undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
La mort du roi Tsongor et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
Acheter d'occasion
EUR 0,36
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Ships from the UK. Former Library book. Shows some signs of wear, and may have some markings on the inside. 100% Money Back Guarantee. Your purchase also supports literacy charities.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La mort du Roi Tsongor Poche – 29 décembre 2004


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche, 29 décembre 2004
EUR 6,00 EUR 0,36
CD
"Veuillez réessayer"
EUR 57,00 EUR 12,60

Il y a une édition plus récente de cet article:

La mort du roi Tsongor
EUR 6,60
(5)
En stock.

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Ce qui était écrit, était donc écrit. Ce qui fut dit idem. On finit toujours par être rattrapé par son destin. Voilà ce qu'aurait pu déclarer, à juste titre, le roi Tsongor, souverain de Massaba, dans une Afrique lointaine, ancestrale, imaginaire. Un roi bien placé pour en parler : il y a longtemps, il est parti de son royaume pour tout conquérir. Vingt ans de luttes et d'expansions, jusqu'au jour où il parvint au pays des rampants, ces êtres isolés en hameaux, maigres, raides comme des piquets, qu'il anéantit comme ses précédents adversaires. Tous sauf un : Katabolonga qui s'est fait la promesse d'être maître de la mort du roi Tsongor. Devenu porteur du tabouret d'or sur lequel trône le souverain, il est à la fois serviteur et veilleur de Tsongor, avec cette promesse suspendue comme une épée au-dessus de la tête de son maître. Le temps a passé. Les deux hommes ont vieilli ensemble, en presque frères inséparables. Le jour du mariage de Samilia, fille de Tsongor, avec le prince de sel pourrait être le jour fatidique. Pour lui, pour les siens, pour son royaume…

Rien ne sert de courir, disait La Fontaine. Et derrière la fable, une morale. Avec d'autres moyens, d'autres procédés, au fil de l'imagination, Laurent Gaudé touche aussi juste, dans une unité de temps, de lieu et d'action. La Mort du roi Tsongor a beau s'étendre sur des décennies, Gaudé parvient à "ramasser" son récit, à maintenir une tension en peu de pages, à captiver son lecteur. À coup de phrases simples, au bout d'un sujet verbe complément, à travers une histoire qui relève de la légende. Il fallait oser. C'est fait. Et c'est réussi ! --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Extrait

Laurent Gaudé

Né en 1972, Laurent Gaudé a fait des études de lettres modernes et d'études théâtrales. Il publie sa première pièce Onysos le furieux en 1997, à théâtre Ouvert. Ce premier texte sera monté en 2000 au théâtre national de Strasbourg dans une mise en scène de Yannis Kokkos. Suivront alors des années consacrées à l'écriture théâtrale, avec notamment Pluie de cendres jouée au studio théâtre de la Comédie-Française, Combat de possédés, traduite et jouée en Allemagne et mise en lecture en anglais au Royal National Theatre de Londres, Médée Kali jouée au théâtre du Rond-Point, et Les Sacrifiées, jouée au théâtre des Amandiers à Nanterre. Son premier roman, Cris, paraît en 2001. Avec La mort du roi Tsongor, il obtient, en 2002, le Prix Goncourt des Lycéens et le Prix des libraires. En 2004, il est lauréat du Prix Goncourt pour Le Soleil des Scorta, roman traduit dans 34 pays.Romancier et dramaturge, Laurent Gaudé est également l'auteur d'un recueil de nouvelles Dans la nuit Mozambique, d'un beau livre avec le photographe Oan Kim Je suis le chien pitié, et d'un album pour enfants, La tribu de Malgoumi.Toute son oeuvre est publiée aux éditions Actes Sud. Récemment ont paru : Ouragan (roman, 2010), Mille orphelins suivi de Les Enfants Fleuve (pièces de théâtre, 2011) et Les Oliviers du Négus (récits, 2011).

