undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Amazon rachète votre
article EUR 0,98 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'art de la joie Broché – 6 février 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,49
Broché
"Veuillez réessayer"

Rentrée des classes : découvrez nos sélections et promotions : livres, vêtements, fournitures... Rentrée des classes : découvrez nos sélections et promotions : livres, vêtements, fournitures...


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Et voyez, me voici à quatre, cinq ans traînant un bout de bois immense dans un terrain boueux. Il n'y a pas d'arbres ni de maisons autour, il n'y a que la sueur due à l'effort de traîner ce corps dur et la brûlure aiguë des paumes blessées par le bois. Je m'enfonce dans la boue jusqu'aux chevilles mais je dois tirer, je ne sais pas pourquoi, mais je dois le faire. Laissons ce premier souvenir tel qu'il est : ça ne me convient pas de faire des suppositions ou d'inventer. Je veux vous dire ce qui a été sans rien altérer.
Donc, je traînais ce bout de bois ; et après l'avoir caché ou abandonné, j'entrai dans le grand trou du mur, que ne fermait qu'un voile noir couvert de mouches. Je me trouve à présent dans l'obscurité de la chambre où l'on dormait, où l'on mangeait pain et olives, pain et oignon. On ne cuisinait que le dimanche. Ma mère, les yeux dilatés par le silence, coud dans un coin. Elle ne parle jamais, ma mère. Ou elle hurle, ou elle se tait. Ses cheveux de lourd voile noir sont couverts de mouches. Ma soeur assise par terre la fixe de deux fentes sombres ensevelies dans la graisse. Toute la vie, du moins ce que dura leur vie, elle la suivit toujours en la fixant de cette façon. Et si ma mère - chose rare - sortait, il fallait l'enfermer dans les cabinets, parce qu'elle refusait de se détacher d'elle. Et dans ces cabi­nets elle hurlait, elle s'arrachait les cheveux, elle se tapait la tête contre les murs jusqu'à ce qu'elle, ma mère, revienne, la prenne dans ses bras et la caresse sans rien dire.
Pendant des années je l'avais entendue hurler ainsi sans y faire attention, jusqu'au jour où, fatiguée de traîner ce bois, m'étant jetée par terre, je ressentis à l'en­tendre crier comme une douceur dans tout le corps. Douceur qui bientôt se transforma en frissons de plai­sir, si bien que peu à peu, tous les jours je commençai à espérer que ma mère sorte pour pouvoir écouter, l'oreille à la porte des cabinets, et jouir de ces hurlements.
Quand ça arrivait, je fermais les yeux et j'imaginais qu'elle se déchirait la chair, qu'elle se blessait. Et ce fut ainsi qu'en suivant mes mains poussées par les hur­lements je découvris, en me touchant là d'où sort le pipi, que l'on éprouvait ainsi une jouissance plus grande qu'en mangeant le pain frais, les fruits. Ma mère disait que ma soeur Tina, «La croix que Dieu nous a justement envoyée à cause de la méchanceté de ton père», avait vingt ans ; mais elle était grande comme moi, et si grosse qu'on aurait dit, si on avait pu lui enlever la tête, la malle toujours fermée de mon grand-père : «Un damné, plus encore que son fils...», qui avait été marin. Quel métier c'était que celui de marin, je n'arrivais pas à le comprendre. Tuzzu disait que c'étaient des gens qui vivaient sur les bateaux et allaient sur la mer... mais qu'est-ce que c'était que la mer ?
On aurait vraiment dit la cantine de notre grand-père, Tina, et quand je m'ennuyais je fermais les yeux et lui détachais la tête du corps. Si elle avait vingt ans et était une femme, toutes les femmes à vingt ans devaient sûrement devenir comme elle ou comme ma mère ; pour les garçons c'était différent : Tuzzu était grand et il ne lui manquait pas de dents comme à Tina, il les avait fortes et blanches comme le ciel d'été quand on se lève tôt pour faire le pain. Et son père aussi était comme lui : robuste et avec des dents qui brillaient comme celles de Tuzzu quand il riait. Le père de Tuzzu riait toujours. Notre mère ne riait jamais, et cela aussi parce qu'elle était femme, sûrement. Mais même si elle ne riait jamais et n'avait pas de dents, j'espérais devenir comme elle : au moins elle était grande et ses yeux étaient grands et doux, et elle avait des cheveux noirs. Tina n'avait même pas ça : seulement des fils que maman étalait avec le peigne pour essayer de recouvrir le sommet de cet oeuf.

Présentation de l'éditeur

Née dans un petit village de Sicile en 1900, Modesta devient orpheline à l'âge de neuf ans à la suite d'un incendie. Recueillie dans un couvent, elle y reçoit une éducation religieuse stricte mais elle développe, à l'insu des nonnes, des traits de caractère bien peu compatibles avec la piété et la soumission qu'on tente de lui inculquer : intelligence, ruse, détermination, indépendance, soif de connaissance et sensualité (tant à l'égard des hommes que des femmes) guideront désormais ses pas. Prête à tout pour échapper au couvent (jusqu'à dangereusement simuler un suicide ou provoquer l'accident mortel de la mère supérieure), elle finit par entrer au service des Brandiforti, une vieille famille noble de l'île, comme dame de compagnie. Pleine de vitalité dans cette maison où une race s'éteint, elle gagne la confiance de la vieille princesse Brandiforti avant d'en devenir l'héritière. Enfin seule maîtresse de son destin, elle va poursuivre sa vie durant la lutte contre toutes les formes d'oppression du siècle (église, partis politiques, traditions...), telle une incarnation féminine de l'idéal anarchiste : ni dieu, ni maître.



