ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 19,60
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La saga des Ecrins [Relié]

François Labande

Prix : EUR 56,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 24 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 19,60
Vendez La saga des Ecrins contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 19,60, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

20 mai 2014 Le texte et l'image
En 1828, Adrien Durand, simple géographe missionné par l'empereur pour cartographier le massif, réalise la première du Pelvoux. Cette date marque aussi le commencement de la «Saga des Écrins».

Les premières s'enchaînent : une équipe anglaise composée de Horace Walker, Adolphus Moore et Edward Whymper, guidée par deux pointures, Michel Croz et Christian Almer, atteint en 1864 le sommet de la Barre des Écrins, qui domine le massif. Puis, c'est la ruée vers la Meije : William Auguste Coolidge, guidé par Christian Almer et flanqué de ses deux «compagnes» (sa tante adoptive et une chienne membre d'honneur du Club alpin pour son impressionnant palmarès), accède sans trop de difficultés au supposé point culminant... manque de chance, tandis que, sous leurs pas, se dresse inutilement le Doigt de Dieu, de l'autre côté d'une traversée d'arêtes peu avenantes, la Meije au-dessus d'eux, leur fait un pied de nez. C'est à Pierre Gaspard que reviendra finalement la première de la «Grande Difficile». Quant à cette traversée qu'Almer n'avait pu observer sans lâcher un spontané : «Unmöglich !», elle sera à l'origine d'une nouvelle pratique : l'alpinisme sans guide, particulièrement prisée par la fratrie Zsigmondy.

À l'aube du XXe siècle, les grandes premières sont une espèce en voie d'extinction, il faut innover. L'escalade moderne est en pleine expansion et les intérêts se portent alors sur les directissimes, les itinéraires inventifs et les voies en solitaire. Seul, sur une paroi encore vierge de la Dibona, Pascal Junique pense à sa femme qu'il doit retrouver à la maternité pour une première visite de contrôle. Il nommera sa première «Visite obligatoire».

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Extrait

«Shakespeare aurait pu, à côté du roi Lear, montrer Durand sur les sommets des Alpes, sentant la raison lui échapper» Franz Schrader

Cloué sur son lit de fer, Adrien Durand attendra pour boire dans la petite timbale d'étain qui est posée sur une table de chevet. La religieuse ne répond pas à son appel. Il trompera la soif et la douleur, comme chaque jour, en s'abandonnant aux visions qui le tiennent encore en vie. Le crissement métallique de la neige sous ses pieds, la gifle d'un vent glacial qui raidit ses doigts quand il procède à l'installation et aux réglages minutieux du théodolite, les beautés enneigées de sommets qu'aucun regard d'homme n'a effleurés avant lui. Il ne le savait pas, ces moments-là étaient le bonheur. Adrien Durand est un héros, un explorateur de montagnes, un alpiniste avant la lettre. Mais à quoi bon le crier ? En ce jour de 1835, il est paralysé, oublié dans un asile d'aliénés où il va mourir à 45 ans, de fatigue et de désespoir. Comment a-t-il pu en arriver là ? Et qui est-il, ce Durand, que le célèbre géographe, Franz Schrader, ose installer aux côtés du roi Lear ?
Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, nul n'avait jugé utile d'aller braver les montagnes. Pas même les officiers géodésiens, ces topographes chargés par le roi de France d'établir une nouvelle carte du pays pour faciliter les mouvements des troupes royales. Un pionnier va ouvrir une première brèche : l'adjudant général Junker, qui, de 1786 à 1791, va diriger des campagnes épuisantes, mais fructueuses, pour établir une nouvelle carte des Pyrénées occidentales. Ses travaux, interrompus par les soubresauts de la Révolution et par les guerres impériales, ne seront reconnus qu'un siècle plus tard, et Junker, avant d'être réhabilité comme un «pyrénéiste essentiel», mourra, le 12 nivôse an XII, ruiné, dans l'indifférence générale. Déjà !
Dans les années 1802-1822 apparaît une génération d'intrépides ingénieurs géographes, issus de la fameuse École polytechnique créée sous le Directoire et militarisée par Napoléon. Ces officiers, brillants hommes d'action qui se sont distingués dans les batailles, sont aussi des scientifiques, des intellectuels au fort pouvoir d'initiative. A partir de 1823, ils vont être utilisés par leur hiérarchie pour dresser les nouvelles cartes des Pyrénées et du sud-est de la France. Corvéables à merci et possédant un sens de l'honneur et du devoir parfois poussé jusqu'à la caricature, ils vont se tuer à la tâche. Adrien Durand est parmi les plus anciens d'entre eux et, sans doute, le plus courageux.
Durand est né en 1789 dans les Causses, à Séverac-le-Château. De caractère aimable, mais au franc-parler parfois dérangeant, il est surnommé Caton le Censeur par ses proches. En bon militaire, il est discipliné, mais conscient de la justesse de ses initiatives, souvent originales et parfois mal comprises de ses supérieurs. En conflit avec sa hiérarchie, il court de déceptions en frustrations. Travailleur infatigable, il supporte mal que ses adjoints ne suivent pas son rythme, il compense leurs défaillances par un surcroît d'activité. On conçoit qu'un tel homme soit capable, pour accomplir la tâche qui lui a été confiée, de gravir les plus hautes montagnes, à défaut de les renverser.

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?