Laurent Voulzy


Laurent Voulzy : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 213
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Laurent Voulzy

Biographie

Né le 18 Décembre 1948 à Paris, Lucien Voulzy, qui n'était pas encore devenu Laurent, passe son enfance à Nogent-sur-Marne, en banlieue parisienne. Très tôt attiré par la musique, Lucien apprend vite à gratter les cordes de sa guitare et évolue dans plusieurs formations lycéennes afin de faire ses premières armes.

À l'époque où le futur Laurent Voulzy use ses fonds de culotte sur les bancs de l'institution scolaire, les radios chantaient quelque chose qui lui collera longtemps au coeur et au corps. Les morceaux de Little Richard, des Rolling Stones, des Beach Boys et de Ray Charles ... Lire la suite

Né le 18 Décembre 1948 à Paris, Lucien Voulzy, qui n'était pas encore devenu Laurent, passe son enfance à Nogent-sur-Marne, en banlieue parisienne. Très tôt attiré par la musique, Lucien apprend vite à gratter les cordes de sa guitare et évolue dans plusieurs formations lycéennes afin de faire ses premières armes.

À l'époque où le futur Laurent Voulzy use ses fonds de culotte sur les bancs de l'institution scolaire, les radios chantaient quelque chose qui lui collera longtemps au coeur et au corps. Les morceaux de Little Richard, des Rolling Stones, des Beach Boys et de Ray Charles inspireront les premières compositions musicales du jeune homme. Les Hellences, le groupe dont il fait partie à cette époque sont encore méconnus (et le resteront) mais arpentent les bars et les MJC de banlieue en quête de dates, de concerts et de reconnaissance.

À la fin des années 1960, Laurent Voulzy intègre une autre formation, le Mark Robson Group, et découvre l'univers du rock n' roll. Présenté à Christian Fechner, alors producteur d'Antoine, et d'un groupe parodique, Les Problèmes, (qui ferait ensuite carrière au cinéma et sur scène après avoir été rebaptisé Les Charlots), Voulzy confie à ce dernier une maquette de démonstration qui ne passe pas inaperçue : un an plus tard, le premier 45 tours de Lucien Voulzy sort dans les bacs et obtient un petit succès d'estime.

Lancé par ce premier succès, l'artiste monte un groupe, Le Temple de Vénus, dès 1970 qui enregistre à son tour un disque avant de splitter après une courte année d'existence. Contacté par le label RCA, il signe la bande originale d'un film érotique et quelques 45 tours qui ne marqueront pas les esprits. C'est à cette époque que Lucien devient Laurent, et surtout, que Laurent rencontre Alain. Alain Souchon, autre chanteur estampillé RCA qui galère lui aussi.

Présentés l'un à l'autre en 1973, les deux hommes ne se quitteront plus. Ensemble, ils composeront respectivement « J'ai dix ans », « Allô maman, bobo » et « Jamais content », les trois tubes-phares qui lanceront la carrière d'Alain Souchon, même si tous les arrangements sont faits par Laurent Voulzy. Ce n'est qu'en 1977 que Voulzy obtient le succès sur son seul nom, avec « Rockollection », patchwork musical en forme d'hommages aux artistes qui bercèrent sa propre jeunesse.

Si « Bubble Star », le deuxième 45 tours de Laurent passe un peu inaperçu, son album qui sort en 1979, Le Coeur Grenadine, le fait entrer dans la cour des grands. Laurent Voulzy n'est plus uniquement le parolier et l'arrangeur de Souchon, il est devenu un artiste à part entière. Cependant, plutôt que de partir comme une fusée quitte à s'écraser ensuite, le très nonchalant Laurent ne rebondit pas immédiatement sur le succès du Coeur Grenadine. Il prend son temps, composant quelques chansons pour son complice Souchon dans l'intervalle et ne revient sur le devant de la scène qu'en 1983 avec l'album Bopper en Larmes. Les singles « Désir, désir » (avec l'actrice Véronique Jannot) et « Mes nuits sans Kim Wilde » sortiront les deux années suivantes. Tranquille...

En 1987, « Belle Île en mer », son nouveau 45 tours rappelle au public que Voulzy est toujours présent et qu'il va désormais falloir compter avec lui. Cette ballade dédiée au voyage et à la célébration de ses propres racines bretonnes et guadeloupéennes sera consacrée « chanson francophone de la décennie 80 » en 1990 lors des Victoires de la Musique. Toutefois, il faudra attendre  1992 pour que son troisième album, Caché Derrière, ne sorte enfin dans les bacs trimballant avec lui son lot de tubes « bankables » : « Le pouvoir des fleurs », « Le rêve du pêcheur » ou encore « Paradoxal système ». Carton, évidemment, mais carton modeste pour un garçon timide qui s'excuse presque d'être là à chaque passage télé, en dépit de la Victoire de la Musique qui sera accordée à cet opus.