Détails sur le produit

  • Broché: 835 pages
  • Editeur : Pocket (6 février 2008)
  • Collection : Litterature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266178016
  • ISBN-13: 978-2266178013
  • Dimensions du produit: 18 x 3,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (18 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 113.483 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Schneider le 10 septembre 2008
Format: Broché
Le contenu tient la promesse. Un style qui se renouvelle, jamais de pathos, une manière de raconter ce que c'est que l'amour, le désir, et l'indépendance dans un contexte où ce n'est pas acquis. Une leçon de vie et sur la vie. Et un livre dont je ne voulais pas qu'il finisse, tout simplement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cardone le 18 mars 2012
Format: Broché
ce livre déborde d'énergie et de force.
Il y a tout dans ce roman, la politique, la sensualité, le force d'une femme,les émotions, la psychologie, les problèmes de société et difficile d'oublier Modesta, même des mois après avoir lu le livre, elle reste en nous avec sa joie et sa rébellion, sa sensualité et son intelligence.
Un des plus beaux livres que j'ai lus.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par M.J.Bubu le 9 mars 2009
Format: Broché
Passionnant, un " pavé" qui se lit avec "joie"! Sur fond historique,dans la Sicile du siècle dernier, sous multiples tabous religieux, familiaux,la grande " liberté" de l'héroïne qui dépasse tous ces carcans.La vie d'une femme que j'ai "dévorée", avec, cependant, quelques longueurs ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Carole le 14 janvier 2013
Format: Broché Achat vérifié
L'histoire et l'évolution des personnages est intimement mêlée à la fresque politique de l'Italie dans la première moitié du siècle dernier : Modesta, le personnage principal, est entièrement cohérente dans sa quête de liberté, tant dans son engagement politique que dans l'éducation qu'elle donne à ses enfants, que dans sa vie privée : est-ce de cette parfaite cohérence que naît la joie, ce refus du destin pour le libre arbitre ? L'étonnant est que la joie du personnage donne au lecteur de la joie pendant et après la lecture. On peut lire ce livre un peu comme un roman d'aventures passionnant, comme un roman historique, comme un roman féministe, mais aussi comme un traité de sagesse. je ne pouvais me séparer des personnages, qui m'évoquaient tous ceux de l'histoire de la littératre en général. La langue est simple et fluide.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par foxie le 4 avril 2010
Format: Broché
C'est le roman d'une insoumise. Une multitude de vies foisonnantes, arborescentes autour de Modesta « l'immodeste », bourgeon qui n'aurait peut- être pas éclos sans une volonté de vivre indomptable.

Roman inclassable, touffu ; livre libertaire, livre politique, livre intelligent et sensuel, parfois cru, mais sans une once de vulgarité. Gogliarda Sapienza embrasse plus d'un demi - siècle d'histoire familiale sur fond d'Histoire : luttes émancipatrices des femmes, fascisme, guerres, prison et surtout amantes et amants, enfant sien et enfants de son entourage qu'elle fera siens, petits enfants itou. Seule la vieillesse fera rendre grâce à cette femme dominante auprès d'un dernier amour assagi et serein.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Patricia le 26 juin 2014
Format: Broché Achat vérifié
C'est une amie qui m'a conseillé ce livre, qu'elle a adoré. Il m'a déroutée ! Parce qu'au vu du titre, je ne m'attendais pas du tout à cette histoire.
L'histoire dérangeante de cette enfant, adolescente puis femme, victime et assassin en toute impunité ... A laquelle je me suis malgré tout attachée parce qu'elle a cette force de vie, cette passion, charnelle et intellectuelle.
Elle est curiosité, fougue, liberté, engagement, amour ... Des idées, enfants, femmes & hommes qu'elle choisit.
J'y ai appris l'histoire de l'Italie de Mussolini ... Compris le lien entre celui-ci et Victor-Emmanuel dont l'imposante Machine à écrire trône au centre de Rome.
J'ai particulièrement aimé sa relation à ses enfants, de chaire ou de cœur, devenus de jeunes adultes, qu'elle a nourris d'une éducation éclectique en les incitant à se questionner et se construire eux-même, à la Khalil Gibran : 'Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ce sont les fils et les filles du désir de Vie. Ils arrivent à travers vous mais non de vous. Et quoiqu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.'

L’œuvre d'une vie !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Sophie le 28 mars 2010
Format: Broché
Sapienza nous fait ici partager la vie de Modesta, jeune fille qui au fil des pages devient femme. Sur fond de guerres mondiales (l'histoire commence en 1900) et d'idéaux politiques, les histoires d'amours se font et se défont, certaines surprennent, d'autres peuvent choquer, mais aucune n'ennuie. Bien qu'un peu long, le livre reste intéressant, notamment car il couvre une période assez longue de la vie d'une femme: on voit évoluer les moeurs, en même temps que les personnages. Personnages très nombreux, il est parfois un peu difficile de s'y retrouver... Une bonne lecture pour les vacances, à lire d'une traite, pour ne rien oublier.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par mylame le 30 septembre 2010
Format: Broché
La femme féministe en Italie dans la premère moitié du 20°siècle. Interressant, un peu de longueurs, bien écrit.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?