La Rivière noire et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ajouter au panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Ajouter au panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

La rivière noire Broché – 3 février 2011


Voir les 8 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 3 février 2011
EUR 19,50
EUR 6,70 EUR 1,80
CD-Rom
"Veuillez réessayer"
EUR 40,94 EUR 32,75

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La rivière noire + Hypothermie : Une enquête du commissaire Erlendur Sveinsson + Hiver arctique
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Broché: 300 pages
  • Editeur : Editions Métailié (3 février 2011)
  • Collection : Bibliothèque nordique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2864247585
  • ISBN-13: 978-2864247586
  • Dimensions du produit: 20,8 x 14 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (63 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 127.123 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Né à Reykjavik (Islande) en 1961, Arnaldur Indridason est journaliste, scénariste et critique de cinéma. Il est l'auteur de plusieurs romans policiers, véritables best-sellers internationaux. Son premier roman policier, La Cité des Jarres -paru en Islande en 2000 - a été traduit dans plus de vingt langues. Il également l'auteur de La Dame en vert (Grand Prix des lectrices de Elle 2007) et L'Homme du lac (Prix du polar européen 2008 du Point).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne 

3.7 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

29 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par guillaume75 on 8 février 2011
Format: Broché
Un opus qui se déroule entièrement sans Erlendur, parti en vacances, ce qui nous donne l'occasion de mieux connaître Elinborg, qui ne le porte pas spécialement dans son coeur. C'est un autre regard sur notre héros, elle porte un jugement sévère sur ses agissements en tant qu'homme tout en admirant le policier, et ça nous fait mesurer à quel point on était, nous, lecteurs, en empathie avec sa souffrance.
Le roman débute par une surprise : celui qu'on prenait pour « le méchant » se révèle être la victime, sauvagement assassinée. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et Elinborg aura besoin de toutes les pages pour démêler une affaire aux ramifications multiples. Une enquête profondément triste, aux injustices révoltantes, qui donne une piètre image de la société islandaise, où semble-t-il la justice ne punit pas le viol bien sévèrement.
La tonalité est encore empreinte de mélancolie, et je ne parviens toujours pas à exprimer avec précision la magie des intrigues d'Arnaldur Indridason. Il y a un truc, une puissance dans les mots qui nous rivent aux pages, même sans Erlendur, ça fonctionne. Grande angoisse malgré tout dans les dernières pages, mais où est donc passé notre policier ?... A suivre !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michel Strogoff on 31 octobre 2012
Format: Broché
Je pense que certains commentaires mitigés sur ce livre viennent des habitués du commissaire Erlendur, déçus de ne voir leur héros habituel qu'évoqué comme un personnage hors-champ. Mais pour ceux qui comme moi sont entrés par ce livre-ci dans l'univers d'Arnaldur Indridason, il s'agit d'une excellent polar, très attachant, à l'ambiance envoûtante, et j'ai bien envie de voir revenir Elinborg dans d'autres enquêtes.
Je ne peux m'empêcher de faire un commentaire quant au support de lecture. Je voulais acheter ce livre pour mon Kindle - n'en déplaise aux 451 prétentieux grincheux anti-eBooks, c'est très agréable pour le grand lecteur que je suis de lire sur ce support. Et comme la plupart du temps, l'éditeur le propose en version dématérialisée à DEUX FOIS le prix d'une des éditions papier disponible ! Absurde et navrant ! Nos éditeurs n'ont-ils rien appris de ce qui s'est produit avec le disque et le film ?
Du coup, en attendant qu'ils se mettent à penser, j'ai emprunté la version papier d'un ami (ça, ils n'ont pas encore réussi à l'interdire. Gain zéro pour eux du coup). Et pour les autres œuvres d'Arnaldur Indridason, j'ai vu qu'on les trouvait en eBook anglais au prix du poche. Va pour la lecture en anglais, ça ne me dérange pas. Et tant pis pour nos CHERS éditeurs français. "On risque de tout perdre... etc etc"...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE on 9 février 2011
Format: Broché
Un seul commissaire nous manque et tout est dépeuplé. Non, c'est vrai, sans Erlendur, le dernier Indridason, La rivière noire, a comme un goût d'inachevé, voire de bâclé, d'insatisfaisant, en tous cas. Elingborg, l'adjointe d'Erlendur, qui prend la relève en l'absence du susdit (dont la vraie fausse apparition en fin de roman est diablement inquiétante), est fade en comparaison, et ses tourments familiaux, d'une grande banalité, ne nous émeuvent guère. L'enquête, en elle même, qui tourne autour de l'assassinat mystérieux d'un type qui utilise le Rohypnol, la drogue du viol, pour abuser de jeunes femmes sans défense, n'est pas palpitante non plus. Les meilleurs passages se trouvent en fin de roman, dans la description d'un petit village qui semble ravitaillé par les corbeaux, où règne l'omerta, dans une atmosphère glauque au possible. Le récit manque d'ampleur, le style est souvent laborieux, plombé par d'innombrables dialogues répétitifs et sans saveur. Bon allez, malgré ces réserves, force est de constater que la petite musique indridasonienne fonctionne toujours, même au ralenti. C'est du moins l'impression finale, ce polar semble comme une transition avant une prochaine aventure où l'on va enfin savoir ce qu'il est advenu de ce brave Erlendur. Le vrai suspense de La rivière noire se trouve là, en creux, dans cette absence inexpliquée de notre personnage préféré. D'une certaine façon, Indridason a réussi un coup de maître.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ndruot TOP 1000 COMMENTATEURS on 27 mai 2011
Format: Broché
A Reykjavik, un homme est retrouvé assassiné dans son appartement. Sur lui, on retrouve des capsules de Rohypnol, la drogue du viol.
Arnaldur Indridason met cette fois-ci en scène l'enquêtrice Elingborg, l'adjointe d'Erlendur, le fameux commissaire des précédents romans de cet auteur.
Cette nouveauté permet de donner une autre sensibilité à l'enquête, où on découvre que les principales victimes sont des femmes. Tous les sens sont mis en éveil, et les odeurs, les vêtements, les recettes de cuisine deviennent des indices aussi importants que les témoignages.
Comme toujours, ce voyage dans cette Islande où les gens portent des noms impossibles à retenir est une réussite. Ce n'est peut être pas son meilleur roman policier, et si vous ne connaissez pas l'auteur, je conseille plutôt "La voix" ou "La femme en vert". Pour les autres, vous ne serez pas déçus !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?