Lame de fond et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 2,96

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Lame de fond sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Lame de fond [Broché]

Linda Lê
3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
Prix : EUR 7,20 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 11,99  
Broché EUR 7,20  
Broché EUR 17,00  
CD-Rom EUR 19,00  

Description de l'ouvrage

22 août 2013
Enterré au cimetière de Bobigny, Van monologue depuis son cercueil. Il a laissé derrière lui les trois femmes de sa vie. Lou, son épouse un peu banale, trop jalouse, qui l’a renversé en voiture. Laure, sa rebelle de fille qui sèche les cours et fume des joints. Ulma, sa fascinante demi-soeur avec qui il a entretenu une relation incestueuse. Tour à tour, les membres de ce quatuor bien cabossé font leur examen de conscience : des récits portés par l’amour, qu’il soit familial, conjugal ou passionnel.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Lame de fond + À l'enfant que je n'aurai pas
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Van

Je n'ai jamais été bavard de mon vivant. Maintenant que je suis dans un cercueil, j'ai toute latitude de soliloquer. Depuis que le couvercle s'est refermé sur moi, je n'ai qu'une envie : me justifier, définir mon rôle dans les événements survenus, donner quelques clés pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui n'est qu'un fait divers. Je n'ai pas un penchant au regret, mais il me faut faire mon examen de conscience, si inutile qu'il soit désormais. Le souvenir que je laisse est celui d'un partisan des solutions hybrides, habitué à ajourner, soucieux de n'exaspérer personne, de ne pas empirer les choses en manquant de diplomatie. Je ne suis pas un de ces vieux hiboux formalistes, ni un de ces faiseurs d'embarras toujours persuadés d'être supérieurs à tout le monde. Non, j'ai veillé à ne pas incommoder mes proches, pas seulement par horreur des dissensions domestiques, mais parce que je ne suis pas un homme à problèmes. Rien n'est aussi précieux pour moi que la paix de l'esprit, et j'aurais tant voulu atteindre à la quiétude malgré les coups durs. J'en ai connu, des tempêtes sous mon crâne. Peut-être dans une vie antérieure ai-je commis des actions condamnables, et j'ai dû payer ces fautes pendant mes cinq décennies d'existence. Je n'ai aucune croyance, pas plus en un Dieu châtieur qu'en un quelconque Éveillé plein de mansuétude. Les enseignements bouddhistes m'ont été sans profit, je n'ai retenu de mes études des Sermons de Bossuet que des leçons de style. Ma propension au spiritualisme, en dépit de mon irréligion, m'a amené à accorder la primauté aux questions qui dépassent l'entendement humain. J'ai tenté de percer les mystères de la téléologie, demandé aux sensualistes de me procurer la jouissance de l'esthétique, aux romantiques de me douer d'une aspiration vers l'infini. J'ai incorporé la substantifique moelle des proses les plus roboratives pour gagner en force d'âme mais, tel un serpent qui se mord la queue, j'ai échangé des doutes contre une science guère susceptible de m'aider à démêler mes écartèlements. J'ai cultivé assidûment les lettres dans l'espoir d'y trouver, sinon du bonheur, du moins un vif goût pour les surprenantes inventions. Il m'en reste quelques débris fragmentaires, étoiles distantes qui clignotent encore - dans cette galaxie, Vautrin voisine avec Mme Verdurin, Molloy avec Bardamu, Ah Q avec Sganarelle, Achab avec Salomé, Philoctète avec Ophelia... Liste non exhaustive à laquelle il conviendrait d'ajouter les personnages secondaires que j'ai eu plaisir à classifier (travail de bénédictin parfaitement absurde). Mais tout s'est mélangé dans ma pauvre tête. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Linda Lê réussit brillamment à faire tourner ces quatre voix comme un mini Quatuor d'Alexandrie. Cet art de la précision, cette richesse du détail sont rares dans les romans du XXIè siècle sur les familles françaises. [...] L'ensemble est subtilement intriqué : nous avons véritablement face à nous quatre existences meportées par une même lame de fond nommée l'Histoire. Pères absents, enfants déracinés, mères cocues, maîtresses esseulées : Lame de fond ne décrit pas seulement les conséquences de l'exil mais aussi les dommages de toutes les révolutions, celles de m urs ne faisant pas de dégât moindres que les grandes. --Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine

