EUR 16,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Anglais) Relié – 22 août 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 16,00
EUR 16,00 EUR 9,65

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik + De l'antiracisme comme terreur littéraire + Fatigue du sens
Prix pour les trois: EUR 47,20

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Richard Millet est romancier, essayiste, éditeur et membre du comité de lecture de Gallimard. Il est considéré comme l'un des plus grands auteurs français contemporains. Chez cet éditeur, il est notamment l'auteur de La voix et l'ombre, La Fiancée libanaise, L'Enfer du roman, Tarnac, La Confession négative, Le Balcon à Beyrouth, Le Renard dans le nom, Ma vie parmi les ombres, Lauve le pur ou La gloire des Pythre. Chez Hermann, il a publié Arguments d'un désespoir contemporain et chez Pierre-Guillaume de Roux, Fatigue du sens (Prix des Impertinents, 2011).


Détails sur le produit

  • Relié: 128 pages
  • Editeur : Pierre-Guillaume de Roux Editions (22 août 2012)
  • Collection : PGDR EDITIONS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2363710371
  • ISBN-13: 978-2363710376
  • Dimensions du produit: 19,5 x 1 x 12,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (25 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 46.776 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

38 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile  Par Rouge Noir TOP 500 COMMENTATEURS sur 30 septembre 2012
Format: Relié Achat vérifié
Il y a, à l'aune du psychodrame qui s'est joué fin août / début septembre, plusieurs raisons très solides pour lesquelles il faut lire ce livre.
Tout d'abord, on se rend compte rapidement que les journalistes "critiques" n'ont pas caricaturé ni exagéré la pensée de Millet. Ils l'ont tout simplement travestie. Le copier-coller aléatoire, qui fleure bon le journaliste qui n'a pas pris le temps de lire exhaustivement ce texte pourtant très court, donnait l'impression d'un discours extrémiste. On en est loin. Certains critiques n'avaient pas non plus hésité à accuser Millet de défendre Breivik. En refermant le livre, on se marre. Au-delà des aboiements de la meute sur ce livre en particulier, la lecture est une réflexion sidérante sur le contrôle de la pensée opéré dans notre pays. Il n'est pas inutile au demeurant de rappeler le soutien de cette même meute pour d'autres criminels, soit-disant plus fréquentables intellectuellement, tels Battisti.
Par ailleurs, Millet est un auteur qui ne prend pas ses lecteurs pour des idiots. Son analyse est charpentée, détaillée, complexe. Elle invite au débat, à la réflexion. Il expose un point de vue intéressant. D'accord, pas d'accord, faites votre choix. Mais, alors que le "vivre ensemble" est en crise (crise corrélée à la financière), alors que l'intégration républicaine à la française se fissure, il est réconfortant d'avoir des penseurs qui s'expriment librement et sans mettre des oeillères.
Lire la suite ›
8 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mahut sur 22 septembre 2012
Format: Relié
Ceux qui ont un brin de culture littéraire (si ce n'est de culture française tout court!) comprendront l'allusion... Une fois de plus chroniqueurs illettrés, journaleux teigneux et "bien pensants" de tout poil vomissent l'un après l'autre sur un écrit qu'ils n'ont sans doute même pas lu. A l'heure où la perte d'idendité et de repère est le mal français de ce jeune siècle ( lisez-donc aussi dans un autre genre "Les Lisières " qui vient de paraître), la thèse de Millet est tout aussi défendable qu'une autre. Et que ceux qui n'ont pas encore sombré dans le panurgisme généralisé lisent "Ma vie parmi les ombres" du même auteur : c'est une magnifique leçon d'écriture et de réflexion sur les racines de nos dérives. Bonne lecture !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marie M sur 15 octobre 2012
Format: Relié Achat vérifié
Il est rare de lire une langue aussi belle par un auteur vivant. Si parfois il nous semble que la phrase est alambiquée, en intelligence, elle ne l'est pas : pour déployer sa pensée avec finesse et précision, l'auteur a choisi scrupuleusement son style et les méandres sont nécessaires. Faites-lui confiance. Quant au contenu : si parfois il nous semble que l'idée est tarabiscotée, en réalité, elle ne l'est pas, hélas.
A lire pour la langue qui a fait la France et pour comprendre ce qui la défait.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
119 internautes sur 140 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Cohen TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 août 2012
Format: Relié
Les petits flics du prêt-à-penser sont en érection. Le goût du sang sur les lèvres, la meute tire sur la laisse, déjà en train de condamner Richard Millet avant même de l'avoir lu.

Ce qui est présenté comme une justification des crimes de Breivik n'est qu'une tentative d'explication : comprendre le désarroi de beaucoup devant la société multiculturelle et tribale qu'on nous impose n'est pas justifier un massacre. Mais le niveau est tombé tellement bas que c'est probablement trop compliqué pour le grand public.

Je regrette qu'Annie Ernaux (écrivain que j'estime et aime pour son talent) ait été une des premières à rassembler la meute et à demander des têtes. Elle utilise les mots galvaudés de fascisme comme les commissaires politiques de Staline. Annie vaut mieux que cela. Mais on peut être un grand écrivain et se tromper en politique, n’est ce pas Louis Ferdinand ?

Gallimard le liquidera pour blasphème et atteinte à la tranquillité des éditeurs. Millet sera jeté dans les oubliettes de la pensée et disparaitra de la scène publique.

La nouvelle inquisition ne tue plus les écrivains, elle les empêche d'écrire, ce qui revient au même.

Millet n'est pas halal. C'est clair, et alors ?

L'histoire nous apprend que tuer Cassandre n'empêche pas les désastres de survenir.
12 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
76 internautes sur 90 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jacqueline galibert sur 1 septembre 2012
Format: Relié
Je sens que de plus en plus j'étouffe dans cette société qui refuse obstinémént de voir ce qui lui arrive. La corde se resserre de jour en jour. Je soutiens Richard Millet car il a eu le courage de dire tout haut ce que j'entends tout bas chaque jour dans ma petite ville où beaucoup ne supportent plus ce grand remplacement de population.Je comprends,sans l'accepter l'acte de Breivik, car il y a des jours où l'on a envie d'exploser: 2 "émeutes" avec attaque de commissariat depuis le 21 Juin 2012 dans ma petite ville de 16000 habitants Mais rien n'en a filtré dans les médias. Censure partout.Il faut se mobiliser
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?