EUR 19,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La république bobo a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 6,65 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La république bobo Broché – 5 février 2014


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00
EUR 18,50 EUR 14,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,30

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La république bobo + De l'art d'être BOBO + Les Bobos
Prix pour les trois: EUR 40,89

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Vous le pensiez obsolète ? Pourtant le bobo n’a jamais été aussi présent. Il est de toutes les joutes politiques, de toutes les brèves de comptoir et de magazine, que l’on devise carte scolaire, terrorisme du bio, prix de l’immobilier ou causes de la montée de l’extrême droite.
Que recouvre ce néologisme ridicule, assemblage new-yorkais de deux mots français ? Une construction médiatique rejetée par la plupart des sociologues. Un travailleur social au SMIC tout autant qu’un patron de start-up. Mais surtout, un bouc émissaire idéal. En ces temps de bobobashing, il faudrait être sacrément téméraire pour se revendiquer afi cionado de la Courgette solidaire.
Pourtant, selon Laure Watrin et Thomas Legrand, eux-mêmes bobos, il est grand temps de réhabiliter ce pauvre hère. Car il est le promoteur des modes urbains de demain. Alors oui, il frôle parfois la caricature, vacille sans (presque) aucun scrupule entre un hédonisme individualiste et des élans de faiseur de lien social. Mais il redynamise le vivre-ensemble tout en restant connecté au monde. Il tente de concilier des contraires et de s’adapter dans une société morcelée… En ce sens, le bobo est l’un des fers de lance de la république du XXIe siècle. En déclinant ses engagements et ses marottes, ce livre s’engage non seulement à clarifi er son identité, mais aussi à redorer son blason.
 

Biographie de l'auteur

Laure Watrin a été reporter pendant 12 ans à RTL avant de créer la collection d’ethnoguides « Les Pintades », qu’elle codirige.
 

Laure et Thomas élèvent leurs 3 enfants, qui portent des prénoms de la IIIe République, au Pré-Saint-Gervais (9-3)... « un vrai village… ! »



Thomas Legrand est éditorialiste politique à France Inter. Il a été grand reporter, correspondant permanent à New York pour RTL. Il est notamment l ’auteur de Ce n’ est rien qu’un président qui nous fait perdre du temps (2010) et, avec Laure Watrin, de La République bobo (2014), tous deux publiés chez Stock.



Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 6,65
Vendez La république bobo contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 6,65, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Stock (5 février 2014)
  • Collection : Essais - Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2234075475
  • ISBN-13: 978-2234075474
  • Dimensions du produit: 13,5 x 2 x 20,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 85.548 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Weirdo le 29 mars 2014
Format: Broché
On reste quelque peu médusé en refermant ce livre. Les auteurs, qui y apparaissent comme des caricatures bobos, c'est-à-dire des caricatures de bourgeois néolibéraux, grands gagnants de la mondialisation, au pouvoir d'achat important, certains d'appartenir à une élite - l'élite qui dicte l'information dans ce pays, sûrs de leur force, tentent de s'auto-justifier en permanence.

Il va de soi que la postmodernité occidentale, libérale et libertaire, grande pourvoyeuse de l'idéologie relativiste, a engendré la fin du primat de l'être humain, la banalisation de l'indifférence à l'Autre, ainsi que le culte du narcissisme, de l'éphémère et du superficiel. Elle est de fait le principal destructeur des piliers de notre civilisation judéo-chrétienne et gréco-latine, en conséquence le premier responsable du délitement du lien social et du vivre-ensemble, dans notre pays en particulier et en Occident en général. Or nos deux bobos, parangons de la postmodernité, nous explique avec aplomb que le "boboïsme" est un grand créteur de lien social en 2014 et qu'il est à même de sauver la situation quelque peu désespérée dans ce pays... Il y a dans la thèse développée par les auteurs un non-sens évident. Mais voyons un peu plus loin leur démarche.

Ils s'appuient en particulier sur un argumentaire proche de celui de la doctrine sociale de l'Église, ils semblent même pas moment le plagier sans sourciller.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Adrien Amaury le 6 mars 2014
Format: Broché Achat vérifié
"La République bobo", reportage journalistique, soutient une thèse : le Bobo est l'avenir de l'Homme. Le Bobo y est présenté non comme une classe, mais comme une "catégorie" sociale, bourgeoise et cultivée. Son existence se résume à trois domaines : l'immobilier, la nutrition, l'immigration. Dans son jargon : la "déco", le "bio", le "populaire".

1°) Aspects négatif :

Les contradictions viennent des auteurs mêmes.

Ainsi, ils refusent de percevoir le Bobo comme une "classe sociale", sous prétexte que dans la "catégorie" bobo se trouvent des riches et des pauvres. Dans le même temps, ils reconnaissent cependant que le patron d'une société bobo (média, informatique, arts) s'ennuie avec les notaires et patrons traditionnels, non avec ses employés bobos. Cette situation trouve pourtant son origine dans le fait que les deux Bobos appartiennent au même mode de production des richesses, celui d'une économie néolibérale, dont ils possèdent la morale libérale-libertaire, les préjugés afférents. Or, cette analyse se trouve implicitement dans le livre ! Les auteurs affirment que le "boboïsme" appartient au l'ordre socioéconomique mondialiste ; donc implicitement, le Bobo s'avoue un produit de la société de consommation (ou du spectacle, dirait Guy Debord), une branche de la bourgeoisie néolibérale. Il s'agit bien ainsi d'une classe sociale au sens marxiste du terme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par christine.l le 16 avril 2014
Format: Broché
Il y a les beatniks, les hippies, les hipsters, les soixante-huitards, les WASP et il y a les bobos
les sans-bureau fixe, les coffice
les bobos gentrifieurs, les bobos mixeurs

bobo, bourgeois bohème, cité pour la première fois par le journaliste américain, David Brooks dans le New York Times :
"Bobos in paradise" en 2000.

Alors au final, qu'est ce qu'un bobo ?

Tout est dans la contradiction :

les bobos seraient de gauche ("branche bio de la gauche caviar"),
plutôt aisés (quoique non d'après les auteurs, mais si, à mon avis),
ils prônent la mixité sociale (mais en même temps, pas trop près des logements sociaux et apprécient leur confort dans leur appartement entièrement stylisé, leurs petites épicerie de coin de rue et leurs petites boutiques tellement trop hypes),
ils donnent à leurs enfants des prénoms très IIIème République, et préfèrent mettre leur progéniture bien au chaud dans une école privée...

D'après les auteurs, bobos eux-mêmes : "la gentrification n'est pas l'embourgeoisement" mais quoique...
Le Monop remplace l'Arabe du coin, et le quartier se transforme en quartier "gay-dog-family-friendly"
tout est dans "la norme bourgeoise et la marge bohème"

Et tout est dans le paradoxe : ils sont écolos mais roulent en 4X4, mangent bio mais achètent leurs légumes savamment emballés dans des packaging très mignons mais non moins pesticidés.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?