undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles9
3,3 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:9,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 avril 2010
Je viens de terminer ce livre d'un auteur que je ne connaissais pas, et je suis emballée.
On est dans la veine de Mankell, avec le personnage d'Ann Lindell, une inspectrice, certes moins mélanco-depressive que Wallander, mais qui est aussi décalée et perdue sentimentalement.
L'intrigue est très bien ficelée, elle se déroule de façon tranquille et progressive, sans artifices sanglants ou trash, avec des personnages secondaires bien fouillés et attachants.
L'écriture est fluide et sans affèterie, presque classique,mais suffisamment rythmée pour éviter toute perte d'attention.
Je suis fan de polar nordiques pour leur ambiance à la fois feutrée et douce-amère, et j'inscris immédiatement l'auteur dans mes préférés, pour le bonheur de lecture procuré !
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 9 avril 2010
Malgré quelques valeurs sûres comme Jo Nesbo ou Henning Mankell (et j'oublie l'islandais Indridason), on commence à être un peu écoeuré de la déferlante nordique qui envahit le rayon polars, ça frise l'indigestion.
Alors quoi, un de plus ?
Et bien oui, voici le suédois Kjel Eriksson !
Ce nouveau venu (premières traductions en 2007) vaut le détour par Uppsala, la quasi-banlieue de Stockholm.
L'ambiance y est un peu moins sombre que dans la ville d'Ystad vue par Mankell.
Et puis, même si l'auteur ne prend pas de "e", le personnage central est une femme, une fliquette, Ann Lindell, dont la vie privée occupe une bonne partie du bouquin.
Ça change un peu des mecs désabusés et avinés qui hantent habituellement les commissariats de Suède et d'ailleurs !
Autant de bonnes raisons de se laisser emporter une nouvelle fois par une enquête scandinave de plus.
D'autant qu'avec cet épisode on a même droit en prime à une petite excursion à ... Malaga !
Car il est question ici d'internationalisation, de crime en col blanc, d'expérimentations pharmaceutiques louches et de transactions financières douteuses ... le crime n'a pas de frontières, en tout cas pas entre la Suède et l'Espagne.
Un polar bien mené, qui démarre sur les chapeaux de roues et qui nous emmène explorer un univers un peu différent de ce que l'on a l'habitude de côtoyer.
Le tout est plutôt de bonne facture, comme on dit. Même si, malgré l'intérêt de l'enquête au féminin, on reste encore loin de la grande littérature d'un Mankell ou de l'intimisme d'un Indridason.
Mais tout cela se lit sans déplaisir aucun.
Un polar situé à mi-chemin, non pas entre Uppsala et Malaga mais plutôt entre la Suède de Mankell et la Venise de Donna Leon.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2012
Comme d'autres lecteurs j'ai trouvé le premier opus plus dense (action autant que personnages), ce qui m'avait donné envie de lire celui-ci.
J'ai donc retrouvé avec plaisir Ann Rindell, commissaire mais plus encore femme dans cette intrigue.

Contrairement à certains j'aime assez les descriptions du milieu rural ou urbain, les digressions sur la vie et les émotions de chacun, cela me permet de faire connaissance avec un pays et de donner une épaisseur suffisante aux personnages. Ce sont tous ces aspects, réunis avec la qualité de l'intrigue, qui créent l'attachement... ou non.

Cependant point trop n'en faut et, effectivement dans ce roman, il y a quelques développements inutiles.
J'ai éprouvé également une relative déception à la lecture du dénouement, un peu bâclé (à moins que certains éléments se retrouvent dans un autre roman, ce que je ne sais pas).

Une autre surprise m'a un peu dérangée : quelques "curiosités" dans la traduction comme des fautes d'orthographes ( ex. fatiguant), mot qui manque ( une habileté dont il ne se serait pas capable lui-même) et des bizarreries de tournures qui m'ont obligée, de temps en temps, à relire une phrase pour en deviner le sens...
Bien sûr cela reste anecdotique et n'empêche pas de comprendre l'histoire mais c'est quand même dommage et peu respectueux de l'auteur car ça ne sert pas son talent...

Avis aux éditions Gaïa pour les romans à venir...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2010
Dommage qu'un polar si bien écrit se révèle aussi décevant.
Une femme et sa petite fille sont renversées sur une route de campagne déserte par un chauffard qui les tue.
Le mari, associé d'une multinationale pharmaceutique, est suspecté, mais peu de temps après il est lui-même retrouvé mort, avec un mot écrit de sa main qui laisse penser au suicide.
Pas mal. On imagine tout de suite un environnement propice au polar.
Car un polar c'est d'abord une intrigue. Rien ne doit détourner l'auteur de ce postulat. Ici, elle est très bien posée dès le début.
Alors pourquoi cannibaliser l'intrigue de ce polar avec les problèmes existentiels de l'héroïne, Ann Lindell, commissaire chargée de l'enquête.
Elle est sympa. Elle a un peu de mal à se poser, elle doute, ça lui donne du charme, ça nous rapproche d'elle.
Mais de là à nous la transporter pendant 20 pages sur un îlot désert avec son ex qu'elle a quitté six mois avant, le temps d'un week-end de réconciliation amoureuse, alors là on y prend beaucoup moins de plaisir qu'elle! L'auteur nous transforme en arlequin sans prévenir, en abandonnant complètement son intrigue pendant un chapitre entier!
L'erreur à ne jamais commettre dans un polar! On perd du temps à rembobiner l'histoire, on relâche la tension, on éloigne son lecteur.
Au final une enquête intéressante qui charrie un peu trop le sentimentalisme de l'héroïne.
LUDI
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2015
je recommande ce livre aux personnes qui aiment le suspense , ici c'est garanti jusqu'à la fin . Très bon écrivain . J'ai adoré cette intrigue .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2010
Le roman est en effet intéressant mais je trouve qu'il y a trop de bavassage inutile concernant le personnage de la policière. Et de ce fait n'est plus efficace à la fin, ses états d'âmes sont tellement écrits, redits, mais sans grande nouveauté qu'on y perd souvent le fil de l' histoire.
L'intrigue intéressante aurait mérité d'être fouillée davantage.
Auteur à suivre mais selon moi peut mieux faire
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2013
Intrigue un peu tirée par les cheveux ,mais assez agréable à lire pour passer le temps sans se fatiguer .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2011
le premier roman d'erisson etait plus enlevé que celui ci meme si les personnages sont attachants l'intrigue est lente et le suspens
n'est pas au rendez vous
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2010
J'ai apprécié ce livre. Etant "abonnée" aux auteurs nordiques, je me pose toutefois une question : pourquoi l'alcool a-t-il autant d'importance dans cette littérature ?
Existe-il des policiers qui ne boivent pas ?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,70 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)