• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ajouter au panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Ajouter au panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La nausée Broché – 7 mars 1972


Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Belle reliure
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,81 EUR 20,82
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,80
EUR 5,88 EUR 0,14

Rentrée Scolaire 2014
Rentrée des classes 2014

Pour une rentrée sereine, retrouvez vos livres et manuels dans notre boutique Scolaire et Parascolaire.


Primaire | Collège | Lycée - Voie générale | Lycée - Voie professionnelle | Lycée - Voie technologique



Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La nausée + Les mots
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Les mots EUR 6,80


NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Broché: 249 pages
  • Editeur : Gallimard (7 mars 1972)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 207036805X
  • ISBN-13: 978-2070368051
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (17 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.535 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne 

4.1 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par D'AGNANO BRIGITTE on 20 août 2011
Format: Broché Achat vérifié
Véritable déploiement de certains points de la philosophie de Sartre - antérieure ou ultérieure - à la publication, la Nausée est avant tout un roman de la découverte de soi-même, de l'opacité du Moi, du sens de son existence, à travers la Nausée, ce sentiment dégluant et dégoulinant d'existence tant injustifié et injustifiable qui n'arrive jamais au bon moment ( mais existe-t-il un bon moment pour toute prise de conscience ? ).
Cette quête d'identité, plus grave que le Solitaire de Ionesco, plus sombre que celle de la Recherche, nous promène dans l'expérience de l'Ennui, si bien retranscrite que paradoxalement on ne peut s'ennuyer tant les lignes de Sartre sont prenantes et poignantes, dans des interrogations métaphysiques qui ne nous semblent pas tant étrangères (chapeau bas pour une petite page dédiée à Descartes somptueuse), dans des sensations qui peuvent épouser la forme de réminiscences.
Lecture dépaysante mais non démoralisante, ce roman doit être lu pour celui qui aime la philosophie, les lettres, pour l'amoureux du mot, ou qui tout simplement s'interroge, sans pour autant chercher de réponses, mais qui cherche à se retrouver entre les lignes d'un texte.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Valnoise TOP 500 COMMENTATEURS on 2 juillet 2013
Format: Broché
Soixante-quinze ans après la publication de La Nausée, roman sur lequel ont glosé des générations d’enseignants dépressifs, à partir d’un fameux « morceau choisi » — les racines du marronnier dans un jardin public —, une relecture s’impose.

L’histoire d’Antoine Roquentin, la trentaine et le cheveu roux, qui vit de l’air du temps, et qui vit seul, c’est l’histoire d’un individu sans liens ni obligations, qui flotte dans une existence dépourvue de projet, séparé des autres et de lui-même, dans une légère schizoïdie, entre adiaphorie et acédie…

Là-dessus, Jean-Paul Sartre plaque sa névrose et sa philosophie, l’une nourrissant l’autre. Mettant l’accent sur la contingence, et l’absence de justification de l’existence (« Tout existant nait sans raison, se prolonge par faiblesse et meurt par rencontre »), il accumule les qualifications négatives (triste, veule, louche, sale, pourri, abject, obscène…) pour rendre compte d’un être-au-monde plombé par le dégoût, l’angoisse et l’ennui devant le « ça ».

Malicieux en diable, terriblement intelligent, et prenant plaisir à démasquer dans ses plus secrets replis la mauvaise foi des « salauds », l’auteur ne va pourtant pas si mal. Il y a la nausée, certes, mais il y a les mots, et il y a la musique, qui sauvent tout.

Manifestant ponctuellement un penchant certain pour le burlesque, dont Houellebecq se fera une spécialité, Sartre fait montre d’un sens aigu de l’observation (vie de bistrot dans les années trente, dimanches à Bouville…), le coup d’œil vif (sur la ville, le ciel, la mer). Un peu alourdie par des considérations « philosophiques », son écriture efficace va connaître un plein accomplissement avec Le Mur (1939).
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
46 internautes sur 51 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nicolas TOP 1000 COMMENTATEURS on 21 novembre 2005
Format: Broché Achat vérifié
Années 30, à Bouville, en France. Roquentin vit de rien, ou plutôt d’une rente. Pour tuer le temps, il écrit un livre d’histoire sur un Marquis… Il tient aussi son journal et c’est à travers son journal que l’on apprend qu’il vient de subir une sorte d’attaque, de crise de folie, qu’il a baptisé la Nausée.

Comment peut-on écrire un livre aussi bouleversant, aussi vrai ?
Lire la Nausée, c’est faire l’expérience vertigineuse du mal être. Pour aimer ce livre, et le comprendre, il faut avoir connu soi même le vertige de soi.

Etat de souffrance émotionnelle ? Non, ce n’est pas ça la Nausée. Plutôt la conscience de son existence. La conscience d’être… Dans ce livre, Sartre met en place ce qui sera son programme philosophique de l’Etre et le Néant. Il écrit aussi un ouvrage qui renvoie à une certaine vision de la philosophie. Connaître la Nausée, c’est accepter de perdre ses illusions sur le monde. Révolution copernicienne ? Pas loin, en tout cas quelque chose d’apparent.

Principe de laisser tomber le voile qui masque les choses. De regarder crûment le drame de l’existence. Son formidable drame qui fait de nous des Hommes.

On peut lire ce livre avec différentes émotions et volontés. L’ouvrage supporte une lecture psychanalytique, biographique, culturelle, émotionnelle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR on 1 octobre 2008
Format: Broché
En souvenir de la fin des années 60 où j'ai lu-avidemment-Sartre (les chemins de la liberté, le diable et le bon dieu, les mouches, les sequestrés d'Altona), j'ai ouvert la Nausée.

J'y ai retrouvé l'intelligence qui m'avait fasciné, un très grand talent narratif notamment dans la description de la ville, de son atmosphère, de son climat, de son ambiance (Simenon y aurait retrouvé ses petits) et dans l'acerbe critique sociale (fort bien vue) atteignant des sommets dans la description des portraits des bourgeois entreposés au musée de Bouville.

Quant au reste, l'existence par essence, en soi etc etc...ça pouvait faire palabrer "ad libitum" dès la fin des années 1930, ça ne ressemble plus à grand chose aujourd'hui. L'Histoire finit toujours par remettre les pendules à l'heure.

En conclusion...oui, la Nausée-roman vaut vraiment la lecture et le temps consacré...non, la Nausée-traité philosophique ne vaut même pas le prix du papier sur lequel il est imprimé.

Ce qu'il y a de bien avec la liberté, c'est qu'on peut choisir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents

Rechercher


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?