Pierre-François Garel

Pierre-François Garel commence sa formation théâtrale au CNR de Rennes où il suit l'enseignement de Daniel Dupont. En 2006, il entre au CNSAD où il suit l'enseignement de Dominique Valadié, Andrjez Seweryn, Nada Strancar, Caroline Marcadé, Cécile Garcia-Fogel, Yann-Joël Collin. Il y jouera notamment Leontes dans Le Conte d'hiver sous la direction de ce dernier. En 2008, il met en scène Les Priapées une proposition autours de la littérature érotique, à la demande de la chorégraphe Caroline Marcadé, il écrit et co-met en scène Antigone-Paysage présenté au théâtre du CNSAD. Parallèlement à ses études il écrit et met en scène pour la compagnie «Les Comtes Goûtent» : Enceinte, Ç.a.n et Sans Titre. En 2009, il joue dans Coeur Ardent sous la direction de Christophe Rauck et dans La Farce de Maître Pathelin dans une mise en scène de Daniel Dupont. En 2010 il joue dans Baïbars, le mamelouk qui devint sultan mise en scène par Marcel Bozonnet, puis rejoindra la troupe d'Eric Massé dans sa mise en scène du Macbeth de Shakespeare. Depuis 2010, il enregistre régulièrement des livres audio pour les éditions Thélème En 2011-2012 il joue dans Pylade de Pier Paolo Pasolini sous la direction de Damien Houssier, Théâtre à la campagne de David Lescot mise en scène par Sara Llorca et sous la direction du metteur en scène polonais Krystian Lupa dans La Salle d'Attente librement inspirée de Catégorie 3.1 de Lars Norén. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.



Détails sur le produit

  • Poche: 204 pages
  • Editeur : Actes Sud (29 décembre 2004)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742752986
  • ISBN-13: 978-2742752980
  • Dimensions du produit: 17,6 x 11 x 1,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (63 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 153.358 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé publie son oeuvre, traduite dans le monde entier, chez Actes Sud. Il est notamment l'auteur de Cris (2001; Babel), La Mort du roi Tsongor (2002, prix Goncourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003; Babel), Le Soleil des Scorta (2004, prix Goncourt 2004, prix Jean-Giono 2004; Babel), Eldorado (2006, Babel), Dans la nuit Mozambique (2007; Babel), La Porte des Enfers (2008; Babel)et de Ouragan (2010).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

43 internautes sur 48 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 6 décembre 2002
Format: Broché
Voilà encore un roman qui se lit d'une traite. Quelques 200 pages d'un texte à la fois lent et intense qui vous prend et ne vous lâche plus. Le roi Tsongor, souverain d'un immense empire qu'il a conquis à la force des armes durant 20 ans, meurt avec son fidèle Katabolonga à ses côtés. Sa cité, Massaba, sera bientôt le territoire d'une guerre sans merci que vont se livrer les armées des deux prétendants à sa fille, la belle Samilia...
Mais le roi ne reposera en paix que lorsque son plus jeune fils lui aura construit sept tombeaux et choisi celui dans lequel il demeurera éternellement. Le jeune Souba part alors pour des années d'errances pendant que la cité devient la proie de la fureur guerrière des combattants dont aucun ne semble prendre l'avantage...
A la fois récit initiatique et réflexion sur l'ampleur de la haine et les dégâts du pouvoir, voici un texte qui vous laisse le coeur planant entre espoir et errance.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par frederic g le 23 avril 2010
Format: Broché
Personnages grotesques et schématiques, prétentions à l'universalité et à la tragédie alors qu'on a constamment envie de rire, voici un livre entièrement artificiel, où rien n'est vrai, tout est fabriqué, faux, clinquant et de convention.