Perfectionniste tranquille, Voulzy continue, en dépit de sa carrière personnelle, à écrire pour Alain Souchon, Jean-Pierre Danel ou Véronique Jannot, à se produire en duo avec d'autres artistes comme Alan Stivell, ou à mettre sa notoriété au service de quelques associations à but humanitaire comme Les Enfoirés ou ATD-Quart Monde. Malgré la sortie de quelques albums live, Laurent Voulzy semble entrer en état d'hibernation jusqu'en 2001, où il revient en fanfare avec Avril, album ô combien voulzien dans l'âme renfermant quelques titres comme « La Fille d'avril » ou « Amélie Colbert », qui deviennent aussitôt autant de classiques de la variété pop francophone.

Si 2003 et 2004 voient sortir deux albums - la compilation Saisons - Best of et le Gothique Flamboyant Tour enregistré en public - il faudra attendre 2006 pour que Voulzy émerge à  nouveau de sa léthargie studio avec La Septième Vague, évoluant dans un registre auquel il n'avait pas habitué son public, celui des covers (reprises), avec un panel de titres aussi surprenant que le « A bicyclette » d'Yves Montand, « Captain Of Her Heart » de Double, « Light My Fire » des Doors ou « Santiano » d'Hugues Aufray.

Producteur en sus de ses activités d'auteur-compositeur-interprète, Voulzy, après un duo avec Nolwenn Leroy sur le premier album de cette dernière, produit également le second album de la damoiselle, Histoires Naturelles . Éternel ado de soixante ans, passionné de Moyen-Âge et de Beatles, Laurent Voulzy revient en novembre 2011 avec l'album Lys & Love, première sélection de titres originaux depuis dix ans dont est extrait le simple « Jeanne ». Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Né le 18 Décembre 1948 à Paris, Lucien Voulzy, qui n'était pas encore devenu Laurent, passe son enfance à Nogent-sur-Marne, en banlieue parisienne. Très tôt attiré par la musique, Lucien apprend vite à gratter les cordes de sa guitare et évolue dans plusieurs formations lycéennes afin de faire ses premières armes.

À l'époque où le futur Laurent Voulzy use ses fonds de culotte sur les bancs de l'institution scolaire, les radios chantaient quelque chose qui lui collera longtemps au coeur et au corps. Les morceaux de Little Richard, des Rolling Stones, des Beach Boys et de Ray Charles inspireront les premières compositions musicales du jeune homme. Les Hellences, le groupe dont il fait partie à cette époque sont encore méconnus (et le resteront) mais arpentent les bars et les MJC de banlieue en quête de dates, de concerts et de reconnaissance.

À la fin des années 1960, Laurent Voulzy intègre une autre formation, le Mark Robson Group, et découvre l'univers du rock n' roll. Présenté à Christian Fechner, alors producteur d'Antoine, et d'un groupe parodique, Les Problèmes, (qui ferait ensuite carrière au cinéma et sur scène après avoir été rebaptisé Les Charlots), Voulzy confie à ce dernier une maquette de démonstration qui ne passe pas inaperçue : un an plus tard, le premier 45 tours de Lucien Voulzy sort dans les bacs et obtient un petit succès d'estime.

Lancé par ce premier succès, l'artiste monte un groupe, Le Temple de Vénus, dès 1970 qui enregistre à son tour un disque avant de splitter après une courte année d'existence. Contacté par le label RCA, il signe la bande originale d'un film érotique et quelques 45 tours qui ne marqueront pas les esprits. C'est à cette époque que Lucien devient Laurent, et surtout, que Laurent rencontre Alain. Alain Souchon, autre chanteur estampillé RCA qui galère lui aussi.

Présentés l'un à l'autre en 1973, les deux hommes ne se quitteront plus. Ensemble, ils composeront respectivement « J'ai dix ans », « Allô maman, bobo » et « Jamais content », les trois tubes-phares qui lanceront la carrière d'Alain Souchon, même si tous les arrangements sont faits par Laurent Voulzy. Ce n'est qu'en 1977 que Voulzy obtient le succès sur son seul nom, avec « Rockollection », patchwork musical en forme d'hommages aux artistes qui bercèrent sa propre jeunesse.

