Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
Acheter d'occasion
EUR 38,30
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Cet article est la tr_s bonne condition. Nous allons exp_dier du Japon, le temps de livraison est du 14-21 jours.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 11,99

Layla (SACD) Super Audio CD

4.3 étoiles sur 5 27 commentaires client

1 neuf à partir de EUR 199,99 3 d'occasion à partir de EUR 38,30

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Derek and the Dominos


Détails sur le produit

  • CD (6 décembre 2004)
  • : Requires SACD-compatible hardware
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Super Audio CD
  • Label: Polydor
  • ASIN : B00064X2QE
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Blu-ray Audio
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5 27 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 344.503 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. I looked away
  2. Bell bottom blues
  3. Keep on growing
  4. Nobody knows you when you're down and out
  5. I am yours
  6. Anyday
  7. Key to the highway
  8. Tell the truth
  9. Why does love got to be so sad
  10. Have you ever loved a woman
  11. Little wing
  12. It's too late
  13. Layla
  14. Thorn tree in the garden
  15. Mean old world

Descriptions du produit

Critique

La formation se compose un peu par hasard lors des séances d’enregistrement pour l’album All The Things Must Pass de George Harrison qu’il co-produit avec Phil Spector aux studios Apple à Londres de juin à juillet 1970. A cette occasion, Eric Clapton, le bassiste Carl Radle, le batteur Jim Gordon et le claviers Bobby Whitlock enregistrent le 18 juin « Tell The Truth » et « Roll It Over » (celui-ci avec le guitariste de Traffic, Dave Mason), produits par Phil Spector. Le groupe se produit quelques jours plus tard pour la première fois sur scène au Lyceum, puis s’envole fin août pour les studios Criteria à Miami où les accueille le producteur attitré d’Atlantic, Tom Dowd.

Sous sa houlette il va créer un magnifique album de blues rock avant la lettre, sans contraintes ni de « hit single » en vue, dont la gestation a débuté par des « jams » sur de vagues idées de compositions issues de répétitions dans le domaine du guitariste anglais quelques semaines auparavant, un double album dont la durée moyenne des morceaux avoisine les six minutes.

Invité à participer aux séances par Eric Clapton que Tom Dowd emmène écouter lors d’un concert de l’Allman Brothers Band, Duane Allman s’intègre à merveille et les deux guitaristes s’en donnent à cœur joie. Leur interaction, leurs soli inspirés (Duane souvent à la slide) sont un pur régal. Duane Allman est seulement absent des titres « Bell Bottom Blues », « I Looked Away » et « Tell The Truth ». Le matériel est un alliage entre reprises de classiques du Blues comme « Key To The Highway » de Big Bill Broonzy, « Have You Ever Loved a Woman », « Nobody’s Knows You When You’re Down And Out », et des originaux de la même veine comme « Tell The Truth », « Anyday » (Duane Allman y est impressionnant tandis que Clapton assure pour une fois la partie de slide), ou le magnifique « Little Wing » de Jimi Hendrix enregistré une semaine avant sa mort.

La pièce de résistance restant bien sûr le fameux « Layla », chanson bouleversante composée en majorité par le batteur Jim Gordon et écrite par Eric Clapton en hommage à son amour impossible, Pattie Harrison. Divisée en deux sections, la première en tempo rapide après une intro accrocheuse, la seconde en ballade après un pont au piano de Bobby Whitlock. « Layla » aura deux autres vies après son flop lors de sa sortie, n°10 aux Etats-Unis en juin 1972 et en 1992 dans sa version « unplugged », avec un meilleur sort en Grande Bretagne, n°7 en Eté 1972 et n°4 pile poil dix ans plus tard. Le tempo est légèrement plus rapide que les dizaines de versions qu’Eric Clapton a données ensuite ; l’originale avait été « varispeedée » par Tom Dowd, qui avait augmenté la vitesse de passage de la bande de 5% avant l’étape de la gravure, afin d’en accroître l’effet spectaculaire. Ce qui a été corrigé lors des rééditions cd remasterisées.

Publié en septembre 1970, le 45 tours deux titres produits par Spector en juin cité plus haut est immédiatement retiré de la vente à la demande des musiciens, qui en ont enregistré de meilleures versions à Miami.

