undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles27
4,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 avril 2007
Après la mort de ses parents alors qu''il n''avait que huit ans, le jeune narrateur a passé trois années de sa vie aux côtés de son grand-père qui tenait le café de l''Excelsior dans une petite bourgade de l''est de la France (un bistro étriqué portant le même nom que celui beaucoup plus prestigieux et réputé de la Grande Ville voisine que les lecteurs de la région connaissent bien).

À travers le regard innocent et candide du jeune garçon, le récit permet de parcourir ces quelques années auprès de ce grand-père qui arrangeait le monde à sa façon pour lui plaire et le consoler. Des moments de vie gonflés de bonheurs bien simples parfois maladroits mais d''une intense sincérité « avant qu''un sbire à lunettes, étranglé dans le col amidonné d''une mauvaise chemise, ne décidât qu''au nom de la protection de l''enfance ma place était plutôt dans une morne et catholique famille d''accueil que dans un lieu de perdition liquide. »

Ce récit est une exhortation à la nostalgie mélancolique avec des mots d''une grâce d'une justesse telles qu''ils frappent directement à la porte des émotions. Ce tout petit livre, un des premiers de l''auteur, reste indubitablement pour moi le plus fort. La puissance du texte repose largement sur la tendresse qui lie le grand-père à son petit-fils au-delà de l'avis des institutions.
0Commentaire|46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2009
Un petit garçon âgé de huit ans vit avec son grand-père depuis la mort de ses parents dans un bistrot d'un village lorrain. C'est dans ce café mal entretenu que se concentrent chaque journée les villageois à la gouaille enveloppante pour jouer aux cartes, parler, éviter la messe, passer le temps en attendant la mort.
L'enfant nous raconte ces années passées là, emplie de l'amour et de la dévotion de son grand-père, nous plongeant dans le réconfort malgré la maladresse.
Et c'est ainsi que ce récit nous frappe droit au cœur. A travers ces odeurs, ces petits riens "...mains rugueuses aux ongles souvent endeuillés de charbon, la masse écrasante de sa stature de chêne gaulois, et ses bons sourires, plissés du front au menton,... " que CLAUDEL nous charme, nous emporte dans un subtil registre d'émotion, de tendresse et d'humour. L'auteur confie que "l'écriture est sa respiration". Et à nous de humer cette plume calme, suave, cette nostalgie du bonheur simple, cette chaleur humaine, cette pudeur des blessures de l'enfance.
Ecriture fine, poétique que l'on continue d'entendre lorsque nous refermons à regret ce merveilleux, ce délicat petit ouvrage, petit par son nombre de pages, mais Ô combien grand par sa densité poétique.
Splendide.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 14 février 2011
Tout en teintes pastel, cet opuscule est de la veine des nectars.
L'auteur y distille les années tendres d'une enfance que l'on va arracher à ces moments bonheurs qui finissent par s'éteindre sans jamais crier gare.

Ce livre est une pierre cachée dans son écrin de velours grenat.
Il est à savourer sans aucun empressement, prenant et reprenant le temps de soupeser les mots, les phrases qui s'enchaînent en une sonatine languissante à l'envie.

Les images sont vivantes, le texte est en relief et les parfums s'affolent au rythme des souvenirs qui paressent à l'ombre de nos belles années, celles qui se sont enfuies sans nous laisser le temps d'une pause nécessaire.

Sous la plume du poète talentueux, mon coeur et mes pensées reprennent le chemin d'une époque chérie où l'on savait encore prendre le temps de vivre.
Merci Monsieur Claudel pour toutes ces émotions qui naissent au fond de moi chaque fois que je vous lis.
22 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2008
J'ai lu ce livre avec une vraie délectation. Une belle histoire, tendre et attendrissante, qui ne fait pas pour autant dans le sentimentalisme gnan gnan.
Claudel est décidément un bel auteur, un peu trop méconnu (jusque Brodeck).
Laissez vous porter par cette histoire simple, authentique, d'un jeune orphelin et son grand père.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2008
Dans l'Est de la France, un orphelin de huit ans, raconte les trois années vécues avec son grand-père, propriétaire d'un café (ou plutôt d'un assommoir) nommé l'Excelsior. Grâce à ce vieillard, poète à ses heures et rempli d'un amour pur pour son petit-fils, le jeune garçon posera sur le monde glauque qui l'entoure un regard candide, innocent et émerveillé. Malheureusement, ce grand-père, qui pratiquait son métier comme un art quitte à en devenir pauvre à force de boire, perdra la garde de son petit-fils le jour où un "sbire à lunettes, étranglé dans le col amidonné d'une mauvaise chemise" (i.e. un employé de l'Assistance publique) ne décide qu'une succession de familles d'accueil serait préférable à ce lieu "de perdition liquide" rempli d'amour.
C'est une belle histoire très émouvante et merveilleusement bien écrite: de la prose poétique à l'état pur!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mars 2011
Une magnifique histoire et un témoignage très tendre d'un adulte qui rétrospectivement salue la relation qu'il a eue enfant avec son grand-père.
Très joliment écrit.
Un roman qui nous plonge dans l'univers difficile de l'orphelin en France... Un grand débat ou pourquoi l'administration décide de ce qui est bien pour un enfant, décide arbitrairement de le sortir d'une relation qui lui convient pour lui infliger une famille d'accueil, décide qu'un cafetier ne peut pas s'occuper d'un enfant alors même que c'est son grand-père....
Un magnifique livre écrit par un adulte sur la base de ses souvenirs.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2008
Beaucoup d''émotions sur un instant de vie qui touche le cœur avec une écriture simple dans la grâce.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2010
Une gourmandise que ce court ouvrage, aussi facile à lire que merveilleusement écrit ! Les mots de Claudel nous immergent complètement dans l'atmosphère d'époque (son, odeurs) du petit café de province autant que dans le coeur du petit héros. Comment, à la fin de l'histoire, ne pas sentir une larme perler au coin de la paupière ?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2014
Comme tout ce qu'écrit Philippe Claudel, c'est très beau et très touchant ! J'ai adoré !
J'ai découvert cet auteur grâce au professeur de français de mon fils alors en classe de 1ère, avec un de ses plus beaux titres "le rapport de Brodeck". Et je suis devenue depuis une inconditionnelle ! Je vous conseille aussi "la petite fille de M. Linh", tellement poétique et fort en émotions. Philippe Claudel est pour moi un des plus grands auteurs français de tous les temps et je le remercie de ces grands moments de bonheur qu'il m'aura apportés ...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2011
un condensé de bonheur et de douleur. En quelques pages Philippe Claudel réitère l'envie de lire de le lire et encore de lire ; même ceux qui ne lisent jamais devraient au moins lire cette grande phrase qu'est ''le café de l'excelsior'' et s'accorder une petite heure de lecture. Un chef d'oeuvre qui finit trop vite...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus