ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 5,07
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La victoire de Jaurès [Broché]

Charles Silvestre , Ernest Pignon-Ernest , Marc Ferro
4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
Prix : EUR 14,50 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 29 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,07
Vendez La victoire de Jaurès contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,07, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

12 septembre 2013 HISTOIRE
Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914. L'immense travail qui fut le sien n'est pas pour autant mort avec lui. Sa victoire, c'est celle de sa clairvoyance coloniale, de son courage dans l'affaire Dreyfus, de sa sagesse dans la séparation des Églises et de l'État, de son anticipation des réformes sociales. C'est aussi celle de sa culture, de sa sensibilité, de sa bonté. Jaurès inaugure ce que le XXe siècle a opposé de meilleur face au pire. Il n'est pas un modèle mais un éclaireur, qui a laissé derrière lui des traces pour nous guider. Et ce sont ces traces que relève ici Charles Silvestre, dévoilant son héritage, montrant toutes les «victoires», tant sociales que politiques, que nous lui devons, faisant revivre l'Histoire par le biais d'analogies et de résonances entre les événements.

Charles Silvestre est journaliste, ancien rédacteur en chef de L'Humanité et secrétaire national de la société des Amis de L'Humanité. La Victoire de Jaurès fait suite à son premier essai, Jaurès, la passion du journaliste (Le Temps des Cerises, 2010). Il est également l'auteur de La Torture aux aveux (Au Diable Vauvert, 2004) sur la guerre d'Algérie.

Ernest Pignon-Ernest est né en 1942 à Nice. Considéré comme le précurseur du street art, il a fait de la rue le lieu même d'un art éphémère qui en exalte tout à la fois la mémoire, les événements et les mythes.

Avec la collaboration de Jacques Tardi, auteur de bandes dessinées.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La victoire de Jaurès + Le Grand Jaurès
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Le Grand Jaurès EUR 28,40


Descriptions du produit

Extrait

Extrait du prologue

POUR MON PÈRE

«La guerre, celle qu'il ne fallait pas faire, et la guerre, celle qu'il fallait surtout faire.» Une formule de journaliste surgie au fil de la plume, dans un article de L'Humanité, pour refuser la confusion des guerres de 1914-1918 et 1939-1945, confusion née de l'idée saugrenue, envisagée en haut lieu, de s'en tenir à une seule journée pour honorer tous les morts pour la France. Comment confondre en effet la mêlée sanglante qui a vu les gouvernements envoyer, en 1914, les jeunes Européens s'entre-tuer sans raison et le conflit où les démocraties durent, à la fin des années 1930, affronter le monstre hitlérien du nazisme ?
À peine écrite, cependant, cette formule, «la guerre qu'il ne fallait pas faire», m'a troublé. D'un trait de plume, j'exécutai 14-18. Presque aussitôt, un spectre m'est apparu, un spectre ni douloureux ni vengeur comme l'autre, celui de Shakespeare, non, un spectre modeste et doux qui me disait : «Mais cette guerre, c'est ma guerre !» Ce spectre, c'est celui de mon père. Il est apparu en plein jour sur un ordinateur grâce à un site Internet de la Légion d'honneur. Je savais que mon père portait le petit ruban rouge au revers de son veston, que son comportement durant la guerre de 1914-1918 lui avait valu cette distinction. Je savais aussi qu'il avait été un enfant de l'assistance publique accueilli par des paysans ardéchois. Des bribes de sa vie, je n'en avais recueilli qu'adolescent, quand lui était déjà avancé en âge.
Mais, sur «Léonore», le site, il m'a suffi d'ouvrir la liste alphabétique des légionnaires recensés depuis 1802 sous le Premier Empire, de chercher à la lettre S, de faire le fameux clic sur le 130 899e répertorié, et la trame d'une vie, comme celle d'un revenant, m'a sauté aux yeux : mon père a fait 14-18 et 14-18 a fait mon père. À une époque où l'écriture se racle jusqu'à l'os, les archives militaires font merveille : «Silvestre Gaston Armand né le 16 mai 1889 à Marseille de père inconnu et de dame Marguerite Joséphine Silvestre 23 ans, sans profession».
Le nouveau-né, abandonné à l'assistance publique de Marseille pour éviter à une famille «honorable» la honte d'un enfant conçu en dehors du mariage, est emmené dans un lange en Ardèche pour être confié à Baptiste Duny et Marie Malzieu, un couple de paysans modestes qui ne peuvent avoir d'enfants et qui, après le garçon, accueillent également deux filles de l'assistance publique : Marguerite Poulmarch et Augusta Duclos. Adultes, les trois enfants auront le droit de savoir qui était leur mère. Gaston retrouve Marguerite Silvestre à Aix-en-Provence où elle est libraire. Elle était «affolée», racontait celle qui était devenue l'épouse de Gaston à leur fille Marie. Augusta Duclos n'a eu de nouvelles de la sienne qu'à la mort de celle-ci. Ouvrière dans une usine de tissage, ayant reçu un petit colis avec une médaille gardée par la mère, elle avait cherché à connaître la famille mais sur place, le curé du village l'avait découragée : «Vous savez, c'est une famille bien connue ici, je crois que cela ne ferait pas de bien...»
Thueyts, village sur la route nationale 102, entre Aubenas et Le Puy, 450 mètres d'altitude. Vallée de Laval, hameau du Nouzaret, culture en cascade de «termes» montés sur des murs de pierres arrachées à la montagne. Vie rude, sans eau courante, sans électricité. Châtaignes l'hiver, cerises au printemps, prunes l'été, pommes à l'automne, quand elles se vendaient... «Je ne peux pas les manger, mon pauvre Charles», disait l'oncle Joseph, le mari de Marguerite, rentrant en maugréant du marché avec son chargement intact sur la charrette. Quelques chèvres, quelques moutons, comme chantera un jour Jean Ferrat, le voisin d'Antraigues. Un poulailler au-dessus duquel tourne «l'oiseau», la buse, à l'affût du poussin à emporter. «Ils vivent trop durement», dirai-je, à ma mère, plus tard, quand viendront les accents de la contestation sociale. «Ils vivent dignement», répondra-t-elle. Rude vie pour l'enfant, pour l'adolescent, rude apprentissage dans la noblesse du travail accompli consciencieusement. À l'école, cahiers bien tenus, écriture appliquée, sans fautes. Certificat d'études. Premier diplôme. Le seul civil. Le suivant sera celui de la Légion d'honneur. Mais patience !

