undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

15
3,5 sur 5 étoiles
Le Coupeur de roseaux
Format: PocheModifier
Prix:2,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Une court intermède inspiré d’un vieux conte japonais, mais surtout une nouvelle au charme subtil qui met certes un peu de temps à trouver sa plénitude et la force de sa richesse mais dès lors que les deux protagonistes se rencontrent et que l’un d’entre eux nous conte l’histoire d’« O-Yû Sama », le récit prend toute son ampleur, par notes et touches fines empruntes d’une sensibilité orientale, par références et styles particuliers, par des tournures très étudiées et reconnaissables. Ce charme là, est une véritable bouffée d’oxygène, comme un écho lancinant et vibrant après la lecture d’un haïku qui parle à l’âme. Il mérite donc à ce titre la découverte, d’autant plus que l’investissement est très faible (tant dans le coût du bouquin que dans le temps passé à le lire).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 juillet 2011
Nouvelle contemplative (longue description de paysage) qui se mue progressivement en délicate étude psychologique (sur les relations platoniques d'un trio).
Entre conventions sociales, esprit de sacrifice et désir inavouable, Tanizaki donne une version light de "Raison et sentiments" de J. Austen.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'étais curieuse de découvrir cette œuvre. J'essaye de m'ouvrir le plus possible aux lectures dont je n'ai pas l'habitude et celle-ci me faisait tout particulièrement de l'œil. Toutefois je suis tombée sur un « os ». Comment vous expliquer '

La poésie est très présente tout au long du récit, ce qui en soit n'est pas très grave. Ce sont plutôt les références qui sont faites à des poètes ou à des poèmes japonais (enfin, je présume) qui sont handicapantes pour quelqu'un qui ne les connait. Mais aussi est surtout car pendant toute la première moitié du récit l'auteur cite des lieux. Pour ce qui est des grandes villes (Kobe, Osaka, Kyoto ') j'arrivais à les situer mais pour ce qui est des régions et des quartiers j'avais un peu plus de mal, surtout qu'étant dans le train je ne pouvais même pas faire une petite recherche. C'est les seuls vrais points négatifs qui ressortent de ma lecture.

Car l'autre moitié du récit ' celle qui correspond plus, à mon sens, au résumé ' est entrainante. Le récit est plaisant même si en elle-même l'histoire n'est pas d'un très grand intérêt. Le style est exquis tout comme les personnages que j'ai beaucoup aimé côtoyer.

En conclusion, voici une lecture qui est loin d'être exceptionnelle mais qui reste tout de même agréable. Elle permet de voyager quelques petites heures et c'est bien plaisant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Le coupeur de roseaux/Junichirô Tanizaki
On ne présente plus Tanizaki, cet immense écrivain mort en 1965 dont j’ai commenté déjà plusieurs chefs d’œuvre dont «La clef ou La confession impudique ».
Dans le bref roman ici présenté, l’auteur nous emmène dans un premier temps plutôt dans la méditation et le style très poétique nous décrit les beaux sites proches d’Ôsaka et de Kyoto et notamment au sanctuaire de Minase.
Puis apparaît un homme qui va conter au promeneur une histoire, celle de son père et de la belle O-Yû, un amour inaccessible. Jeune veuve avec un enfant, celle ci ne peut prétendre à se remarier.
Le père va alors user de tous les subterfuges pour demeurer aux côtés de son amour.
Dans un style tout en délicatesse, l’auteur nous offre avec raffinement et sensualité une ballade à la pleine lune en évoquant la passion amoureuse, la beauté et la poésie.
Les amateurs d’art littéraire japonais apprécieront la lenteur d’évocation nourrie d’un rare souci du détail tant dans les gestes que dans les mots.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Lors d'une promenade dans un ancien palais royal, le narrateur rencontre un coupeur de roseaux qui lui raconte une épisode clef de la vie de son père: ses relations sentimentales avec deux soeurs.
Ce récit est exemplaire pour les thèmes et les humeurs de l'oeuvre de Tanizaki: une atmosphère mélancolique (la simple tristesse qu'inspire l'automne, aussi celui de la vie), la nostalgie pour le passé (où sont donc toutes ces femmes qui passaient leur vie sur l'eau exerçant leur commerce de charmes comme une forme de compassion semblable à celle des bodhisattva ?), la fragilité de l'entreprise humaine aussi en amours et le comportement ambigu et dissimulé des femmes.

Hautement recommandé à tous les fanas de Tanizaki et aux amateurs de littérature japonaise et mondiale.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 mai 2009
Certes on connait avec "Le coupeur de roseaux" un début assez difficile: l'auteur part sur des indications historiques qui ont eu un effet plutôt soporifique sur moi.
Mais à l'instant où ces deux inconnus se rencontrent et où débute l'histoire de O-Yû et de sa soeur dévouée O-Shizu, on se plonge littéralement dans l'intrigue et on lit ce très court roman d'une traite.
Presque une nouvelle donc, qui sait mêler réalisme, passion, secrets et peut-être une pointe de fantastique.
Tout de même un peu trop court à mon goût, je trouve la fin un peu trop vite déballée.

Je ne suis pas une habituée des lectures nippones mais je crois que dorénavant je m'en interresserai davantage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 mai 2015
Un des (nombreux!) grands de la literature japonnaise... pourquoi s'en priver? Cette très belle serie de petits livres faciles à emporter doit accompagner tous les reveurs en vacances!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 septembre 2009
Il s'agit de l'un de mes premiers contact avec la littérature Japonaise. Le style de narration est bien différent de ce que l'on a l'habitude de lire, mais on en redemande...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 décembre 2012
L'histoire merveilleuse de la belle O-Shizu qui vit entre le rêve et laréalité, le monde semble suspendu au son de sa voix
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le coupeur de roseaux est un court récit qui se décompose en 2 temps.

Dans une première phase, le narrateur nous entraîne dans une balade nocturne autour du sanctuaire Minase. Lors de cette balade dans ce lieu mythique, l'auteur associe ce qu'il voit à des récits populaires. J'ai trouvé cette première partie assez fastidieuse. Les nombreuses citations qui viennent émailler le récit cassent le rythme de celui-ci. Cette partie reste malgré tout intéressante mais très scolaire.

Dans la deuxième partie, le narrateur rencontre un autre voyageur qui, aidé par la boisson et la vision de la pleine lune, va lui raconter une bien belle histoire. Le récit devient fluide et envoûtant. On nous raconte alors une histoire où il est question de sacrifice, d'amour impossible et de secrets de famille.

« Puisque que dans ce monde un être fait pour être heureux comme ma soeur doit voir tous ses voeux contrariés, je voudrais, insignifiante comme je suis, employer tous mes efforts pour lui donner ne serait-ce qu'un peu de bonheur.»

On se prend vite au jeu, les pages défilent, et notre curiosité est aiguisée. On suit avidement nos jeunes héros jusqu'au dénouement. Un dénouement très japonais, mais je ne vous en dirai pas plus...

Le coupeur de roseaux est un roman plaisant. Il m'a donné envie de découvrir plus avant l'oeuvre de Junichirô Tanizaki.

Note : 7/10
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le pont flottant des songes
Le pont flottant des songes de Junichirô Tanizaki (Broché - 7 mai 2009)
EUR 2,00

Le Meurtre d'O-Tsuya
Le Meurtre d'O-Tsuya de Junichirô Tanizaki (Broché - 13 mai 2005)
EUR 2,00

Rashômon et autres contes
Rashômon et autres contes de Ryûnosuke Akutagawa (Broché - 9 octobre 2003)
EUR 2,00