L’album est un échec notoire, Eric Clapton ayant refusé que son nom apparaisse au recto de la pochette, et n’a été reconnu à sa juste valeur qu’au fil du temps ; encore aujourd’hui, il s’en vend chaque année plus que l’année précédente. Il a connu plusieurs éditions ; la première en cd en 1983 est une honte, la deuxième est un coffret réunissant des « jams » interminables et une version de l’album remasterisée mais avec un mixage légèrement différent, la Mobile Fidelity de 1993, plus fidèle au son original comme la suivante de 1996 en standard normal, et la plus récente en 2004 est une version SACD qui rend quand même très bien en stéréo sans le système 5+1, sans compter les rééditions en vinyle. - Copyright 2015 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Luc B. TOP 500 COMMENTATEURS le 12 avril 2006
Format: CD
Comment décrire ce double album ? C'est sans doute ce que Clapton a enregistré de plus beau, c'est sans doute un des plus beaux albums de cette période musicale, et de toutes périodes musicales confondues !
Chaque chanson est quasi parfaite. Il y en a pour presque tout les genres, même si on reste dans une dominante blues british, country-rock-folk. Clapton racontait qu'une journée commencait par une matinée de piscine, de repos, de bronzage, puis un bon déjeuner, puis quelques "pilules" et autres substances, avant de rentrer au studio dans l'après midi. Et cela donne des titres d'une simplicité à pleurer comme "I looked away", "Bell bottom blues", des titres intenses et fiévreux "Keep on growing", "Anyday", avec duel de guitares rageurs, des blues purs et durs "Key to the highway", "Have you ever love a woman?", et bien sûr, deux titres plus somptueux encore (mais comment faire un tri parmi tous ces chef d'oeuvre?) : la reprise de Hendrix "Little wings" et "Layla", dont le riff de guitare crée par Duane Allman reste un des plus beaux de l'histoire du rock.
Sous le pseudo de "Derek" se cache bien sûr Clapton lui même (qui sombre chaque un peu plus dans la dépression), mais aussi son pote Duane Allman, des Allman 's Brother, immense musicien, moins célèbre, venu prêté main forte au tout nouveau groupe. Ce sera leur seul album studio, un coup d'essai, un coup de maître. Ces musiciens ont été, durant quelques jours, comme touchés part la grâce. C'est un emerveillement de tout instant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 19 sur 20 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Un album à avoir à tout prix !!! Toutes les chansons sont réussies et sont belles à pleurer.
"Anyday", "Little wing", "it's too late" et bien sûr "Layla" sont de véritables chef d'oeuvre ce ce grand maître de la guitare.
Quant à sa voix, on ne peut pas faire mieux : Une voix d'homme au fond du gouffre et désepéré par amour pour Nell...
Un des meilleurs albums de ces 40 dernières années !
Remarque sur ce commentaire 5 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lester Gangbangs TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 26 février 2007
Format: CD
Si dans la discographie pour le moins conséquente de Clapton on ne devait choisir qu''un Cd, pour moi ce serait « Layla ». Peut-être parce que Clapton avait trouvé dans son éphémère groupe des Dominos un guitariste à sa mesure, capable de le pousser dans ses derniers retranchements techniques et émotionnels. Le roi de la slide Duane Allman, en RTT de l''Allman Brothers Band est ici l''alter ego de Clapton, et même les spécialistes les plus minutieux ont souvent du mal à savoir qui joue quoi, tant l''osmose a été parfaite entre les deux musiciens. La mort quelques semaines après l''enregistrement de « Layla » de Duane Allman dans un accident de moto laissera Clapton musicalement orphelin (l'absence d'Allman se fait cruellement sentir sur le « Live at Fillmore » de l''automne 70 où un Clapton à la voix hébétée se perd dans des solos à rallonge). Rien de tout cela sur « Layla ».

Des interprétations magistrales de classiques du blues (l''énorme « Key to the highway » de Big Bill Broonzy par exemple), un bon paquet de compos originales, un retour d''hommage à Hendrix (« Little wing » ici, alors que l''Experience reprenait respectueusement « Sunshine of your love » sur le Cd « Live at Winterland »).

Et puis il y a « Layla », le meilleur morceau de toute la carrière de Clapton. Layla. Surnom de Pattie Boyd. Dont Clapton est amoureux fou. Problème, Layla est mariée au meilleur ami de Clapton, George Harrison. De cette cornélienne histoire d''amour, va naître un morceau fabuleux.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 18 sur 20 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Derek and The Dominos, c est le dernier super groupe d'Eric Clapton. L'album studio (Layla and assorted love Songs) reste jusqu'à aujourd'hui un album de référence du Blues/Rock. On y retrouve une série de classique tels que Key of the Highway, Bell Bottom Blues et évidemment Layla.
Le coffret est d'une finition impéccable mais il s'adresse aux afiniados de Clapton. Pas sur que tout le monde veuille une version CD, DVD et Vinyl. On y retrouve quelques inédits et quelques jams sessions(déjà disponible sur un autre coffret).
Bref un coup de coeur.
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Hervé J COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 21 février 2015
Format: CD
A l'écoute de cet album, on peut dire que toutes les chansons d'amour ont une fin!

Sans être totalement laide, il est évident que la pochette de Layla tirée d'une toile du peintre français Frandsen de Schonberg n'était pas toute indiquée pour que le double album fasse un carton plein à sa sortie. D'autres groupes ont connu le succès avec des LP's aux pochettes vierges de tout texte, mais tout le monde ne s'appelle pas King Crimson ou Led Zeppelin...

Dans l'ensemble, j'aime beaucoup cet album et cette preuve de bon goût est certainement due à la présence magique et envahissante de Duane Allman en 1970 après EC dans les studios de Miami où Dieu jouait aux dominos.

Pourtant, à l'inverse du troupeau pantagruélique, je n'aime pas beaucoup la reprise du Little Wing de Jimi Hendrix: le groove original a disparu, la rythmique et certains rajouts sont un peu pesants et le solo de guitare mélodique de Clapton n'est pas très inspiré voire est un peu faux par moments.

De même dans la fin de Layla, sur le très beau passage de piano, les deux guitaristes sont un peu en pilotage automatique: effets de la pharmacopée utilisée pour supporter les longues heures de vol?

Malgré tout, Layla reste mon préféré dans la discographie d'Eric Clapton que je ne connais honnêtement qu'à moitié.

(*): très bon jeu de mots basé sur le nom de l'actrice Bo Derek qui avait effectivement à la période de sa splendeur un très beau derek.
5 commentaires 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?