undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
La première chose qu'on regarde (Littérature française) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La première chose ... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
État: D'occasion: Bon
Commentaire: ENVOI RAPIDE S
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La première chose qu'on regarde (Allemand) Broché – 20 mars 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 5,37 EUR 0,26

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Livres anglais et étrangers
Lisez en version originale. Cliquez ici

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La première chose qu'on regarde + L'Écrivain de la famille + La Liste de mes envies
Prix pour les trois: EUR 30,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Arthur Dreyfuss aimait les gros seins.
Il s'était d'ailleurs demandé, si d'aventure il avait été une fille, et parce que sa mère les avait eus légers, sa grand-mère lourds, du moins dans le souvenir des étreintes asphyxiantes, s'il les aurait eus gros ou petits.
Il trouvait qu'une poitrine conséquente obligeait à une démarche plus cambrée, plus féminine, et c'est la grâce de ces silhouettes en délicat équilibre qui l'enchantait ; le bouleversait parfois. Ava Gardner dans La Comtesse aux pieds nus, Jessica Rabbit dans Qui veut la peau de Roger Rabbit. Et tant d'autres. Ces images le rendaient béat et rougissant. La poitrine impressionnait, appelait soudain au silence, forçait le respect. Il n'était pas d'homme sur cette terre qui ne redevenait alors petit garçon.
Ils pouvaient tous mourir pour ça.
De tels avantages, Arthur Dreyfuss, qui n'en avait jamais encore eu à proprement parler sous la main, en avait contemplé moult versions dans quelques vieux magazines usés de L'Homme moderne dénichés chez PP. Sur Internet aussi.
Pour les vrais, il y avait eu ceux de madame Rigautmalolepszy, qu'il apercevait lorsqu'ils débordaient de ses chemisiers au printemps : deux flamboyantes pastèques, si claires toutefois qu'y affleuraient des ruisseaux vert pâle, enfiévrés, palpitants ; tumultueux soudain lorsqu'elle accélérait le pas pour attraper l'autobus qui s'arrêtait deux fois par jour Grande Rue (une petite rue où le 1er septembre 1944 tomba un Écossais, un certain Haywood, pour la libération de la commune), ou que son ignoble roquet roux l'entraînait, excité, vers une quelconque déjection.
En classe de troisième, la sympathie du jeune Arthur Dreyfuss pour ces fruits de chair lui fit choisir la proximité d'une certaine Nadège Lepetit qui, bien qu'assez ingrate, avait l'avantage d'un copieux 85C sur une ravissante Joëlle Ringuet porteuse d'un 80A de limande. Ce fut un mauvais choix. L'ingrate protégeait jalousement ses demi-melons et interdisait aux gourmands de les approcher : âgée de treize ans, la maraîchère gironde, consciente de ses atours, voulait être convaincue d'être aimée pour elle-même, et l'Arthur Dreyfuss du même âge ne s'y entendait alors pas vraiment en mots courtois, rimeurs et trompeurs. Il n'avait pas lu Rimbaud ni vraiment retenu les paroles au miel des chansons de Cabrel, ou celles, plus anciennes, d'un certain C. Jérôme (exemple : Non, ne m'abandonne pas/Non, non, mais donne-toi).
Lorsqu'il apprit qu'Alain Roger, son ami d'alors, eut les modestes drupes de la ravissante Joëlle Ringuet au bout des doigts, puis au bord des lèvres, puis tout à fait dans la bouche, il crut devenir fou et se demanda s'il ne fallait pas réviser drastiquement ses positions mammaires. A la baisse.

Revue de presse

Car ce nouveau roman est beaucoup plus féroce que le précédent, plus noir également. Grégoire Delacourt montre encore une fois son inclinaison pour les personnages fragiles, marqués par des deuils ou des disparitions subites. Il revendique cette fois le roman d'amour pour mieux en montrer les limites. Tiré à 80.000 exemplaires, ce troisième roman, attendu, devrait surprendre les lecteurs. (Françoise Dargent - Le Figaro du 21 mars 2013)

Après le triomphe de "La liste de mes envies", Grégoire Delacourt publie "La première chose qu'on regarde", un roman qui nous interroge en profondeur sur notre superficialité...
"La première chose qu'on regarde" est un roman sur la solitude, sur la recherche de soi et la quête d'amour. Drôle et tragique à la fois parce que le personnage principal comprend "qu'on n'est jamais aimé pour soi mais pour ce qu'on comble chez les autres". S'il devait se résumer en une seule phrase extraite du livre, ce serait incontestablement celle-ci : "Pourquoi le bonheur, c'est toujours triste ?" (Valérie Trierweiler - Paris-Match, avril 2013)