Linda Lê revient à son meilleur avec cette Lame de fond qui explore intelligemment les troubles des liens familiaux, des origines, de la transmission, de la langue et des fossés culturels. Avec intelligence, sensibilité et une petite dose de dérision, l'auteur de la Lettre morte a su faire s'entrecroiser les soliloques de ses principaux, en singularisant leurs voix et leurs vérités, parfois paradoxales) tout en gardant une unité dans son écriture, envoûtante. De quoi nous mettre face à nos regrets intimes - « le plus rageant, quand on est mort, c'est de s'apercevoir qu'on ne peut rien rattraper »... --Baptiste Liger, Lire

Linda Lê peint les différentes facettes d'un Hexagone turbulent ou réac, chaleureux ou crevard. A l'intérieur, les destins sont si dissemblables qu'ils ne peuvent dialoguer. Les points de discorde sont multiples : générationnels, culturels, géographiques. [...] Nouer les fils, emberlificoter des vies en silence : Linda Lê accomplit cet exploit de livre en livre. Ses phrases avancent lisses, policées, cadenassées parfois. La romancière se pose en dompteuse de mots, elle qui confie avoir toujours su mieux écrire le français que sa langue natale. Son impassibilité de ton n'est pourtant qu'apparente. Cette prudence devant les affects trop clairs est là pour endiguer une folie, celle qui dort sous la forme trop simple d'un titre mais affleure subtilement à chaque page. --Emily Barnett, Les Inrockuptibles --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Broché: 277 pages
  • Editeur : Points (22 août 2013)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757833073
  • ISBN-13: 978-2757833070
  • Dimensions du produit: 17,8 x 11 x 2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 170.556 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
3.8 étoiles sur 5
3.8 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "Famille, je vous hais"... 6 novembre 2012
Par Bibliophilette TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché
Trois femmes, un homme. Au fil des chapitres, quatre voix se font entendre, tissant peu à peu l'écheveau de l'histoire et révélant les liens qui unissaient les personnages. On pense au Le Fusil de chasse de Yasushi Inoue. Mais très vite, le roman de Linda Lê se révèle très différent. On est bien loin en effet de la passion amoureuse, de l'intensité dramatique et du style remarquable de l'auteur japonais.

Si le premier chapitre est plutôt prometteur - faire parler un mort du fond de son cercueil - et s'annonce comme une farce ; très vite pourtant Linda Lê nous dépeint un monde plutôt sordide, peuplé d'êtres pleins de rancœur, de souffrances, de doutes. Des mères absentes et tyranniques, des filles paumées, des relations familiales rompues ou conflictuelles ; au fil des pages, le récit se fait de plus en plus noir, frôlant parfois la caricature et le récit de fait divers.

