Amazon rachète votre
article EUR 1,04 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La marche rouge : Les enfants perdus de l'hôpital général Poche – 11 mai 2013


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 29,78
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 27,57

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

En mai 1750, une rumeur persistante met Paris en émoi. On raconte que des agents de police déguisés s'emparent d'enfants et les envoient à l'Hôpital général. Des émeutes éclatent, des commissariats sont incendiés et des gardes tués. La sévère répression de cette "Marche rouge" se solde par des condamnations à mort. Fondé en 1656 par Louis XIV, l'Hôpital général était d'abord destiné à résoudre le problème de la mendicité par le "renfermement" des miséreux. Mais ensuite, il fut également utilisé pour isoler d'autres catégories de population comme les prostituées ou les enfants trouvés. Explorant les archives de la Salpêtrière qui, avec Bicêtre et La Pitié, formait l'Hôpital général, Marion Sigaut tente d'apporter une réponse aux questions les plus troubles : Que sont vraiment devenus les enfants perdus de l'Hôpital général ? Furent-ils livrés à des libertins qui en usaient en toute impunité ? Vendus à la Compagnie des Indes pour peupler la colonie du Mississippi ? Dans une enquête passionnante, Marion Sigaut éclaire les terribles scandales qu'étouffèrent les dirigeants de l'établissement.

Biographie de l'auteur

Marion Sigaut est historienne. Née à Paris en 1950, elle a notamment publié, aux éditions Jacqueline Chambon, Mourir à l'ombre des Lumières (2010).


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,04
Vendez La marche rouge : Les enfants perdus de l'hôpital général contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,04, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 226 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (11 mai 2013)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330019750
  • ISBN-13: 978-2330019754
  • Dimensions du produit: 17,6 x 1,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (16 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 148.263 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bertrand le 25 avril 2014
Format: Poche Achat vérifié
On connaît l'historienne spécialiste du XVIII°Siècle. Cet ouvrage est une enquête sur le fonctionnement de l'hôpital général (au sens hospice, et pas dans son acception médicale actuelle), institution d'aide aux miséreux, qui a donné le ap de l'actuelle ap-hp . Cette étude se base sur plusieurs axes : le jansénisme au siècle des Lumières, le fonctionnement du Parlement de Paris (cour de Justice), l'hôpital général, des disparitions mystérieuses d'enfants et la pédocriminalité à cette époque. Ces axes sont intimements liés et le récit a tendance à suivre plusieurs fils à la fois, ce qui le rend par moment quelque peu confus, d'autant que certains points ne sont pas développés comme il le devraient. Il est vivement conseillé de se familiariser avec certaines notions, par exemple avec les conférences passionnantes de Marion Sigaut disponibles sur les sites de vidéo.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par MGSint le 11 juillet 2014
Format: Poche Achat vérifié
Découverte majeure pour le changement d'optique sur la royauté en France, une institution qui loin d'être totalitaire ou absolutiste, laissait prospérer des contre-pouvoirs qui ont fini par avoir sa peau à la fin du XVIIIème siècle. Les juges, les pseudo-charitables, les jansénistes et les libéraux avaient autant de pouvoir que ce roi affaibli et pédophile qu'était Louis XV.
Le trafic d'enfants, les institutions dites de charité, l'exploitation des pauvres par une couche oligarchique à l'abri de toute critique et de tout procès, ont fini par ruiner un pays jusqu'alors prospère. Les libéraux qui n'étaient rien d'autre que des idéologues voulant contrer l'institution royale et le pouvoir de contrôle sur les denrées, ont mené jusqu'au bout leur logique, dont on trouve encore de nos jours les résultats palpables de désorganisation sociale et de dépendance.
Énorme travail d'historienne, elle a aussi l'érudition et la conviction nécessaires à bien exposer un sujet aussi épineux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par sieyes le 12 février 2014
Format: Poche Achat vérifié
Marion Sigaut nous livre une hypothèse sur les étranges disparitions d'enfants à l'Hôpital Général au cours du XVIIIème siècle. Selon elle, ces enfants servaient à satisfaire les appétits pervers des précurseurs de Pierre B. , Jack L., Hubert V., Daniel C.B., Michel Polak, Woody A. et autre Roman P.
Ainsi tout change, et rien ne change...
Pas assez pointu pour une étude historique, pas assez vivant pour un récit, très honnêtement un peu sur ma faim sur le contenu et le style même si Marion Sigaut garde toute mon estime pour ses engagements libres et courageux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Matavar le 2 juillet 2012
Format: Broché Achat vérifié
Ouvrage majeur de Marion Sigaut qui fait écho à beaucoup d'ouvrages plus récents sur l'univers concentrationnaire ou sur la pédophilie des élites. Autres temps, autres moeurs ? Il semblerait bien que non. Et cela donne sens à ce qui semblait inexplicable dans les affaires actuelles : une caste de magistrats s'occupe à réécrire l'histoire, à distribuer les bons et les mauvais points, à être juge et partie dans toutes les affaires. Pour protéger quoi ? La vue de moeurs insupportables au commun des mortels. Marion Sigaut vient ici soulever l'indicible qu'il reste pourtant urgent de dévoiler. Merci à elle.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Victaureau TOP 500 COMMENTATEURS le 3 janvier 2010
Format: Broché Achat vérifié
L'auteure de cet essai est historienne et elle argumente fort à propos le contenu de cet essai qui se lit c'est vrai comme un roman bien que j'ai parfois perdu le fil dans la querelle entre jansénistes et jésuites pour l'administration de l'Hopital Général.
Cependant et pour une fois, l'Eglise doit être mise hors de cause dans ces odieux trafics d'enfants d'adolescents et de jeunes filles ou femmes qui eurent lieu sous les rois Louis XIV, Louis XV, Louis XVI et même à la Révolution et avaient pour base de départ l'Hopital Général (Pitié, Salpétrière et Bicêtre).
L'auteure tente bien de dédouanner quelque peu les rois, puisque par la volonté de Louis XIV en 1656, l'administration de cet ensemble qui avait pour tâche initialement de faire disparaître mendiants et autres coupe-bourses de la ville de Paris, fut confiée au parlement qui était il faut le rappeler à l'époque l'ensemble des magistrats censés enregistrer les édits et décisions du roi.
Elle n'est pas tendre avec les philosophes de l'époque et Voltaire en particulier qu'elle suspecte d'approuver les pédérastes (Deschauffours), les jansénistes et autres francs-maçons qui ont trempé à pleines mains dans les exactions de cette oeuvre de charité. La marche rouge des parisiens qui se sont élevés contre les rapts d'enfants est rendue dans tous ses détails avec des noms à l'appui. Elle montre la promptitude du peuple de Paris à s'enflammer et à se serrer les coudes lorsque l'essentiel est en jeu et préfigure déjà la Prise de la Bastille du 14 juillet 1789.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?