ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 10,32
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La reine Brunehaut [Broché]

Bruno Dumézil
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
Prix conseillé : EUR 29,50
Prix : EUR 28,03 LIVRAISON GRATUITE En savoir plus.
Économisez : EUR 1,47 (5%)
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 23 avril ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez toutes les nouveautés à -5% et livrées gratuitement.

Description de l'ouvrage

12 mars 2008 LITT.GENE.
Au printemps 581, deux armées se préparent à s'affronter dans la plaine de Champagne. L'enjeu de la bataille est le contrôle de l'Austrasie, le plus grand des royaumes mérovingiens. Soudain, une femme en armes apparaît entre les lignes ennemies et exige des guerriers qu'ils mettent fin à leur querelle. Par ce fort belliqueux geste de paix, Brunehaut vient de faire son entrée dans l'Histoire.
Cette grande dame du VIe siècle souffre pourtant de la légende noire attachée à son nom. Trop souvent, son règne est décrit comme une suite de meurtres, de vengeances et de sacrilèges, dont le moteur aurait été une haine inexpiable envers sa belle-soeur Frédégonde. Quant à l'épouvantable supplice qu'elle subit en 613, on le donne généralement en modèle de la barbarie mérovingienne. Par-delà l'image d'Épinal, il est aujourd'hui nécessaire de revenir aux sources contemporaines. Le rôle du médiéviste est de relire ces textes, de les confronter avec les résultats des disciplines nouvelles, pour bâtir un récit plus attentif à la vérité historique ; peut-être moins «romantique», mais tout aussi vivant et trépidant.
Brunehaut retrouve alors sa véritable dimension, gigantesque, à la mesure d'un royaume qui s'étendait de la Bretagne à l'Adriatique et du Pays basque aux frontières du Danemark. Là, pendant près de quarante ans, cette «Barbare» oeuvra à la préservation de la civili­sation romaine. Sous son règne, l'autorité de l'État, le principe d'un impôt équitable et la littérature classique vécurent un été indien. Mais Brunehaut fut aussi une femme dépourvue de toute nostalgie. Sa pratique subtile de la justice et son usage des relations d'homme à homme - ou doit-on dire de femme à homme ? - font d'elle l'une des créatrices de la civilisation médiévale. Amie des papes et des moines réformateurs, elle rendit également possible l'évangélisation de l'Angleterre et contribua grandement à l'émergence de la chrétienté occidentale.
A la rupture entre Antiquité et Moyen Âge, entre passion pour le pouvoir et espoir permanent d'une existence paisible, Brunehaut est un personnage étrange et complexe, une figure qui mérite assurément d'être redécouverte.

Né en 1976, Bruno Dumézil est maître de conférences en histoire médiévale à l'université de Paris-X. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure et agrégé d'histoire, il a récemment écrit un brillant ouvrage sur les Racines chrétiennes de l'Europe (Fayard, 2005), qui a connu un extraordinaire succès (plus de 10 000 ex. vendus et une presse unanime).

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La reine Brunehaut + Des Gaulois aux Carolingiens (du Ier au IXe siècle)
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Au printemps 581, deux armées franques se préparaient à s'affronter dans la plaine de Champagne. Six ans plus tôt, le hasard avait voulu qu'un enfant hérite du plus puissant des royaumes mérovingiens. Depuis, les Grands s'entre-déchiraient pour s'emparer de la régence. Mais, au moment où la bataille décisive allait s'engager, une femme en armes apparut entre les lignes ennemies. Elle ne venait pas pour participer au combat, ni même pour exhorter les hommes à la bravoure. Au contraire, avec toute l'autorité que lui conférait le port du baudrier, elle exigeait que les Francs mettent fin à leur querelle. À la surprise générale, elle obtint satisfaction. Par ce fort belliqueux geste de paix, une reine barbare venait d'entrer dans l'Histoire.
Dans les sociétés anciennes pourtant, que ce fût à Rome ou en Germanie, seuls les hommes avaient le droit de faire la guerre. Du moins, les vertus qui permettaient de défendre le groupe, et par conséquent de le diriger, étaient nécessairement masculines. Comme toute civilisation, croyait-on, avait pour finalité d'interdire la confusion entre les sexes, les femmes combattantes se trouvaient renvoyées hors des frontières de l'humanité ordinaire. Les panthéons païens étaient ainsi peuplés de déesses belliqueuses, tandis que les ethnographes se plaisaient à évoquer les Amazones, guerrières au sein nu cavalant aux extrémités de la Terre. Mais ces êtres ne constituaient que les fantasmes d'un monde inversé. Les premiers chrétiens eux-mêmes considéraient que le pouvoir guerrier appartenait intrinsèquement aux mâles. Certes, quelques héroïnes jouaient de l'épée dans les pages de l'Ancien Testament et certaines martyres de l'ère apostolique avaient affiché des comportements virils. Mais ces saintes viragos, comme tous les monstres de la nature, n'étaient qu'une preuve parmi d'autres de l'infinie puissance du Créateur.
En somme, aucun homme du premier millénaire, qu'il fût romain ou germain, païen ou chrétien, n'envisagea jamais de rencontrer un être du sexe opposé sur un champ de bataille. La femme qui s'affichait avec les armes du pouvoir se rendait coupable d'une terrible transgression de l'ordre social voulu par Dieu ou par les dieux. Pourtant, en ce jour de 581, une telle créature apparut et les guerriers acceptèrent de se soumettre à ses ordres. Bientôt, les Francs reconnurent son autorité souveraine et, pendant près de trente ans, elle régna sur un territoire s'étendant de l'Atlantique à la Bavière et de l'Italie du Nord aux rives de l'Elbe.

