EUR 4,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'abomination de Dunwich Poche – 11 août 2003


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,00
EUR 3,70 EUR 0,01

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'abomination de Dunwich + Le cauchemar d'Innsmouth + Les montagnes hallucinées
Prix pour les trois: EUR 12,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Howard P Lovecraft (1890-1937) : Reclus, malade, misanthrope et éminemment matérialiste, il transfigura sa haine de la modernité en une œuvre placée sous le signe de la peur, dans laquelle l'homme se voit confronté à un panthéon de dieux venus des immensités cosmiques pour asservir la planète. Il est aujourd'hui considéré comme le plus grand écrivain fantastique américain de son siècle


Détails sur le produit

  • Poche: 252 pages
  • Editeur : J'ai lu (11 août 2003)
  • Collection : J'ai lu fantastique
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290336564
  • ISBN-13: 978-2290336564
  • Dimensions du produit: 17,8 x 1 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 3.465 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par De La Poer sur 20 mai 2013
Format: Poche Achat vérifié
Comme Lovecraft a beaucoup de succès, j'ai lu reproduit régulièrement de nouvelles éditions avec des couvertures différentes (j'en connais au moins une autre de ce livre illustrée par Druillet). Ils ont aussi l'habitude de placer un ou deux ou trois récits du mythe de cthulhu (appelation inexacte, HPL ne les ayant jamais désigné sous ce vocable, c'est Derleth qui l'a fait) suivi de textes moins ambitieux mais qui, pour moi, valent autant.

"L'abomination de Dunwich" (1928) reste la pièce maîtresse du livre et l'une des plus célèbres. On y retrouve une double horreur incarnée par la famille Whateley, un récit à la fois de science-fiction (les entités présentes) et de fantastique (l'usage d'une invocation ésotérique). Le récit reste toujours d'actualité et préfigure les liaisons entre des extra-terrestres et des humaines. L'histoire a été dessiné au moins deux fois en bd, par Lalia et Breccia.

"Je suis d'ailleurs" (1921) dont le style correspond à celui d'Edgar Poe, et ménage une surprise finale déconcertante, dans un style gothique proche du XIX° siècle. Le récit est également étrange par certains détails inhabituels qui font plutôt penser à un rêve.

"Les rats dans les murs" (1923) nouvelle préférée chez Lovecraft. Là aussi, ambiance gothique à souhait avec la restauration d'un vieux manoir, indices inquiétants dans le château, puis notamment dans la cave, puis dans la grotte souterraine.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par PEP TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 15 septembre 2008
Format: Poche
Lovecraft a constitué, au cours de sa trop courte carrière, un monde et une mythologie propre. Au fil des récits, il a réussi à tisser la trame d'une autre réalité, à force de recoupements et de références communes et très certainement d'une organisation rigoureuse de sa documentation. Un ouvrage du maître de l'épouvante pris séparément ne peut vous révéler l'étendue de son talent et le souci du détail de son œuvre. C'est en prenant un peu de recul après quelques ouvrages que l'on peut se rendre compte du schéma qui se dessine et que l'esprit peut imaginer ce qui se tapis dans la brume ou hurle au fond de l'abîme. Ses personnages et son style sont criant de vérité et de réalisme. Tout et tellement sensé et logique que l'on a du mal à concevoir que ce n'est qu'un roman. Attention, toute son œuvre est addictive. A lire sous la couette, à la lueur de la bougie quand les goules hurlent dans le vent
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
29 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile  Par mrlgaunt sur 13 mars 2007
Format: Poche
Ce recueil contient la nouvelle ultra-célèbre "je suis d'ailleurs" (the outsider) qui justifie -presque- à elle seule son achat. Lovecraft varie peu les ressorts de ses histoires surnaturelles: après avoir essayé de convaincre ses lecteurs qu'il n'est pas fou, un homme ordinaire raconte sa monstrueuse expérience, qu'il dévoile crescendo jusqu'à l'abomination/révélation finale (à ce titre, "je suis d'ailleurs" constitue une variante originale -du moins pour l'époque- à ce schéma classique). "L'abomination de Dunwich", la plus longue nouvelle du recueil, raconte la vie de Wilbur, dernier-né précoce et dégénéré d'une famille maudite depuis des générations. Une bonne part du récit est narrée par Zechariah Whateley, vieillard à demi fou, ce qui permet d'apprécier la maladresse cocasse de Lovecraft pour les dialogues/monologues. Malgré ces défauts, cette nouvelle reste à mon sens la meilleure du recueil avec "Je suis d'ailleurs". Le reste varie du bon ("le modèle de Pickman", "La cité sans nom") au plus dispensable ("Les rats dans les murs", "Le molosse", "Arthur Jermyn" où le racisme de Lovecraft est nettement perceptible).

De toute manière, l'oeuvre de Lovecraft est si homogène (j'allais dire répétitive) que l'amateur trouvera toujours un certain intérêt pour tel ou tel recueil et celui qui y est allergique a peu de chance de passer dans l'autre camp à la lecture de ces nouvelles.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?