Si « Bubble Star », le deuxième 45 tours de Laurent passe un peu inaperçu, son album qui sort en 1979, Le Coeur Grenadine, le fait entrer dans la cour des grands. Laurent Voulzy n'est plus uniquement le parolier et l'arrangeur de Souchon, il est devenu un artiste à part entière. Cependant, plutôt que de partir comme une fusée quitte à s'écraser ensuite, le très nonchalant Laurent ne rebondit pas immédiatement sur le succès du Coeur Grenadine. Il prend son temps, composant quelques chansons pour son complice Souchon dans l'intervalle et ne revient sur le devant de la scène qu'en 1983 avec l'album Bopper en Larmes. Les singles « Désir, désir » (avec l'actrice Véronique Jannot) et « Mes nuits sans Kim Wilde » sortiront les deux années suivantes. Tranquille...

En 1987, « Belle Île en mer », son nouveau 45 tours rappelle au public que Voulzy est toujours présent et qu'il va désormais falloir compter avec lui. Cette ballade dédiée au voyage et à la célébration de ses propres racines bretonnes et guadeloupéennes sera consacrée « chanson francophone de la décennie 80 » en 1990 lors des Victoires de la Musique. Toutefois, il faudra attendre  1992 pour que son troisième album, Caché Derrière, ne sorte enfin dans les bacs trimballant avec lui son lot de tubes « bankables » : « Le pouvoir des fleurs », « Le rêve du pêcheur » ou encore « Paradoxal système ». Carton, évidemment, mais carton modeste pour un garçon timide qui s'excuse presque d'être là à chaque passage télé, en dépit de la Victoire de la Musique qui sera accordée à cet opus.

Perfectionniste tranquille, Voulzy continue, en dépit de sa carrière personnelle, à écrire pour Alain Souchon, Jean-Pierre Danel ou Véronique Jannot, à se produire en duo avec d'autres artistes comme Alan Stivell, ou à mettre sa notoriété au service de quelques associations à but humanitaire comme Les Enfoirés ou ATD-Quart Monde. Malgré la sortie de quelques albums live, Laurent Voulzy semble entrer en état d'hibernation jusqu'en 2001, où il revient en fanfare avec Avril, album ô combien voulzien dans l'âme renfermant quelques titres comme « La Fille d'avril » ou « Amélie Colbert », qui deviennent aussitôt autant de classiques de la variété pop francophone.

Si 2003 et 2004 voient sortir deux albums - la compilation Saisons - Best of et le Gothique Flamboyant Tour enregistré en public - il faudra attendre 2006 pour que Voulzy émerge à  nouveau de sa léthargie studio avec La Septième Vague, évoluant dans un registre auquel il n'avait pas habitué son public, celui des covers (reprises), avec un panel de titres aussi surprenant que le « A bicyclette » d'Yves Montand, « Captain Of Her Heart » de Double, « Light My Fire » des Doors ou « Santiano » d'Hugues Aufray.

Producteur en sus de ses activités d'auteur-compositeur-interprète, Voulzy, après un duo avec Nolwenn Leroy sur le premier album de cette dernière, produit également le second album de la damoiselle, Histoires Naturelles . Éternel ado de soixante ans, passionné de Moyen-Âge et de Beatles, Laurent Voulzy revient en novembre 2011 avec l'album Lys & Love, première sélection de titres originaux depuis dix ans dont est extrait le simple « Jeanne ». Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Né le 18 Décembre 1948 à Paris, Lucien Voulzy, qui n'était pas encore devenu Laurent, passe son enfance à Nogent-sur-Marne, en banlieue parisienne. Très tôt attiré par la musique, Lucien apprend vite à gratter les cordes de sa guitare et évolue dans plusieurs formations lycéennes afin de faire ses premières armes.

À l'époque où le futur Laurent Voulzy use ses fonds de culotte sur les bancs de l'institution scolaire, les radios chantaient quelque chose qui lui collera longtemps au coeur et au corps. Les morceaux de Little Richard, des Rolling Stones, des Beach Boys et de Ray Charles inspireront les premières compositions musicales du jeune homme. Les Hellences, le groupe dont il fait partie à cette époque sont encore méconnus (et le resteront) mais arpentent les bars et les MJC de banlieue en quête de dates, de concerts et de reconnaissance.

À la fin des années 1960, Laurent Voulzy intègre une autre formation, le Mark Robson Group, et découvre l'univers du rock n' roll. Présenté à Christian Fechner, alors producteur d'Antoine, et d'un groupe parodique, Les Problèmes, (qui ferait ensuite carrière au cinéma et sur scène après avoir été rebaptisé Les Charlots), Voulzy confie à ce dernier une maquette de démonstration qui ne passe pas inaperçue : un an plus tard, le premier 45 tours de Lucien Voulzy sort dans les bacs et obtient un petit succès d'estime.