Le style, enfin, est très inégal. Certes, cette irrégularité est voulue. L'auteur utilise différents registres de langue délibérément en fonction du narrateur. Résultat, le style est quelquefois très travaillé, trop, avec une surabondance de vocabulaire peu usité qui finit par créer une certaine lourdeur ; quelquefois excessivement relâché et familier. Ce procédé nuit à la lecture car l'écriture finit par manquer d'unité et par apparaître un peu fabriquée et factice.
Reste cependant un souffle dans les 277 pages de ce roman qui tient peut-être à la description assez habile de la psychologie des personnages.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4.0 étoiles sur 5 Drame familial vu de l'intérieur 22 mars 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Livre à 4 voix. Linda Lê dépeint minutieusement l'univers psychologique d'une famille composée de Van, le mari, Lou, sa femme, Laure, sa fille et Ulma, sa maîtresse. Tour à tour, chaque personnage prend la plume pour donner sa vision de ses rapports avec les 3 autres. Belle prouesse même si parfois le récit s'enlise quelque peu.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4.0 étoiles sur 5 très bien 27 juillet 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Belle histoire, originale. La façon de la raconter est aussi très originale et les personnages évoluent et régissent d'une manière tres proche des personnages de la vie de tous les jours, et c'est bien,
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La famille en chassé-croisé 10 mars 2013
Par Mélopée TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
Quel plaisir de retrouver la plume de Linda Lê ! Après "Le complexe de Caliban" et "A l'enfant que je n'aurai pas", c'est son tout dernier, "Lame de fond", qui m'a accompagné ces quelques jours.

Que ce soit un mort qui raconte son histoire m'a tout de suite semblé intéressant et intrigant. Le récit est en fait choral car il alterne les voix de Van (le père de famille), Lou (sa femme), Laure (leur fille) et Ulma (la maîtresse). Van débute la prise de parole avec ce qui semble être une confession, celle de sa vie qui n'a pas été rectiligne et ni même tournée vers un même but, la justice. Fils d'un père vietnamien, c'est un déraciné qui a appris le français en s'installant dans sa jeunesse en France, grâce aux sacrifices de sa mère. Il y a trouvé une terre d'adoption accueillante où la culture s'est mêlée à son métier puisqu'il est devenu correcteur (ironie pour un expatrié). De sa rencontre avec Lou, s'est fondée une relation forte bâtie sur un mariage et la naissance de leur fille unique, choyée et portée à devenir une brillante jeune femme.
En somme, la relation familiale est on ne peut classique avec un duo de parents présent et avec leur progéniture, parfois très en rébellion. L’élément déclencheur qui fait basculer tout l'équilibre patiemment établi, c'est Ulma, l'intruse qui était bien là à l'enterrement. Quelle est son implication dans le malheur survenu? Quel lien entretenait-elle avec Van?
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 histoire à quatre voix 28 novembre 2012
Par papyrus
Format:Broché|Achat vérifié
Un livre étonnant, un peu trop bien construit peut-être mais plein de personnages tout à fait réalistes. Seize chapitres regroupés en quatre temps d'une journée, mettent quatre fois en scène chaque personnage. Un certain suspense est ménagé nous découvrons peu à peu les personnages et les événements.
Le début surprend, c'est Van qui nous parle du fond de son cercueil. La suite est plus classique, Lou sa femme, Laure sa fille, et Ulma... sa maitresse, écrivent leur histoire. Chacun a son style, Van, le fin lettré, d'origine vietnamienne féru de langue française, lui il n'écrit pas mais il est raconté et ce récit est le fil directeur du roman. Lou vient de perdre son mari, elle fait le bilan de sa vie, Laure pleure un père qu'elle ne croyait pas aimer autant, avec ses 17 ans et sa jeunesse "déjantée", Ulma l'eurasienne, écrit à son psy, elle parle surtout de sa mère, la hippie en recherche, et de sa grand-mère qui l'a quasiment élévée. Peu à peu nous avançons dans le roman, passant d'un style à l'autre avec plaisir.
Linda Lé, originaire de Dalat, maitrise superbement le français, Van c'est un peu elle, elle joue avec les niveaux de langue.
Sans qu'on y prenne garde au début, c'est aussi un roman sur l'écriture, aucune des trois femmes n'avait écrit jusque là.
Un bémol cependant, Van et ses deux amis Hugues et Rachid ont des références culturelles, en musique, cinéma, littérature qui ne sont pas familières... et Laure dans un autre registre avec son copain junkie Rommy dans la musique et la littérature underground. C'est peut-être un peu long et un peu trop appuyé pour le lecteur moyen.
Un roman qu'il faut lire et auquel on s'attache.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?