• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le Koala tueur a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Le Koala tueur Poche – 16 février 2011

4.1 étoiles sur 5 27 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 16 février 2011
"Veuillez réessayer"
EUR 6,10
EUR 3,11 EUR 0,89

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le Koala tueur
  • +
  • La vengeance du wombat (cc) (pll)
  • +
  • L'ivresse du kangourou : Et autres histoires du bush
Prix total: EUR 18,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Avec ses redoutables crocodiles, ses koalas féroces et ses cochons sauvages assoiffés de sang, l'impitoyable bush australien reste un territoire indompté. Et ce n'est pas Kenneth Cook qui aurait pu l’apprivoiser ! Cook a réuni, peu avant sa disparition, ces histoires courtes toutes plus hilarantes les unes que les autres, inspirées par ses tribulations à travers l'Australie. D'après lui, chacune de ces quinze rencontres avec la faune sauvage s'est déroulée comme il le raconte ici, même si elles paraissent incroyables. Dépaysement garanti, dans un grand éclat de rire.

Quinze pépites efficaces, hilarantes, garanties autobiographiques à 100%, qui parviennent à faire douter d’animaux aussi prétendument inoffensifs que la peluche éponyme. Dominique Aussenac, Le Matricule des Anges.

Une lecture des plus instructives, pour voyager en pays lointain tout en se payant de sacrées tranches de rigolade. David Fontaine, Le Canard enchaîné.

Biographie de l'auteur

Kenneth Cook (1929-1987) est un écrivain australien. À l’âge de trente-deux ans, il a publié Cinq matins de trop (Wake in Fright), qui est considéré comme un classique du roman noir dans son pays et a été adapté au cinéma en 1971, sous le titre Outback. Ses nouvelles écrites dans une veine plus humoristique, ont connu un large succès.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

J'ai découvert Kenneth Cook avec Le vin de la divine colère, un court roman sombre et ironique, un vrai coup de cœur. Le Koala tueur et autres nouvelles du bush est un recueil de nouvelles qui se situe dans un autre registre, celui de l'amusement.
Dans ces 15 nouvelles très courtes, le narrateur est Kenneth Cook lui-même, écrivain à la recherche de l'inspiration qui se fait passer pour un journaliste, histoire de faire plus sérieux. Si les muses semblent fuir l'outback australien, on y trouve en revanche tout un temps d'animaux déterminés : un koala attachant (ou attaché), des serpents en tout genre, y compris dans le pantalon d'un touriste allemand, des crocodiles amoureux, un chameau bien dressé... ah oui, j'oubliais, des indigènes plus ou moins recommandables. Le narrateur/journaliste/écrivain maladroit et un peu enrobé se retrouve, par gentillesse, pour rendre service, par curiosité, par bêtise ou par inadvertance dans des situations qui ne manquent ni de sel ni de piquant.

A force, 15 nouvelles sur le même thème et suivant la même trame (même si les chutes sont souvent inattendues), ça pourrait lasser un peu, mais c'est sans compter le talent de conteur de Kenneth Cook.
Si pour moi, Le koala tueur... n'est pas à la hauteur du Vin de la divine colère, il reste un honnête livre de divertissement qui permet de passer un petit moment agréable entre deux lectures plus sérieuses !

"Si des pensées parvenaient à traverser mon cerveau terrorisé, elles consistaient à me demander si j'allais chuter et mourir, me faire entraîner dans l'immensité désertique et mourir, ou affronter l'haleine du chameau une nouvelle fois et mourir."
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par jay TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 6 mai 2015
Achat vérifié
Plus drôles et moins crédibles (mais il est néanmoins vrai que la réalité est parfois moins crédible que la fiction) qu’un récit de voyage mais moins construites que des nouvelles, « Le koala tueur et autres histoires du bush » se situent un peu entre les deux genres. Après la première histoire, je me suis demandé si je n’allais pas me lasser en cours de route mais finalement, c’est le contraire qui s’est produit.

Malgré quelques redites tant sur le fond que la forme, l’accumulation et la répétition créent finalement une vraie dynamique. Des déconvenues continuelles et de l’autodérision de Kenneth Cook, émergent un fabuleux personnage de farce, sorte de Pierre Richard australien. De cette rude peinture de l’outback, à la faune et la flore hostiles et à la population si peu civilisée qu’elle se rapproche de la faune, émerge une cohérence au fil des histoires qui finit par composer un vrai recueil. Peuplées d’animaux vengeurs, de rustres blancs gorgés d’alcool mauvais et d’aborigènes pas plus angéliques, ces histoires parviennent à transformer la boue en pépites d’humour.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par j-l B TOP 100 COMMENTATEURS le 27 janvier 2012
Ce livre qui se situe entre le récit et le roman, nous fait découvrir quelques animaux d'Australie, certains typiques de ce pays, d'autres plus communs et des très particuliers- résultats de saillies indéterminées. Quand l'auteur, nous conte son aventure souvent originale où un animal tient la vedette - c'est parfois un homme seul qui est le sujet de la nouvelle, il faut dire que l'intérieur des terres australiennes possède son lot de personnages marginaux encore de nos jours !-, celle-ci est amusante et surtout dépaysante. On découvre ce pays immense avec sa faune et ses autochtones - aborigènes et colonisateurs- dans les années 50-60 (publication du livre en 61). Un certain « racisme » est latent dans les histoires où l'auteur rencontre des « noirs » (aborigènes) mais l'auteur emploi un ton ironique, caustique, voir cynique aussi bien envers les Australiens de diverses origines ainsi que les vrais autochtones et il ne se ménage pas non plus !
J'ai aimé ce livre car l'Australie comme la Nouvelle-Zélande ou la Tasmanie me passionnent. Personnellement je ne le trouve pas hilarant, il est simplement distrayant et original. Les critiques sur ce livre sont très variées, je me situe simplement dans la moyenne.
Remarque sur ce commentaire 5 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Achat vérifié
Excellent recueil de nouvelles à savourer sans modération. L'auteur a l'humour et l'auto-dérision facile, et l'on sourit bien volontiers tout au long de notre lecture. Le dépaysement est garanti puisque l'ensemble des histoires se déroule dans le bush australien!
Parfois, quelques images sont réutilisées, et gâchent un petit peu l'ensemble, l'auteur tombant dans la facilité narrative, mais l'oeuvre se déguste facilement, mêlant l'insolite à l'inimaginable. Autobiographique avez-vous dit? :)
(NB: ce titre est, selon moi, bien meilleur que "l'ivresse du kangourou" du même auteur, car beaucoup plus drôle et insolite dans l'ensemble)
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?