undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
58
4,8 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Cette année 2008 aura été celle de la Chine, des JO à Pékin... Beaucoup d'entre nous avons l'impression, aujourd'hui, que le terrain nous est devenu comme familier.
Or ce livre nous plonge dans une Chine tout autre: au fin fond de la province du Sichuan, dans les années 1980, où une jeune Française de 20 ans va, pendant près de dix ans, se vouer corps et âme à un art qu'elle a choisi: la calligraphie.
L'expression "corps et âme" n'est pas exagérée, car c'est une vraie ascèse que cette vie d'aspirante calligraphe: et le tableau que nous fait Fabienne Verdier, de cette vie dans un Sichuan retiré, dans le plus grand dénuement, tranche bien avec ce que la Chine a donné à voir d'elle-même, dans le super-spectacle des JO de cette année.
"Le calligraphe est un nomade, un passager du silence (...). Il aime l'errance intuitive sur les territoires infinis. (...) Il est animé par le désir de donner un goût d'éternité à l'éphémère." (dernier chapitre)
Si l'on achète ou lit ce livre, c'est l'édition originale, brochée, qu'il faut consulter, pour ses photos spécifiquement: au centre du livre, 32 grandes et magnifiques photos noir et blanc apportent au livre un cachet d'authenticité, d'esthétique aussi, qui viennent superbement illustrer le récit vécu. On est fasciné par le beau visage de Fabienne Verdier penché sur de longs rouleaux calligraphiés; par sa silhouette en vêtements tissés, brodés, portant toque de fourrure, tandis qu'elle sillonne les hauts plateaux du Tibet. On découvre aussi les ateliers où elle a travaillé, dessiné- dans sa chambre d'étudiante du campus de Chongqing, puis à Shangaï, à Pékin; enfin, les images de ses rencontres avec des femmes et des enfants, dans de petits villages dont elle découvre les coutumes anciennes...
On voit revivre tout un monde.

Un livre extraordinaire - à lire absolument.
22 commentaires| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2006
Autobiographie d'une jeune femme française qui va consacrer sa vie à l'apprentissage de l'art du pinceau.L'artiste nous emmène en Chine dans les années 1980, où elle décide de s'initier auprès de maîtres chinois. L'auteur nous emmène avec elle sur la voie difficile qu'elle a choisi, d'apprendre cet art de la calligraphie en s'imprégnant du mode de vie et de la pensée chinoise. Son récit, a valeur historique et anthropologique sur le monde fermé des artistes chinois. Le lecteur participe au combat de l'auteur pour appronfondir sa connaissance et comprend mieux les souffrances des artistes chinois de cette époque historique de la Chine .
A ce titre ce livre est très captivant et l'écriture à la fois fluide et détaillée ne vous lâche plus.
0Commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2009
Ce livre m'a bouleversée, ébranlée, a changé beaucoup de choses dans ma vie.

Je l'offre sans cesse, je le conseille tout le temps. Je suis pour la pérénité d'une telle oeuvre, écrite par un modèle humain de patience, d'assiduité, de courage, et d'humilité.

Ce livre laisse sans voix. Il m'a laissé aussi triste, pleurant l'injustice que je ressens en voyant que la plupart des média ne montrent pas suffisamment ce genre de personnes.

Dans son ascèse et sa discrétion, cette femme est une de ces personnes qui ont en elles la richesse de l'âme et le coeur de l'art.

