La vie très privée de Mr Sim et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 22,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La vie très privée de Mr Sim Broché – 20 janvier 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,40
EUR 21,93 EUR 0,75

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La vie très privée de Mr Sim + Testament à l'anglaise
Prix pour les deux : EUR 32,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

Plus d’une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique. Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l’imposture, Jonathan Coe l’illusionniste se réserve le dernier mot de l’histoire, qui ne manquera pas de vous surprendre.

Présentation de l'éditeur

Max Sim, le protagoniste principal, est un antihéros par excellence, voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille ne le regarde guère, sinon pour rire sous cape), s’acceptant d’ailleurs en tant qu’échec et y trouvant même une certaine paix : l’absence de lutte, enfin. « Savoir s’accepter » devient l’un de ses mots d’ordre… À force de solitude, il finit par converser avec son GPS au long de ses pérégrinations de commis-voyageur représentant en brosses à dents dernier cri. Il tombe amoureux de cette voix désincarnée, lui imaginant même une personnalité, et les dialogues engagés avec elle partagent le lecteur entre le rire et la compassion. Le drame essentiel réside pourtant dans la relation avec son père, dont il découvre en lisant son journal qu’il était homosexuel et l’a conçu, lui, Max, par accident pourrait-on dire. Mais il va tout de même essayer de se réconcilier avec ce père et même, de lui faire retrouver son ami de cœur, l’extraordinaire Roger S. Un échec là encore, mais l’échec est l’un des ressorts du comique… Jonathan Coe renoue ici avec la veine comique tout en gardant la même complexité, la même précision, la même habileté que dans ses livres précédents. Tout à la fois drôle, bien construit et situé à la pointe du contemporain, le roman procède par mélange de genres, suite d’échos, de souvenirs récurrents, de parallèles, de rappels, pour tenter de cerner la grand interrogation : jusqu’à quel point la vie peut être considérée comme une fiction ?


