L'Affaire du chien des Baskerville et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 14,70
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'affaire du chien des Baskerville Broché – 10 janvier 2008


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,70
EUR 10,00 EUR 4,63

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'affaire du chien des Baskerville + Qui a tué Roger Ackroyd ? : Suivi de Arrêt sur énigme
Prix pour les deux : EUR 23,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Pierre Bayard, né en 1954, est professeur de littérature française à l'Université Paris 8 et psychanalyste. Il est l'auteur de nombreux essais dont Comment parler des livres que l'on a pas lu ?, traduit en plus de vingt langues.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez L'affaire du chien des Baskerville contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 166 pages
  • Editeur : Les Editions de Minuit (10 janvier 2008)
  • Collection : Paradoxe
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707320218
  • ISBN-13: 978-2707320216
  • Dimensions du produit: 22 x 1,4 x 13,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 366.581 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michel Maillan sur 4 avril 2008
Format: Broché
N'hésitez pas ! "Le chien des Baskerville" m'avait toujours laissé une impression bizarre, de doute . Maintenant, je sais pourquoi ! Enfin l'énigme des Baskerville est résolue ! Et c'est au moins aussi bon que du Conan Doyle, meilleur même ! Toutes les qualités réunies : analyse, suspens, sagacité et ... humour ! Un spécialiste qui ne se prend et ne nous prend jamais totalement au sérieux, tout en étant superbement convaincant !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par lco TOP 1000 COMMENTATEURS sur 3 mars 2008
Format: Broché
Avec "mais qui a tué Roger Acroyd" et "le dialogue de sourds", "l'affaire du chien des Baskerville" fait partie des trois meilleurs livres de P. Bayard. Ces ouvrages ont en commun un postulat radical et paradoxal : des écrivains illustres tels que Shakespeare, A. Christie ou C. Doyle, qui ont pourtant imaginé la trame des pièces ou des romans policiers qu'ils nous ont légués se seraient trompés de coupables, livrant en pâture à la vindicte littéraire les noms de parfaits innocents. Les vrais coupables seraient quant à eux d'habiles imposteurs poussant l'art de la tromperie à un degré de perfection qui leur permettrait de se soustraire à la perspicacité de leur propre auteur.

Dans son livre consacré au meurtre de Roger Ackroyd sa position était plus nuancée. Il avait mis en parallèle son approche critique avec le délire d'interprétation d'Hercule Poirot dans une comparaison éclairante à la fois sur les deux discours. Malheureusement, dans ce dernier essai l'auteur se débarrasse définitivement de ses derniers scrupules rationalistes pour adopter une croyance douteuse sur les personnages de fiction. Mais quel livre captivant !
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Poche
Conan Doyles est l'auteur d'une fiction : il a inventé un meurtre, des personnages et des situations cohérentes. Mais, selon le psychanalyste Pierre Bayard, il a conduit inconsciemment son héros Sherlock Holmes vers l'erreur. Pierre Bayard examine les faiblesses du raisonnement de Holmes, avec humour parfois et propose dans les dernières pages une solution tout à fait satisfaisante. En creusant un peu on peut également y relever des incohérences, mais l'exercice est amusant, et constitue un bel exemple de la malléabilité de la matière romanesque.

"Là se situe l'invraisemblance la plus complète du livre, qui confine à l'impossibilité matérielle. Cette impossibilité porte sur la vitesse avec laquelle l'action est sensée se dérouler. Le chien se trouve, d'après l'examen des traces, à une vingtaine de mètres de sa victime, et donc, s'il est lancé à pleine vitesse, à quelques secondes de l'atteindre. Comment penser qu'en une durée aussi brève Baskerville puisse être pris être pris d'une crise cardiaque, en mourir, et que le chien ai le temps de faire un diagnostic suffisamment précis pour décider, au nom de ses préférences alimentaires, de stopper son effort avant d'avoir atteint le corps ?"
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Hawthorne sur 16 février 2013
Format: Poche
Une analyse brillante du livre original sous une forme inédite, un must have pour les étudiants en linguistique et tous les passionnés de Sherlock Holmes ou de littérature tout simplement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par louga de montelimar TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 19 mars 2013
Format: Poche
Cette "suite" à "qui a tué Roger Ayckroyd" en reprend le principe et la structure: rappel de l'intrigue, mise en cause de la thèse de l'auteur,développements et digressions littéraires souvent passionnantes, mordant un peu sur la psychanalyse, établissement d'une nouvelle thèse.
C'est une fois de plus très réussi, mais avec quelques bémols par rapport au précédent ouvrage.
Pierre Bayard avait déjà tendance à utiliser la démonstration par "discréditation des points de vus différents"(quand vous n'êtes pas sûr de votre argument vous le présentez en commençant par "il faudrait être complètement abruti..."pour ne pas être de cet avis) et là il y recourt une nouvelle fois pour un point crucial de sa critique de la solution Holmésienne:Il affirme qu'Holmes pense que le chien n'a pas mordu sa victime parce que ce chien ne mangerait pas les cadavres, évacuant la possibilité (Que P Bayard finit par évoquer plusieurs chapitre plus loin) qu'il ait été rappelé par son maître. Et pour évacuer la possibilité que le meurtrier ait cherché à provoquer une crise cardiaque (effectivement une méthode compliquée) il affirme:"Là se situe l'invraisemblance la plus complète du livre..."p88 arguant que la crise cardiaque n'a pu être aussi brève que la course du chien lancé à pleine vitesse.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?