Biographie de l'auteur

Charles Silvestre est journaliste, ancien rédacteur en chef de L'Humanité et secrétaire national de la société des Amis de L'Humanité. La Victoire de Jaurès fait suite à son premier essai, Jaurès, la passion du journaliste (Le Temps des Cerises, 2010). Il est également l'auteur de La Torture aux aveux (Au Diable Vauvert, 2004) sur la guerre d'Algérie. Ernest Pignon-Ernest est né en 1942 à Nice. Considéré comme le précurseur du street art, il a fait de la rue le lieu même d'un art éphémère qui en exalte tout à la fois la mémoire, les événements et les mythes. Avec la collaboration de Jacques Tardi, auteur de bandes dessinées.

Détails sur le produit

  • Broché: 206 pages
  • Editeur : Privat (12 septembre 2013)
  • Collection : HISTOIRE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 270896951X
  • ISBN-13: 978-2708969513
  • Dimensions du produit: 23,8 x 15 x 1,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 102.291 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.3 étoiles sur 5
4.3 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5.0 étoiles sur 5 Simplement à lire 10 décembre 2013
Par danylebon
Format:Broché|Achat vérifié
Comment ne pas aimer un livre qui parle d'un si grand homme visionnaire....Quand on voit le socialisme actuel et le Président va en guerre, on ne peut que rapprocher notre période de l'avant 1ère guerre mondiale. Où les réacs de tous bords confondus ont fait cette terrible guerre pour le capital... Le visionnaire que fut aussi Jaurès concernant les difficultés de la décolonisation...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4.0 étoiles sur 5 Jaurès, ses idées : histoire et actiualité 20 novembre 2013
Par Bauzil
Format:Broché|Achat vérifié
Très bon livre qui rappelle quelques propositions et actions novatrices de Jean Jaurès. Même si l'auteur m'a semblé être parfois un peu trop enthousiaste, il est vrai que Jean Jaurès, l'homme et ses idées, reste d'actualité. Quel grand politicien aujourd'hui resterait fidèle à sa circonscription et à ses électeurs au détriment de sa carrière ? Quel grand politicien aujourd'hui oserait s'opposer à la grande bourgeoisie financière et prendre partie pour les ouvriers, comme il l'a fait avec les mineurs de Carmaux ou la création de la VOA ? Quel grand politicien essaie de mettre en cohérence ses idées, ses discours avec ses actes ? Guy Béart a chanté : "Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté..." Ce fut fait le 31 juillet 1914.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4.0 étoiles sur 5 Promesse tenue 10 octobre 2013
Par Michka
Format:Broché|Achat vérifié
La date de livraison et surtout ce livre sont tout à fait ce que j'attendais. Influencé par Yvan Levaï dans sa revue de presse sur France Inter qui ne tarissait pas d'éloges sur ce livre, je me dois de confirmer que nous avons ici un vraiment bon bouquin !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?