Et ce style! Où l'auteur a-t-il pris qu'il fallait mettre des points à l'intérieur d'une phrase? Croit-il que çà fait plus "littéraire" de ne pas faire de phrase de plus de cinq mots? Cinq mots. Et je te fais une pause (et je prends la pose). Et encore cinq mots. Comme si ces âneries prenaient plus de poids débitées au détail. Et ces répétitions (supposées chargées de sens, sans doute) : "Austère et somptueuse. C'était là. Oui. C'était là que Tsongor devait être enterré. Il le sut d'emblée. Il descendit de sa mule et s'agenouilla devant le palais. C'était là. Peut-être était-ce Tsongor lui-même qui avait construit ce palais. Oui. Peut-être était-il venu ici et avait-il ressenti pour ce lieu ce que Souba avait éprouvé près du cyprès des terres ensoleillées. Ou peut-être ce palais silencieux, inconnu de tous, avait-il existé de toute éternité. Oublié des hommes. Oui. C'était ici qu'il fallait enterrer Tsongor. Un endroit somptueux mais caché. Un tombeau majestueux et royal que jamais aucun homme ne trouverait. C'était ici que Tsongor devait reposer. Les montagnes étaient à sa grandeur. Il pourrait y cacher sa honte. Souba ne pouvait plus en douter. Une terre qui n'était pas à l'échelle humaine. Infiniment plus belle et plus sauvage. Un lieu hors du monde. Il avait trouvé."
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fred0873 le 6 avril 2009
Format: Poche
Paradoxalement aux autres commentaires, c'est le roman de Gaudé que j'ai le moins aimé.
Les sujets abordés ne sont certes pas inintéressants mais je trouve que le livre perd de son élan dès la seconde moitié.
Je n'ai pas ressenti le souffle de "La porte des enfers", "Le soleil des Scorta" ou encore "Eldorado".
Laurent Gaudé reste néanmoins l'un de mes auteurs favoris.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par "fabiegal" le 23 novembre 2005
Format: Poche
Je ne sais pas si vous avez déja lu des tragédies grecques, mais Laurent Gaudé lui, sûrement, à moins qu'il ne soit né avec l'âme tragique.
Un des commentaires précédent fait remarquer que ces personnages agissent comme des extraterrestres, allant contre tous leurs intérêts pour se livrer à une guerre fratricide qui ne connaîtra que des vaincus. Mes ce sont des personnages tragiques, qui n'ont d'autre choix que d'accomplir une destinée plus grande qu'eux.
Un authentique souffle épique, et un art du conteur tout en sobriété. Bravo.
PS : il a recu le Prix Goncourtd des lycéens en 2003, et le roman suivant "Le soleil des Scorta" a remporté le Goncourt 2004
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Patryck Froissart le 5 juin 2006
Format: Poche
La mort du roi Tsongor

Auteur : Laurent Gaudé

Editions Actes Sud, 2002

Vous avez aimé Salambô de Flaubert ? Vous avez été sensible à la poésie qui traverse le Désert de Le Clézio ? Vous vous souvenez du plaisir étrange que vous avez éprouvé en lisant L'exil et le Royaume de Camus, ou L'aleph de Borges ?

Si c'est le cas, lisez vite ce roman.

Vous y retrouverez un peu de tout ce qui précède, sur fond d'une guerre de Troie dont l'Hélène s'appelle Samilia, où Troie devient Massaba, où les armées en présence finissent par ne plus vraiment savoir pour quoi ni pour qui elles se battent, mais le font jusqu'à la mort du dernier combattant, sous les yeux de Samilia, impuissante car ne pouvant choisir, qui a rejoint le camp de Sango Kerim et qui, la nuit, sous sa tente, se donne à Kouame, le chef de l'armée ennemie :

« Je n'ai pas pu choisir, pensa-t-elle. Ou je me suis trompée. J'ai choisi le passé et l'obéissance. J'ai fait taire le désir que j'avais en moi. Et j'ai rejoint Sango Kerim, par fidélité. Mais la vie exigeait Kouame. Non. Ce n'est pas cela. Si j'avais choisi Kouame, le serais en train de pleurer sur Sango Kerim. Ce n'est pas cela. Il n'y a pas de choix possible. J'appartiens à deux hommes. Oui. Je suis aux deux. C'est mon châtiment. Il n'y a pas de bonheur pour moi. Je suis aux deux. Dand la fièvre et le déchirement. C'est cela. Je ne suis rien que cela. Une femme de guerre. Malgré moi. Qui ne fait naître que la haine et le combat.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?