Un chef-d'oeuvre.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2013
c'est l'histoire autobiographique d'une toute jeune fille de 16 ans armée de sa formation occidentale aux Beaux Arts et forte de convictions et qui se destine , sans le savoir,à un parcours initiatique à la découverte de soi-même par le truchement de la peinture Chinoise et la rencontre de quelques rares"Maîtres" rescapés de la Révolution Culturelle.C'est une Odyssée pleine d'aventures, de difficultés (liées au régime "démocratique" Chinois), de peines tant morales que physiques mais un voyage au bout de soi-même et l'accès à une certaine "Vérité" hors du temps, de cette vérité qui fait la grandeur des Hommes et leur dignité.On lit ce livre et cela résonne au fond de nous-mêmes parce que cela parle de l'essence de la vie.Voilà, c'est un petit livre à lire comme un récit, un livre où il est possible de se retrouver, si près de l'essentiel et si loin de la "modernité" dont on nous gave et de la "jouissance sans entrave" dont notre société matérialiste a fait le ressort de sa décrépitude.Il est de rares moments qui font du bien.Profitez.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Grâce à un caractère bien trempé, la lucidité précoce de ses inclinaisons et de ses aptitudes naturelles, Fabienne Verdier a délaissé le parcours ordinaire d'un étudiant des beaux arts, pour partir à la recherche d'une connaissance traditionnelle afin de construire un savoir authentique qui serait une base solide au développement de ses facultés artistiques.
Partant à la recherche et à la rencontre du Maître qui saurait lui enseigner les savoirs qu'elle ressentait nécessaires, F Verdier est partie pour un très long voyage qui a commencé dans les profondeurs de la Chine éternelle, dans les anfractuosités de cette gigantesque nation qui bascule chaque jour davantage dans la modernité, pour le poursuivre au cœur d'elle-même, et trouver le souffle printanier de la création, la lumière incandescente du premier rayon de soleil, l'enfance.
J'ai lu ce livre parallèlement à celui de J Ferrari "Un dieu, un animal". Deux histoires du temps, deux quêtes identiques, deux chemins divergents. Tandis que J Ferrari s'interroge sur le langage de Dieu, F Verdier nous répond: Cherchez la vie, en vous comme dans le brin d'herbe sur le bord du chemin, là est la réponse.
Ce livre est l'histoire du commencement d'un voyage ardent et lumineux.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Pendant les trois jours qu'ont duré les démarches, enfermée, maltraitée, j'ai dormi par terre et mangé une nourriture infecte. Enfin relâchée, j'ai été jetée dehors avec mon carton à dessins. Notre professeur m'en voulait à mort. [...] J'avais commis, je le reconnais, une bourde monumentale et connu la peur de ma vie. Je me sentais horriblement mal à l'aise vis-à-vis de mon professeur et de mes camarades étudiants. Pendant le voyage de retour, ils s'en sont pris à moi : je n'étais qu'une imbécile ; ils regrettaient de m'avoir emmenée ; d'ailleurs, que pouvaient-ils attendre de la part d'une étrangère ?" (page 198).
"Ensuite, mon ami des Beaux-Arts de Toulouse, le graveur, est arrivé. Comment expliquer mes sentiments ? J'avais totalement changé, non seulement à cause de ce que j'avais vécu mais aussi parce que j'étais incapable d'expliquer pourquoi. Je sentais que je devais rester, poursuivre mon chemin, même si, vu les difficultés rencontrées, ma décision semblait incompréhensible. Mon ami tentait de me convaincre : "Tu as perdu la raison. Pars avec moi ; pourquoi restes-tu dans cet enfer ?" Il était très inquiet. Je me sentais faible devant lui, ce qui ne me rendait pas très amène. "Laisse-moi vivre ma vie comme je l'entends, lui ai-je répondu. Je ne peux repartir avec toi. Je suis comme la chrysalide, occupée à construire le joli papillon que je serai peut-être un jour.""(page 142).
"Une fois, il me demanda si je savais monter à cheval.
"Oui, lui répondis-je, et j'adore cela.
- Comment fais-tu pour arrêter ton cheval ?
- Je tire sur les rênes.
- Ce geste de tension, quand tu tires sur les rênes, peux-tu le représenter dans ton trait ? "
Il voyait tout : il voyait que je n'avais pas encore atteint ce que pouvait contenir cette matrice qu'est le trait. Ses petites phrases, très simples, s'inscrivaient dans un principe : comment donner vie à la matière ; et la calligraphie s'inscrivait dans ce principe. "Tout ce qui est dans la nature, tout mouvement humain est une métaphore idéale pour instruire ton esprit à transmettre la vie au trait, disait-il. Avant d'avoir appris à communiquer une tension physique et spirituelle au trait, il ne sert à rien d'aller plus loin."" (page 110).

