• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La mort est mon mé... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par greener_books_uk
État: D'occasion: Bon
Commentaire: ** EXPEDIES DE UK ** Nous croyons que vous serez entièrement satisfait de notre service rapide et fiable. Toutes les commandes sont expédiées le plus rapidement possible! Achetez en toute confiance!
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La mort est mon métier Poche – 26 avril 1976


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 4,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,00
EUR 7,49 EUR 3,19
CD audio
"Veuillez réessayer"

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La mort est mon métier + Sonderkommando : Dans l'enfer des chambres à gaz + Le commandant d'Auschwitz parle
Prix pour les trois: EUR 26,60

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Préface de l'auteur

Quatrième de couverture

«Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s'éclaira...- Le Führer, dit-il d'une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.Il fit une pause et ajouta : - Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.Je le regardai. Il dit sèchement : - Vous avez l'air effaré. Pourtant, l'idée d'en finir avec les Juifs n'est pas neuve.- Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu'on ait choisi...»


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez La mort est mon métier contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 384 pages
  • Editeur : Gallimard (26 avril 1976)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070367894
  • ISBN-13: 978-2070367894
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (71 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 2.066 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

70 internautes sur 71 ont trouvé ce commentaire utile  Par miklc TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 8 octobre 2004
Format: Poche
Difficile de desserrer les dents lorsqu'on lit ce livre qui explique avec une froideur déconcertante la vie de Rudolf Hoes et la construction minutieuse des fours crématoires. Le paradoxe réside dans le coté "captivant" du livre qui se dévore littéralement alors qu'il raconte des choses inimaginables, inconcevables. S'il n'a pas la force de "si c'est un homme" de Primo Levi, il décrit avec une minutie insoutenable et un sens du détail impressionnant comment des humains (« totalement déshumanisés ») ont pu se comporter ainsi ! Une grande leçon à la fois d'Histoire et de Littérature.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
56 internautes sur 57 ont trouvé ce commentaire utile  Par telma le 2 juin 2005
Format: Poche
Des livres sur la seconde guerre mondiale, on en manque pas. celui ci est particulier, puisqu'il est consacré à un homme qui va se retrouver à diriger un camp de concentration.
Le parcours de l'homme est entièrement décrit, depuis son enfance. On voit progressivement le personnage glisser dans l'horreur.
PLus généralement, ce livre nous fait réfléchir sur un homme, banal, presque médiocre, en un mot : ordinaire, placé dans une situation elle extraordinaire. Petit à petit, on voit comment la monstruosité est terriblement humaine. Comment l'horreur, le pire est parfois dans les hommes.
A mon sens, c'est l'intérêt majeur de ce livre qui n'est pas consacré aux victimes de la seconde mondiale. Un livre qui nous place devant toute la difficulté, l'impossibilité aussi de comprendre l'âme humaine.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par ides60 le 30 janvier 2010
Format: Poche
Dans ce récit l'auteur nous tisse sa version de la biographie de Rudolf Heiss. Le fait de le débaptiser induit bien le fait que ce n'est nullement officiel mais que Robert MERLE s'est aussi interrogé pour savoir comment un homme devient à ce point insensible, agit comme une machine, excelle dans l'horreur simplement pour obéir aux ordres.
Seuls les faits reconnus par l'histoire seront scrupuleusement repris.
En dehors de cette hallucinante réalité, l'auteur décrit le monstre et son fonctionnement. La naissance du trauma qui prend sans doute racines dans une enfance austère et rigide, auprès d'un père qui chercherait à expier une faute de jeunesse jusqu'à promettre son fils à l'église afin d'obtenir le pardon.
Dans cette famille où la parole, la joie et l'amour sont bannis, le père agit en véritable tyran, la mère est soumise, et les enfants pâtissent.
Rudolf fini par s'enfuir car lui aime la guerre, la discipline et ne se sent bien que lorsque sa vie est dictée, gouvernée, conduite. Qu'importe la forme, l'essentiel est l'aboutissement, la stricte réalisation des consignes, l'obéissance parfaite.
Mais peut-on être à ce point insensible à la réalité, au mal qu'on fait, aux souffrances qu'on inflige. Il y a bien quelque chose d'inhumain dans ce personnage, puisqu'il ne s'insurge même pas quand sa femme lui demande qu'elle serait sa réaction si on lui demandait de supprimer son propre enfant ! on ressent bien dans ce bouquin que tout ce qui est étranger à sa volonté d'exceller dans son rôle ne compte pas.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Emerek TOP 500 COMMENTATEURS le 18 août 2013
Format: Poche
Le sujet était difficile et risqué : choisir un des pires criminels contre l'humanité que la Terre ait jamais portés, le commandant du camp d'Auschwitz-Birkenau, Rudolf Höss, et s'appuyant sur les réponses fournies par ce dernier lors de son procès à Nuremberg, tenter de reconstituer le cheminement qui ait pu faire que cet homme soit devenu un monstre. Le livre est donc, pour une part, un roman et pour une autre part, un essai historique. Le résultat est tout à fait impressionnant et offre une expérience de littérature des plus marquantes. Le fil conducteur de l'auteur - et en quelque sorte sa thèse pour expliquer la vie de Rudolf Höss (Lang dans le roman) - est le devoir auquel Lang est attaché dès son plus jeune âge. Ce qu'entre autres, j'apprécie dans le livre, c'est le fait que l'ensemble est orienté vers cette idée de devoir, traduite le plus souvent chez le SS Lang comme obéissance aveugle aux ordres militaires ; pas de digression, pas d'histoires secondaires qui s'ajouteraient à la principale, pas de complication inutile non plus : sous le signe du devoir, le trajet de Lang est linéaire ; il démarre avec l'obéissance au père pour culminer - si l'on peut dire - avec la forme la plus monstrueuse qui soit : un rôle prépondérant dans le génocide juif. Avec beaucoup de précision, Robert Merle décrit Lang comme un individu plutôt neutre, sans sentiments apparents, se reconnaissant lui-même comme dépourvu de sensualité, paradoxalement sans haine, violent certes, par le résultat de ses actes, mais non par une impulsion qui le dominerait.Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?