BRUNICHILDA, BRUNEHILDE, BRUNEHAUT...

Pour comprendre le destin de cette femme, notre première tâche est de lui donner un nom. Les sources contemporaines la désignent en effet selon des formes extrêmement variables : Brunehilda, Brunechilda, Brunichildis, Brunigildis, Brunigilda, voire Bruna... Ces incertitudes orthographiques s'expliquent par une volonté de transcrire en latin, unique langue de l'écrit, un nom issu des dialectes germaniques parlés par les peuples barbares occupant l'Europe occidentale. Et notre propre hésitation à choisir une seule de ces formes révèle les difficultés que nous éprouvons à appréhender le très haut Moyen Age. Car lorsque la reine vit le jour, vers 550, la disparition de l'Empire romain en Occident n'avait encore rien d'une évidence. Et lorsqu'elle mourut, en 613, la chrétienté médiévale n'était qu'à ses balbutiements. Dans cette période hésitant entre chien et loup, c'est nous-même qui risquons de tracer le trait entre Antiquité et Moyen Age en choisissant le nom de la reine.

Revue de presse

Par ces qualités même, que la clarté de l'exposition ne réserve pas au spécialiste, le Brunehaut de Dumézil est bien plus qu'une mise au point érudite sur une figure mythique de l'histoire nationale, longtemps présentée aux écoliers pour dire la barbarie du cruel Haut Moyen Age, et aujourd'hui effacée de notre Panthéon scolaire : c'est une réflexion sur ce moment-clé où la faillite de l'Empire romain, trop fraîche pour sembler irréversible, autorise le pragmatisme le plus cru pour concilier la tradition romaine et la nature nouvelle des rapports de forces et des liens personnels qui fondent le monde médiéval. En incarnant ce moment décisif, la reine "barbare" apparaît bien comme le pont entre deux mondes, où l'autorité d'un Etat centralisé, le principe d'une imposition équitable comme les derniers feux de la littérature classique démentent l'image d'Epinal. Ne reste que l'Histoire. (Philippe-Jean Catinchi - Le Monde du 10 avril 2008 )

Détails sur le produit

  • Broché: 559 pages
  • Editeur : Fayard (12 mars 2008)
  • Collection : LITT.GENE.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2213631700
  • ISBN-13: 978-2213631707
  • Dimensions du produit: 21,8 x 14,6 x 3,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 98.873 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.5 étoiles sur 5
4.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des barbares? 11 juillet 2008
Par Henri Bès TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
Bruno Dumézil fait revivre avec talent tout le relief d'une époque méconnue du grand public, la fin du VI°s dans la Gaule mérovingienne. Plus tout à fait romains, mais pas encore français, cet espace et cette civilisation mêlés sont restitués avec brio, et les moindres méandres de la politique franque, interne et internationale, sont racontés comme dans un roman policier. On voit finalement en Brunehaut, comme en son contemporain le pape Grégoire, ceux qui firent le choix de la rupture avec l'Empire Romain encore puissant de Constantinople, et de la construction d'une nouvelle entité qui allait être l'Europe.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 titre à revoir 18 janvier 2011
Par HK K TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Comme il fallait s'y attendre pour cette collection, le titre est inapproprié. C'est beaucoup plus que la vie de Brunehaut qui est décrit ici, c'est tout le début de l'histoire mérovingienne. L'auteur est talentueux pour rendre clair la succession de Clovis. Sa présentation de la genèse de la Gaule franque est remarquable. Il traite de l'ethnogénèse qui est un sujet assez difficile à expliquer en prenant exemple sur la cravate des cadres... Des documents rares à la fin, des cartes, des généalogies. Vraiment bien et pas ennuyeux du tout
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5.0 étoiles sur 5 Un Sépulcre de Flammes… 8 avril 2014
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Cet ouvrage sur Brunehaut m’a paru très complet, très argumenté même si, par rapport à de précédents ouvrages, il me parait occulter quelque peu certains personnages, tel le patrice Mummol par exemple, à peine évoqué par l’auteur. Occultés aussi certains faits secondaires ou anecdotiques, telle par exemple, la récupération à Renève des cendres de la reine, ou de ce qu’il en restait, par des religieux de l’abbaye Saint-Martin d’Autun, cendres qu’ils déposeront dans le tombeau que la reine s’était fait construire dans leur crypte. On le voit, l’auteur dans cet ouvrage s’attache à l’essentiel.

Certaines de ses analyses me laissent aussi perplexe, notamment à propos de Clotaire II, que l’auteur ne trouve ni revanchard ni cruel quant au traitement qu’il réserva à la grande reine. Certes je souscris assez à ses arguments quand il explique pourquoi aux yeux de Clotaire Brunehaut devait plutôt mourir que vivre, même en la laissant finir sa vie cloîtrée dans un monastère comme c’était la coutume à l’époque. Déjà afin que Clotaire donnât satisfaction aux Farons et autres aristocrates, notamment d’Austrasie, auxquels il devait tout. Mais était-il besoin de la torturer trois longs jours avant de la jeter, tel un paquet d’os désarticulés sur un bucher, sans même lui accorder la moindre sépulture, pas même un trou comme l’a dit un autre biographe de Brunehaut ?
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
ARRAY(0xaa05bb4c)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?