undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles1
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:18,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 octobre 2004
Ariane Chemin, journaliste au Monde, dans la section Société, décrit, dans ce petit libre (150 pages), la promo 1986 de Sciences Po dont elle faisait partie. Dans les années 90, à sa grande surprise, elle s'aperçut qu'un grand nombre de ces condisciples étaient devenus connus, passant à la télévision et occupant le devant de la sphère médiatique et politique. Du coté Média, on peut citer Frédéric Beigbeder, Isabelle Giordano, David Pujadas, Anne Roumanoff, Basil de Koch, Frigide Barjot. Du coté politique, Jean François Copé, Claude Chirac et Arnaud Montebourg.
N'ayant pas du tout aussi le même parcourt et n'étant pas du même milieu, ayant fait des études complètement différentes, mais étant de la même génération, j'ai acheté ce livre avec curiosité. A la fois nostalgique et critique d'une époque qui était sa jeunesse (et la mienne), Ariane Chemin dresse le portrait d'une jeunesse privilégiée (par ses facilités intellectuelles et surtout son milieu), située à la charnière entre la génération 68 et celle des années 90, celle de l'e-business et de l'anti-mondialisme. Elle décrit des jeunes individus, la vingtaine, presque tous Génération Mitterrand, bien plus tard rattrapés par la désillusion à l'égard de la politique. Beaucoup on sentit que les média, et par-dessus tout la télévision, avec la création de des nouvelles chaînes et la privatisation de TF1, leur offrait un tremplin plus important que le monde affaires ou la politique.
Si le ton du livre est un peu mélancolique, on ne peut pas plaindre cette jeunesse, qui grâce au prestige et aux réseaux de leur école, ont été épargnés du chômage Plein d'anecdotes, ce livre se lit facilement et avec amusement en une demi soirée à peine. Agréable à lire, mais très léger, on retrouve, en filigrane, le ton général de dénigrement si couramment adopté pour parler de cette période. Qualifiée toujours de superficielle, coincée entre deux périodes plus militantes, les années 70 et 90, donc moins politiquement correcte, où la pensée de gauche opère un recul, les années 80 méritent mieux. Années charnières et peut-être même révolutionnaires, elles annonçaient notre monde actuel. Moins superficielles que celles décrites et vécues sans doute par la poignée de jeunes fétards de Sciences-Po, plus intéressantes du point de vue culturelle (musique, livres, cinéma) que communément admis, je trouve qu'elles reçoivent un traitement injuste, ce que reflète ce livre.
Néanmoins le livre, souvent drôle, plein d'anecdotes et de témoignages, vaut le détour. A la fin il prend un tour un plus sérieux évoquant la disparition tragique et prématurée de certains. On note toute fois un certain ton un peu trop complaisant pour Arnaud Montebourg, vers la fin, où plusieurs pages lui sont consacrées pour lui tout seul. Cela tranche avec le ton généralement rieur du livre. Certainement, Ariane Chemin, qui à mon avis sur le point de vue réussite sociale n'a rien à envier aux autres camarades de sa promotion, sent ou voudrait que cet homme a un grand avenir politique devant lui.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)