrage sur la guerre civile américaine, va directement à l'essentiel et permet d'acquérir un ensemble de connaissances sur le sujet avec beaucoup de plaisir. Je vous le conseille vivement. Par la suite, vous pourrez passez à l'ouvrage de James McPerson plus complet et qui reste pour moi une référence dans ce domaine.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?