Lancé par ce premier succès, l'artiste monte un groupe, Le Temple de Vénus, dès 1970 qui enregistre à son tour un disque avant de splitter après une courte année d'existence. Contacté par le label RCA, il signe la bande originale d'un film érotique et quelques 45 tours qui ne marqueront pas les esprits. C'est à cette époque que Lucien devient Laurent, et surtout, que Laurent rencontre Alain. Alain Souchon, autre chanteur estampillé RCA qui galère lui aussi.

Présentés l'un à l'autre en 1973, les deux hommes ne se quitteront plus. Ensemble, ils composeront respectivement « J'ai dix ans », « Allô maman, bobo » et « Jamais content », les trois tubes-phares qui lanceront la carrière d'Alain Souchon, même si tous les arrangements sont faits par Laurent Voulzy. Ce n'est qu'en 1977 que Voulzy obtient le succès sur son seul nom, avec « Rockollection », patchwork musical en forme d'hommages aux artistes qui bercèrent sa propre jeunesse.

Si « Bubble Star », le deuxième 45 tours de Laurent passe un peu inaperçu, son album qui sort en 1979, Le Coeur Grenadine, le fait entrer dans la cour des grands. Laurent Voulzy n'est plus uniquement le parolier et l'arrangeur de Souchon, il est devenu un artiste à part entière. Cependant, plutôt que de partir comme une fusée quitte à s'écraser ensuite, le très nonchalant Laurent ne rebondit pas immédiatement sur le succès du Coeur Grenadine. Il prend son temps, composant quelques chansons pour son complice Souchon dans l'intervalle et ne revient sur le devant de la scène qu'en 1983 avec l'album Bopper en Larmes. Les singles « Désir, désir » (avec l'actrice Véronique Jannot) et « Mes nuits sans Kim Wilde » sortiront les deux années suivantes. Tranquille...

En 1987, « Belle Île en mer », son nouveau 45 tours rappelle au public que Voulzy est toujours présent et qu'il va désormais falloir compter avec lui. Cette ballade dédiée au voyage et à la célébration de ses propres racines bretonnes et guadeloupéennes sera consacrée « chanson francophone de la décennie 80 » en 1990 lors des Victoires de la Musique. Toutefois, il faudra attendre  1992 pour que son troisième album, Caché Derrière, ne sorte enfin dans les bacs trimballant avec lui son lot de tubes « bankables » : « Le pouvoir des fleurs », « Le rêve du pêcheur » ou encore « Paradoxal système ». Carton, évidemment, mais carton modeste pour un garçon timide qui s'excuse presque d'être là à chaque passage télé, en dépit de la Victoire de la Musique qui sera accordée à cet opus.

Perfectionniste tranquille, Voulzy continue, en dépit de sa carrière personnelle, à écrire pour Alain Souchon, Jean-Pierre Danel ou Véronique Jannot, à se produire en duo avec d'autres artistes comme Alan Stivell, ou à mettre sa notoriété au service de quelques associations à but humanitaire comme Les Enfoirés ou ATD-Quart Monde. Malgré la sortie de quelques albums live, Laurent Voulzy semble entrer en état d'hibernation jusqu'en 2001, où il revient en fanfare avec Avril, album ô combien voulzien dans l'âme renfermant quelques titres comme « La Fille d'avril » ou « Amélie Colbert », qui deviennent aussitôt autant de classiques de la variété pop francophone.

Si 2003 et 2004 voient sortir deux albums - la compilation Saisons - Best of et le Gothique Flamboyant Tour enregistré en public - il faudra attendre 2006 pour que Voulzy émerge à  nouveau de sa léthargie studio avec La Septième Vague, évoluant dans un registre auquel il n'avait pas habitué son public, celui des covers (reprises), avec un panel de titres aussi surprenant que le « A bicyclette » d'Yves Montand, « Captain Of Her Heart » de Double, « Light My Fire » des Doors ou « Santiano » d'Hugues Aufray.

Producteur en sus de ses activités d'auteur-compositeur-interprète, Voulzy, après un duo avec Nolwenn Leroy sur le premier album de cette dernière, produit également le second album de la damoiselle, Histoires Naturelles . Éternel ado de soixante ans, passionné de Moyen-Âge et de Beatles, Laurent Voulzy revient en novembre 2011 avec l'album Lys & Love, première sélection de titres originaux depuis dix ans dont est extrait le simple « Jeanne ». Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page