Détails sur le produit

  • Broché: 250 pages
  • Editeur : JC Lattès (20 mars 2013)
  • Collection : Littérature française
  • Langue : Allemand
  • ISBN-10: 2709642867
  • ISBN-13: 978-2709642866
  • Dimensions du produit: 13 x 2 x 20,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (60 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 89.023 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par kobah le 8 août 2013
Format: Broché
Je m'efforçais d'avancer dans cette histoire niaise juste pour avoir le droit de donner un commentaire . Je viens de voir qu'un lecteur s'étant arrêté à la 50° page a donné le sien .
Je suis allé plus loin : ça a été pénible mais ce livre m'a été offert donc je faisais un petit effort . A la 68° page j'ai cru que mon calvaire s'achevait .... et bien non ! la bouffée d'air a duré deux pages tout au plus (je ne vais pas aller vérifier ). Je jette l'éponge page 91.... je n'en puis plus. Ca se veut drôle mais c'est vraiment affligeant : toutes les tentatives tombent à l'eau ; cette eau qui on le sait n'a ni goût ni couleur ni arôme et qui pour le coup est mortellement ennuyeuse.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par laurent des landes le 21 juin 2013
Format: Broché
un sabordage !!
Je m'étais douté vu le peu de temps resté en tête de vente que ce livre n'avait pas trouvé son public .
le bouche à oreille l'a détruit à juste raison !
Je ne vous raconterai pas la fin j'ai abandonné à la page 50
autant j'avais aimé les 2 premiers roman ,drôle ,percutant ,vachard mais humain autant celui -ci m'apparait illisible , prétentieux ,vulgaire !
Erreur de parcours ,j'en doute !
amateurs de bons livres :fuyés !
bonjour tristesse!
aussi triste que ce printemps 2013 !
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par lacarotte le 13 janvier 2014
Format: Broché
ce livre est unique; il fait vivre des personnages dans un monde de la pauvreté culturelle profonde, avec le vocabulaire utilisé entre eux; et malgré l'ignorance de presque toute les subtilités de la vie, deux personnages donnent une leçon d'humanité et de poésie qu’apparemment beaucoup de lecteurs n'ont pas ressenti...dommage.
Bien sûr Arthur et Jeanine n'ont d'autres références que celles qu'ils voient à la télévision ou sur les feuilles de choux locales, mais justement c'est là qu'ils nous donnent cet espoir fou : l'humain peut être digne et beau dans toutes circonstances, même au milieu de la plus grande indigence et entouré de vulgarité.
Merci Monsieur Delacourt, votre livre est très beau.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par cecile vigier le 16 mai 2013
Format: Broché Achat vérifié
Je regrette cet achat. J'ai lu ses deux précédents livres avec plaisir. Quelle déception pour celui-là.
Trop de poncifs et bons sentiments. Dommage!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Icauna le 23 mai 2013
Format: Broché
Donneur de voix pour un site pour Déficients visuels avec quelques centaines de bouquins à mon actif j'avais pris un réel plaisir à enregistrer "L'écrivain de la famille" et surtout "La liste de mes envies".
Cette fois-ci quelle déception, c'est du charabia, du tape-à-l'oeil, du n'importe quoi avec des tas d'ajouts superfétatoires.
Grégoire tu déconnes !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par PhC le 6 mai 2013
Format: Format Kindle Achat vérifié
Je ne connaissais pas cet auteur. Le titre est attirant et laisse supposer une étude plus approfondie de ce qu'il y a derrière la première chose. Et bien non, l'histoire tourne en rond et les idées sont redondantes. Une histoire d'amour entre deux personnes au passé difficile dont on image la fin au deux tiers du livre. Décevant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Après la lecture de » La liste de mes envies »qui m'a beaucoup plu , ce roman m’a laissée indifférente et j’ai eu plaisir à le finir au plus vite, en sautant même des passages entiers(ceux qui se trouvent dans les trop nombreuses parenthèses censées expliquer tous les appartés de l’écrivain).
Le sentiment du « faux »domine . je ne crois pas trop à ce jeune garagiste et à son style affecté . Cela m’a fait penser à "L’élégance du hérisson " de Muriel Barbery et à sa concierge :des phrases plaquées dans la bouche de qq’un à qui ça ne va pas,pour mettre son auteur en valeur :cette fois ,ça ne marche pas ! .Et même pas d'inattendu ,car on sait à l'avance ce qui va se passer !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché Achat vérifié
Je n'ai pas apprécié ce livre. Je trouve que d'avoir choisi une actrice existante pour poser son personnage est d'une pauvreté extrême. C'est vraiment la facilité et ça rend quelque chose de plat. Le style et le personnage auraient gagné à être construits dans un imaginaire, ce qui est possible : on peut créer un personnage de toute pièce et lui donner la caractéristique d'être célèbre. Ce livre n'a pas été écrit pour la beauté de l'écriture ou pour les lecteurs, il a été écrit pour les professionnels et l'auteur se fait mousser en dictant qui devrait avoir le rôle dans son adaptation cinématographique potentiel. Affligeant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?