• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La mort du scorpion a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La mort du scorpion Broché – 10 septembre 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,00
EUR 15,00 EUR 4,83

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Mercredi 21 septembre, la Varune

L'homme tente de se débattre, de dénouer ses liens. Pas vraiment fastoche lorsqu'on est ligoté avec du fil électrique sur une chaise... Sa tête est enroulée dans une serviette éponge, ses avant-bras aussi. Ses poignets et ses coudes sont solidement attachés à une poutre transversale, un peu au-dessus du dossier de la chaise. Avec du fil électrique également. Le gars qui l'a ficelé n'a pas lésiné sur la marchandise, il doit avoir des réductions chez Casto ou Leroy Merlin...
L'identification de la victime s'avère impossible. La pièce est sordide et sombre, les murs sont plongés dans l'obscurité. Un faisceau de lumière jaunâtre apporte un semblant de relief et souligne la silhouette misérable et avachie du supplicié. On sent que le metteur en scène s'est pris pour Fritz Lang.
- La caméra est fixe. Personne ne la manipule. Le gars a sans doute agi seul. Tu vas le voir entrer en scène. Tiens, voilà notre Fantômas...
Pourquoi l'appelle-t-elle Fantômas ? Je n'en sais fichtre rien, mais le temps n'est pas aux devinettes, je garde toute mon attention pour la suite... Le Fantômas en question traverse avec une lenteur calculée l'écran avant de disparaître. Il est entièrement vêtu de noir et porte une cagoule. Un zèbre qui tient autant à conserver son anonymat va sûrement s'adonner à des actions pas très catholiques. C'est fou ce que les gens peuvent être secrets en certaines circonstances...
Le voici qui réapparaît maintenant à l'arrière-plan, la démarche assurée. II apporte un bidon de plastique bleu d'assez faible contenance. Sans doute un bidon de cinq litres. Il se positionne derrière son prisonnier qui devine sa présence et tente à nouveau de se débattre, mais le seul mouvement permis à l'homme entravé est un dérisoire hochement de tête. Fantômas fixe la caméra un court instant. Sans doute tient-il à s'assurer qu'on tourne. Puis, il déverse une partie du liquide sur les serviettes éponge, en prenant soin de ne pas les imbiber complètement. Les tentatives de l'homme ligoté deviennent plus nerveuses, mais restent toujours aussi vaines tant les liens sont serrés.
- Il a dû sentir l'odeur du produit. Il a compris ce qui va lui arriver...
Il a de la chance - façon de parler - car moi je n'ai encore rien pigé à la vidéo. Fantômas retourne poser le bidon au fond de la cave, puis revient à pas lents vers son prisonnier. Un nouveau coup d'oeil à la caméra avant de craquer une allumette. Il enflamme d'un geste ampoulé les trois serviettes éponge. C'était donc de l'essence. Fantômas n'est qu'un mauvais acteur qui surjoue. Encore un de ces tarés marqués par les antiques rites sacrificiels, un frustré criminel qui veut doter sa mise en scène d'un côté théâtral et mystérieux. Dans quel but, puisqu'il est méconnaissable ? Des flammes jaillissent et apportent un peu de clarté sans qu'on soit capable d'examiner ou de situer les lieux.
L'homme ligoté trépigne. Peut-être hurle-t-il, mais on l'ignore. Le film est muet. Et puis, son bourreau ne semble guère pécher par négligence, le gars est sans doute bâillonné.


Détails sur le produit

  • Broché: 248 pages
  • Editeur : Jigal (10 septembre 2012)
  • Collection : Polar
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2914704933
  • ISBN-13: 978-2914704939
  • Dimensions du produit: 21 x 1,9 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 431.603 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pascal Kneuss le 24 avril 2014
Format: Broché
Une fois n'est pas coutume, Maurice Gouiran, auteur passionné, engagé - et enragé! - mêle son histoire à l'Histoire, nous emmenant cette fois-ci vers les Balkans des années 90. Ce n'est pas physiquement que nous nous y rendrons, mais d'une manière plus subtile, par le biais de souvenirs, de récits, soit par la mémoire.

Et une mémoire qui ne cicatrise pas, qui garde les stigmates du passé sait très bien nous le faire savoir, surtout lorsque certains ont eu pas mal de sang sur les mains et d'autres pas mal de sang qui a coulé autours d'eux. Maurice Gouiran semble aimer mettre en avant ce passé rude, honteux, un passé nourri d'ignominies, d'opprobres et d'humiliations, qui mérite d'être mis sur le tapis, bien en vue, rien que pour celles et ceux qui ne doivent surtout pas être oubliés; que ce soit au niveau des victimes, mais aussi au niveau des responsables de ce passé pas si glorieux.

Et quelle histoire... Emma Glovgaline, teint pâle, style un peu gothique, humeur difficile (pour les autres), est flic à Marseille. Peu sûre d'elle, mystérieuse, pas mal de souci perso, c'est vers Clovis Narigou, ami, amant et journaliste dans la cité phocéenne, qu'elle va se diriger pour lui montrer un élément d'enquête qui la perturbe un peu. Ou peut-être pour autre chose aussi, peut-être. Difficile de le savoir, elle ne semble pas le savoir elle-même. Vous l'aurez compris, ces deux personnages vivent une relation plutôt ambiguë, pas très claire, mais je vous assure, très chaude!

Cet élément d'enquête brûlant et relativement alarmant est effectivement assez préoccupant. Une vidéo.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?