Détails sur le produit

  • Broché: 464 pages
  • Editeur : Gallimard (20 janvier 2011)
  • Collection : Du monde entier
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070129748
  • ISBN-13: 978-2070129744
  • Dimensions du produit: 20,4 x 3,2 x 14,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 144.629 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Né en 1961, à Birmingham, en Angleterre, Jonathan Coe a fait ses études à Trinity College à Cambridge. Il a écrit des articles pour le Guardian, la London Review of Books, le Times Literary Supplement...
Il a reçu le prix Femina Étranger en 1995 pour son quatrième roman, Testament à l'anglaise et le prix Médicis Étranger en 1998 pour La Maison du sommeil.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par valwick TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 27 février 2011
Format: Broché
Et bien oui je suis déçue par la prestation de Jonathan Coe qui m'avait enchantée jusqu'ici avec " le testament à l'anglaise" et "la pluie avant qu'elle tombe".Cette fois-ci l'histoire de cet homme dépressif dont le périple va lui permettre de faire un point sur sa vie,sa relation avec ses parents (surtout avec son père parti en Australie),avec sa femme dont il est récemment séparé et avec sa fille ne m'a pas convaincu .
Certes il existe de très bons passages où l'on retrouve la plume acerbe de Coe mais englués dans des passages nettement moins bons .Tomber amoureux d'une voie de synthèse me semble tiré par les cheveux!
Le livre demeure agréable à lire cependant mais le sujet, qui sert de support à la critique de la société anglaise et à la mondialisation,laisse un peu à désirer .
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS sur 27 juillet 2011
Format: Broché
Assez d'accord avec le sentiment général de déception qui domine dans les commentaires précédents... L'idée de départ de Coe est pourtant alléchante: renouer avec les sympathiques ratés de ses précédents romans, dans la veine satirique mais empathique de La Maison du sommeil notamment. M. Sim est donc un loser dépressif, qui cumule échecs familiaux (une mère décédée tôt, un père parti en Australie), conjugaux (sa femme et sa fille l'ont quitté), amicaux (rupture avec son seul ami) et professionnels (sauf à considérer que faire le VRP pour des brosses à dents haut de gamme à 48 ans ne signale pas l'échec). Au fil d'un parcours de type road-movie vers l'Ecosse, Sim va petit à petit revisiter son passé et essayer de redresser la barre.
De bonnes choses parsèment certes le roman (la relation avec le père et le secret de celui-ci notamment) mais l'ensemble n'est jamais réellement passionnant - et surtout manque de talent : pas de scène ou de personnages réellement marquants, des tunnels mal négociés entre les quatre lettres qui constituent les piliers du roman, un style plutôt pauvre qui rappelle plus Hornby que Mc Ewan...
La conclusion me paraît très forcée : quoique bien troussée par l'Auteur, elle paraît plaquée sans réel lien avec ce qui précède - et on ne peut s'empêcher de penser qu'elle aurait aussi bien pu figurer dans n'importe quel autre roman de Coe.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Macail TOP 1000 COMMENTATEURS sur 26 février 2011
Format: Broché
" On va, on vient dans le grouillement du quotidien, on passe à deux doigts les uns des autres, mais le vrai contact est très rare."
C'est un peu l'état des relations humaines dans notre société actuelle et c'est surtout le vécu de Maxwell Sim qui est passé à côté des relations avec son père, sa femme, sa fille ou son ami Chris. Aujourd'hui, il est dépressif suite à son divorce et les ennuis s'enchaînent.
Sillonner l'Angleterre à bord d'une Prius pour aller vanter les mérites d'une nouvelle brosse à dent écologique, va lui permettre de faire un voyage initiatique et de comprendre ses erreurs passées.
Ainsi, comme Donald Crowhurst, un marin solitaire qui fait un faux voyage, Max va errer dans ses souvenirs.
Le livre s'articule, comme "Les quatre quatuors" du poète T.S. Eliot, autour de quatre récits sur les éléments (eau-terre-feu-air), quatre récits des proches de Max (l'oncle d'une jeune femme rencontrée dans un aéroport, sa femme, la sœur de son ami d'enfance et son père).
Ainsi le scénario avance de manière intelligente et nouvelle, et l'introspection de Max progresse au même rythme. Je me suis attachée à ce personnage complètement perdu mais capable de percevoir une relation unique entre une mère et sa fille, une complicité qu'il n'a jamais connu avec personne.
Le récit est remarquablement construit avec des rebondissements et des enchaînements logiques et une fin particulièrement originale.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par LauraB sur 21 mars 2011
Format: Broché
Après "La pluie avant qu'elle tombe", je craignais d'être déçue. Et puis, Jonathan Coe nous embarque encore (peut-être un peu moin rapidement) dans une histoire qui nous semble étrange, mais on suit, on s'embarque, jusqu'à la révélation qui s'annonce dans la seconde partie. Une belle rencontre avec soi-même et avec le père.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 16 février 2011
Format: Broché
Amertume, désenchantement, humour and Co(e). Le nouveau Jonathan Coe, bien qu'inférieur à Testament à l'anglaise et Bienvenue au club, et en dépit de quelques langueurs monotones, est un ouvrage hautement recommandable, d'une invention permanente, satire sociale d'une Grande-Bretagne en perte de repères et critique acerbe des nouveaux modes de communication, qui rendent nos existences encore plus solitaires. Maxwell Sim est le prototype de l'anti-héros, pas doué pour le bonheur, couard et dépressif, parti dans un road-movie (ou plutôt un road-book) improbable de Reading à Aberdeen. Pathétique Mr Sim, qui tombe amoureux de la voix féminine de son GPS et revoit défiler ses souvenirs d'enfance et d'adulte irresponsable, fraîchement séparé de sa femme et de sa fille. A chaque étape de son périple, Maxwell met la main sur d'anciens documents qui lui donnent une vision nouvelle de ses proches et de ce qu'ils pensent de lui (aïe). Pas de quoi lui redonner le moral, on s'en doute. Au fil du livre, au gré de ses cocasses mésaventures, Jonathan Coe enfonce la tête de Mr Sim sous la ligne de flottaison, au point que celui-ci commence à s'identifier à Donald Crownhurst (navigateur amateur, ce dernier fit croire à l'Angleterre entière qu'il était en tête de la course autour du monde à la voile, à la fin des années 60, avant de se suicider alors que sa supercherie allait être découverte). Bref, Maxwell Sim file un mauvais coton, situation tempérée par quelques minces motifs de croire à un avenir meilleur.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?