Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le Grand Meaulnes Poche – 1963

4.1 étoiles sur 5 68 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00 EUR 2,89
Poche, 1963
EUR 3,90 EUR 0,01
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 998,64 EUR 14,41
CD, Livre audio
"Veuillez réessayer"
EUR 21,00
CD
"Veuillez réessayer"
EUR 177,76
Couverture à spirales
"Veuillez réessayer"
EUR 2,25

Il y a une édition plus récente de cet article:

Le Grand Meaulnes
EUR 4,60
(68)
En stock.

Romans et littérature
--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

LE PENSIONNAIRE

Il arriva chez nous un dimanche de novembre 189...
Je continue à dire «chez nous», bien que la maison ne nous appartienne plus. Nous avons quitté le pays depuis bientôt quinze ans et nous n'y reviendrons certainement jamais.
Nous habitions les bâtiments du Cours supérieur de Sainte-Agathe. Mon père, que j'appelais M. Seurel, comme les autres élèves, y dirigeait à la fois le Cours supérieur, où l'on préparait le brevet d'instituteur, et le Cours moyen. Ma mère faisait la petite classe.
Une longue maison rouge, avec cinq portes vitrées, sous des vignes vierges, à l'extrémité du bourg ; une cour immense avec préaux et buanderie, qui ouvrait en avant sur le village par un grand portail ; sur le côté nord, la route où donnait une petite grille et qui menait vers La Gare, à trois kilomètres ; au sud et par-derrière, des champs, des jardins et des prés qui rejoignaient les faubourgs... tel est le plan sommaire de cette demeure où s'écoulèrent les jours les plus tourmentés et les plus chers de ma vie - demeure d'où partirent et où revinrent se briser, comme des vagues sur un rocher désert, nos aventures. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse

Le roman d'Alain-Fournier est enrichi d'une préface inédite de Pierre Péju et d'un long portrait de l'auteur par son ami Jacques Rivière : deux textes permettant de mieux comprendre les circonstances de l'élaboration du Grand Meaulnes et sa place particulière dans la littérature française. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre

(En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Gwen 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 29 septembre 2010
Format: Poche
C'est toujours avec un petit pincement au coeur que je pense à Alain-Fournier, cet être si délicat, doué d'une sensibilité si aigue, au talent si évident, qu'un destin cruel jeta dans l'immonde boucherie de la Grande Guerre où il trouva la mort à l'âge de 27 ans. De lui, ne nous reste aujourd'hui qu'un seul roman achevé, mais un roman que le temps a nimbé de légende et qui, à l'approche du centenaire de sa publication, exhale toujours le même charme subtil et onirique.

La réputation de ce "Grand Meaulnes" serait surfaite, disent certains. Certes, l'écriture en est agréable, l'histoire plaisante, mais cela resterait de la littérature adolescente, à ranger entre Hector Malot et André Dhôtel. Eh bien, je ne suis pas d'accord. Je pense au contraire que ce livre mérite parfaitement son statut de classique et possède de grandes qualités littéraires qui résistent admirablement à l'usure des ans.

Sa prose n'est sans doute pas révolutionnaire, son thème est peut-être convenu, mais il émane de cette histoire d'amour solognote un romantisme, une mélancolie, une poésie d'une qualité singulière. On y est souvent à la lisière du rêve et de la réalité, dans cette atmosphère étrange qui oscille entre le quotidien le plus rustique et les fantasmes évanescents de l'imagination.

C'est une superbe exploration de l'âme adolescente, si prompte à s'enflammer, ouverte à toutes les chimères, prête à toutes les aventures. Ce livre a la texture d'un songe. Pour en goûter la magie, il faut s'abandonner en lui comme on se laisse glisser dans une rêverie, sans vouloir tout expliquer, sans vouloir tout comprendre. C'est un livre qu'il faut lire avec son coeur plutôt qu'avec sa raison.
Remarque sur ce commentaire 32 sur 35 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Il est triste de voir qu'il y a des lecteurs qui ne sentent pas le charme de ce beau livre, mais tant pis, on n'est pas tous les mêmes. Pour moi c'est non seulement une évocation inoubliable de ce monde qui est mort avec son auteur lors de la première guerre mondiale, mais aussi une merveilleuse description de ce qui se passe quand le rêve se fait réalité. C'est aussi subtile, car normalement, quand le rêve se fait réalité, il est decevant, le rêve est plus beau. Mais Yvonne de Galais, la jeune fille des rêves de Meaulnes, est plus belle en réalité qu'en rêve, et pourtant Meaulnes lui tourne le dos et se replonge dans le rêve ... pourquoi?

Il y a de quoi faire un film superbeau. En fait, il en existe déjà un et ça va être très intéressant de comparer les deux. Mais surtout, il faut lire le livre.
Remarque sur ce commentaire 35 sur 39 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Bien souvent, je me suis demandé pourquoi le Grand Meaulnes me plaisait tant en son début et cessait de m'intéresser dans le dernier tiers du texte. En cela, j'étais d'accord avec Gide qui, dans son Journal [1933, Bibliothèque de la Pléiade, 1ère éd., 1970, Page 1150], nous fait part de ses sentiments à l'égard de ce roman « dont l'intérêt se dilue, qui s'étale sur un trop grand nombre de pages et un trop long espace de temps ... dont le plus exquis s'épuise dans les cent premières pages... »
Et cependant je l'ai toujours lu et relu avec avidité, avec les mêmes incessantes questions à son sujet : qu'est-ce qui en fait le charme ? Qu'est-ce qui nous pousse à poursuivre la lecture jusqu'au bout bien que nous connaissions le dénouement tragique de l'histoire ? Meaulnes n'est-il pas cruel par moments ? Quel roman Alain-Fournier aurait-il bien pu achever, s'il était revenu sain et sauf de la Grande guerre ? Sur quels procédés stylistiques repose l'écriture de ce roman ? Quelles influences littéraires l'auteur a-t-il pu connaître ?

Les éditions du Grand Meaulnes sont, à ma connaissance, de qualité : je pense à celles de Leuwers [1983] et de Basch [2008] parues au Livre de Poche, mais aussi à celle de Claude Herzfeld, publiée chez Nizet en 1983.

Voici que le roman d'Alain-Fournier paraît maintenant aux éditions Gallimard, dans la collection Folio. Qu'est-ce que cette nouvelle version ajoute aux précédentes?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
De ce livre d'Alain-Fournier se dégage la mélancolie des rêves enfantins. De manière profonde, l’œuvre est plus noire que ne le laisse présager la légèreté apparente des sujets traités. Le spleen, la course après l'amour esquissé, les errances et ces rendez-vous manqués avec le bonheur ne font pas de la vie un rose reflet.
A mettre inévitablement en rapport avec le bien malheureux destin de l'auteur et les obsessions qui l'accaparaient de son vivant.
Notons également qu'ici la vie et le cadre des campagnes de France à la Belle Époque sont admirablement restitués.
Remarque sur ce commentaire 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?