Le Père Goriot et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

Le Père Goriot Poche – 31 août 1998


Voir les 50 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 34,94
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,96 EUR 1,48
Poche, 31 août 1998
EUR 3,00 EUR 0,01

Rentrée Scolaire 2014
Rentrée des classes 2014

Pour une rentrée sereine, retrouvez vos livres et manuels dans notre boutique Scolaire et Parascolaire.


Primaire | Collège | Lycée - Voie générale | Lycée - Voie professionnelle | Lycée - Voie technologique


--Ce texte fait référence à l'édition Poche.

Offres spéciales et liens associés



NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Poche: 378 pages
  • Editeur : Pocket (31 août 1998)
  • Collection : Pocket classiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266083317
  • ISBN-13: 978-2266083317
  • Dimensions du produit: 10,6 x 17,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (33 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 249.528 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Première phrase
MADAME VAUQUER, nee de Conflans, is an old woman who for the past forty years has run a family boarding house in the rue Neuve-Sainte-Genevieve, between the Latin Quarter and the Faubourg Saint-Marceau. Lire la première page
En découvrir plus
Concordance
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne 

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par My Inner Shelf on 9 août 2006
Format: Poche Achat vérifié
Quatrième de couverture assez étrange vu que Lucien de Rubempré ne figure pas dans cet épisode de la Comédie Humaine et que Marsay est à peine évoqué. Sinon grand moment de la littérature. La société décrite avec tant de finesse par Balzac est très actuelle malgré le langage un peu désuet. L'hypocrisie, le mensonge, l'intéressement dans ce milieu bourgeaois et aisé parisien serait facilement transposable à notre époque. Il est agréable de relire un français impeccable et soigné, même du XIXème siècle. Le personnage du Père Goriot est énervant autant qu'il est touchant dans sa paternité bafouée. Que dire d'autre sur Balzac, si ce n'est qu'il fait parti des incontournables de la littérature ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par ED on 4 octobre 2002
Format: Poche
C'est avec ce roman que Balzac a "inventé" son système de retour des personnages dans "La Comédie Humaine".Ce roman est également le premier de la trilogie "Vautrin" (le second est "Illusions Perdues" et le troisième "Splendeur et Misère des Courtisanes" : ces 2 romans sont également géniaux).Lisez ce roman qui est central dans l'oeuvre de Balzac et je pense que vous deviendrez "accros" à Balzac !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Anatole on 2 novembre 2010
Format: Poche
Toujours donner une seconde chance à un livre...
Et plus généralement dans la vie aussi non ?
Bref, un livre qui vous est imposé à l'école part largement désavantagé !
Et puis Balzac n'aide pas un ado/jeune adulte à s'accrocher tant son style littéraire lui est propre : la description !
C'est à la fois son fort et son faible.
Son fort quand on a la maturité pour le lire jusqu'au bout, son faible quand on a l'impatience de la jeunesse.
2 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par J-michel Tartayre TOP 1000 COMMENTATEURS on 6 février 2003
Format: Poche
Ce roman correspond au premier épisode de la Trilogie Vautrin, dont les deux autres sont Illusions perdues et Splendeurs et Misères des courtisanes. Ainsi, deux personnages récurrents dans la Comédie humaine croisent ici leur destin : Eugène Rastignac et Vautrin. Notons en outre, la grandeur du Père Goriot très présente tout au long du roman. Une oeuvre à grand suspense que vous ne regretterez pas d'avoir lue !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Etatcritique TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 24 septembre 2010
Format: Broché Achat vérifié
La scène est à la pension Vauquer : « Une réunion semblable devait offrir et offrait, en petit, les éléments d'une société complète ».
Le père Goriot n'y vit, par prétérition, que pour ses deux filles : « J'aime les chevaux qui les traînent, et je voudrais être le petit chien qu'elles ont sur leurs genoux. »
Pour elles, il va se ruiner de plus en plus : « Il revit alors, sous les diamants des deux sœurs, le grabat sur lequel gisait le père Goriot. »
Elles ne lui en ont aucune reconnaissance ; il n'en a, pourtant, aucun ressentiment : « Je n'ai point froid si elles ont chaud. Je n'ai de chagrin que les leurs. »
Rastignac, refusant d'abord la dérive facile que lui offre Vautrin, assistera le père Goriot jusqu'à son enterrement auquel aucune des deux filles n'assistera : « Si les gendres et les filles se refusent à te rembourser, tu feras graver sur la tombe : « Ci-git M. Goriot, père de la comtesse de Restaud et de la baronne de Nucingen, enterré aux frais de deux étudiants »...
Déniaisé de tout scrupule, Rastignac pourra alors s'attaquer à Paris...
Certes, le style est daté, mais il est fort.
L'histoire-thème est porteuse, les descriptions vives et souvent acides, et l'approche psychologique fine.
Souvent lu trop tôt, voire imposé..., un grand Balzac.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cinho512 TOP 500 COMMENTATEURS on 3 janvier 2014
Format: Broché
Ce roman est l'un des plus grands roman de "la comédie humaine", et cette appellation convient magnifiquement à ce formidable roman, où la nature humaine, le malheur, le bonheur, l'espérance, le pathétique sont incarnés à travers le prisme d'une pension parisienne où se croise des destins très diverses et appartenant chacun à cette émouvante "comédie humaine".

Ce roman débute avec la description de la sordide pension parisienne et de ses habitants. Au fil du récit on en apprend plus sur l'histoire et le caractère de ces personnages d'une belle épaisseur réaliste.

Dans cet appartement, on retrouve Eugène de Rastignac, un jeune étudiant en droit sans le sous et tout en espérance, Vautrin un homme rustre et mystérieux, un surnommé "Père Goriot", ancien vermicellier, ayant fait fortune et finissant sa vie dans cette minable pension de manière pathétique, où encore tous les autres habitants de la pension tout aussi passionnant et prenant pleinement leur place dans le récit.
Alors que Rastignac, ébloui par Paris et sa haute société, délaisse ses études pour essayer d'entrer dans celles-ci, le destin des autres habitants se dessinent et se révèlent dans sa tristesse et sa drôlerie pittoresque.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents

Rechercher


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?