UNE AVENTURE HUMAINE, ARTISTIQUE ET SPIRITUELLE HORS DU COMMUN... Exceptionnel !!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il faudrait faire lire aux adolescents ce récit de Fabienne Verdier pour leur faire toucher du doigt ce qu'est un projet, un engagement, une volonté.

Ce témoignage passionnant sur son séjour en Chine, qui au bout du compte dura quelques 10 années, à la rencontre improbable, pendant la révolution culturelle, des peintres et calligraphes traditionnels chinois montre à l'envi, que c'est dans l'épreuve, que se construit la conversion du regard.

La peinture chinoise, la calligraphie n'est pas "représentation" mais trace instantanée de la dynamique du souffle, de l’énergie. Ce livre mêle à la fois les avatars du choc de civilisation, les anecdotes et les belles rencontres, les dangers et les errements de celle qui deviendra à son retour l'un de ces grands peintres pour lesquels l'art est "l’éclair de l'Etre" (Henri Mladiney).

Lire ce livre, c'est aussi se vacciner contre les virus de cet "art"(sic) contemporain, illustratif et bavard, qui se déploie avec la complicité des spéculateurs et des media.

Il prend place parmi les grand récit de voyage et d'initiation et ouvre une réflexion profonde sur l'essence, le statut de l'art.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Et quoi dire sinon que ce livre est d'une très grande
beauté! Pas seulement par le vécu de F. Verdier,
mais aussi pour son partage de ces vies, ces
moments passés avec le peuple chinois, ce regard
profond à la sagesse du moment, à l'écoute de
paroles de son maître ou peut-être, de tous ces
maîtres qu'elle a pu rencontrer... Et aussi, pour
l'immense beauté du trait qui en soi, c'est
impossible à en parler...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2013
« Si j'ai voulu raconter mon histoire c'est aussi pour faire connaître ces derniers grands maîtres détenteurs d'une tradition ancestrale... » L'essentiel est dit...
Avec une écriture simple et élégante Fabienne Verdier nous dépeint un véritable art de vivre au travers de la peinture et de la sagesse chinoise. Elle nous fait participer avec bonheur à sa pérégrination au coeur du Sichuan durant ses années d'apprentissage auprès de quelques grands maîtres chinois de la calligraphie et de l'art sigillaire. Des pages d'amour pour cet immense pays mais aussi un portrait sans concession des années 80 avec en filigrane un aperçu des monstrueux dégâts provoqués par la Révolution culturelle. Les chapitres se suivent au fil des jours qui passent, plein d'anecdotes savoureuses et des pensées philosophiques et ésotériques héritées des sages qu'elle a eu le bonheur de fréquenter.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ma rencontre avec Fabienne Verdier est d'abord ma rencontre avec ses peintures. Ce moment où au sortir d'une foire et après plusieurs heures à piétiner devant des oeuvres plus ou moins intéressantes, il ne me reste plus en mémoire que ce trait de pinceau noir ou rouge sur fond bleu ou vert ou orange ou blanc .... comme une plénitude et une sérénité offertes à l'hyper-activité et au stress de nos vies. Ma rencontre avec elle se situe aussi dans mes cours de Tai Chi Chuan où mon prof dit presque mot pour mot ce qu'elle écrit, comme si ce qui venait de Chine utilisait la même philosophie, le même ascétisme et surtout requérait la même infinie patience, quelle que soit la discipline.
Ce livre est pour moi un complément à ce que je vis devant ses toiles, un rappel utile de ce qu'il faut de foi et d'abnégation pour atteindre la maitrise de cet art. Fabienne Verdier ne m'est pas sympathique mais elle suscite chez moi une immense admiration. Lire ce livre c'est entrevoir à quel point le chemin est long, exigeant, solitaire.
Si l'occasion vous en est donné, allez voir ses toiles. L'artiste est là toute entière.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)