ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 3,00
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Le Pavillon des cancéreux [Broché]

Alexandre SOLJENITSYNE , Georges NIVAT , Alfreda AUCOUTURIER , Lucile NIVAT , Michel AUCOUTURIER , Jean-Paul SEMON
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
Prix conseillé : EUR 12,50
Prix : EUR 11,88 LIVRAISON GRATUITE En savoir plus.
Économisez : EUR 0,62 (5%)
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 22 avril ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez des millions de livres à -5% et livrés gratuitement.

Description de l'ouvrage

22 septembre 2011 Pavillons poche
Le Pavillon des cancéreux, c'est le quotidien du bâtiment numéro treize de l'hôpital de Tachkent, celui où quelques hommes alités souffrent d'un mal que l'on dit incurable. En s'y installant, Roussanov, haut fonctionnaire du Parti, ne voit pas d'un bon œil d'être contraint de partager sa chambre avec des patients de moindre valeur comme Kostoglotov, un ancien prisonnier du Goulag. Mais, très vite, il va se rendre compte que tous les titres et passe-droit dont il usait dans la vie réelle ne lui serviront à rien. Il est mis dans la salle commune et doit se soumettre aux traitements. Comme les autres, il va vivre le combat de l'homme face à la vision de sa mort et son dénuement devant la vanité de sa vie passée. Dans cette salle d'hôpital, on vit de l'intérieur l'angoisse de chacun des sept personnages qui y sont enfermés, qu'on pourrait voir comme un échantillonnage de la société russe au moment dit du " dégel ", juste après la mort de Staline. Le lieu vit presque en autarcie, pourtant il est plein des bruits du monde et hanté par la guerre et le communisme. Au-delà des malades, on découvre peu à peu le personnel médical : Zoé, une jeune infirmière, Véra, le médecin, Lioudmila, la chirurgienne et la difficulté de leurs décisions, leur impuissance et leurs interrogations face à des traitements encore incertains.Imaginé en 1955, rédigé dix ans plus tard, Le Pavillon des cancéreux est l'œuvre la plus accessible de Soljenitsyne, et sans conteste celle où il est le plus fidèle à la grande tradition du réalisme russe du XIXe siècle.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le Pavillon des cancéreux + Une journée d'Ivan Denissovitch + La maison de Matriona
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Le pavillon des cancéreux portait... le numéro treize. Paul Nikolaïevitch Roussanov n'avait jamais été superstitieux et il n'était pas question qu'il le fût, mais il ressentit une pointe de découragement lorsqu'il lut sur sa feuille d'entrée : «Pavillon treize». On n'avait même pas été assez malin pour donner ce numéro à un quelconque pavillon des prothèses ou des maladies du tube digestif...
Quoi qu'il en fût, dans toute la République, il n'avait maintenant d'autre recours que l'hôpital...
-Je n'ai pas le cancer, n'est-ce pas, docteur ? Ce n'est pas le cancer ? demandait Paul Nikolaïevitch avec espoir et, délicatement, ses doigts effleuraient cette vilaine tumeur qui lui poussait là, sur le côté droit du cou, et qui grossissait presque de jour en jour ; pourtant, la peau qui la recouvrait était toujours aussi blanche et inoffensive...
- Mais non, mais non, bien entendu, lui répondit pour la dixième fois le docteur Dontsova pour le tranquilliser, tout en couvrant de sa large écriture les pages de son dossier de maladie. Quand elle écrivait elle mettait ses lunettes, des lunettes carrées aux coins arrondis, et dès qu'elle avait terminé, elle les enlevait. Elle n'était plus très jeune et sa figure était pâle, très lasse.
Cela s'était passé il y a quelques jours, à la consultation des cancéreux. On n'en dormait déjà pas de la nuit, quand on était envoyé à cette consultation, et voilà que le docteur Dontsova avait prescrit à Paul Nikolaïevitch une hospitalisation immédiate !
Accablé par la maladie imprévue et inattendue qui avait en deux semaines fondu comme un ouragan sur l'homme insouciant et heureux qu'il était, Paul Nikolaïevitch se sentait maintenant doublement accablé à l'idée d'avoir à se soumettre au régime commun de l'hôpital ; cela ne lui était pas arrivé depuis si longtemps... Alors on avait téléphoné à Eugène Semionovitch, à Chendiapine, à Oulmasbaïev ; ceux-ci, à leur tour, avaient téléphoné, exploré toutes les possibilités, demandé s'il n'y avait pas dans cet hôpital de chambre réservée, ou si l'on ne pouvait pas, au moins provisoirement, en organiser une dans une petite pièce. Mais en raison du manque de place on n'aboutit à rien. Le seul point sur lequel on réussit à s'entendre par l'intermédiaire du médecin-chef de la cité hospitalière fut que le malade pourrait échapper aux formalités d'accueil, au bain réglementaire et au pyjama uniforme de l'hôpital.
Et c'est ainsi que Ioura avait amené, dans leur petite Moskvitch bleu ciel, son père et sa mère jusqu'au bas des marches qui conduisaient au pavillon treize.
Bien qu'il gelât un peu, deux femmes en blouses de futaine lavées et relavées étaient debout sur le perron de pierre ; recroquevillées de froid, elles attendaient, immobiles.

Biographie de l'auteur

Alexandre Soljenitsyne est né dans le Caucase en 1918. Juste avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté par la police militaire et passera les huit années suivantes dans des camps. Condamné ensuite à " l'exil perpétuel ", il est réhabilité en 1957. Jusqu'en 1962, année de sa première publication, il enseigne les mathématiques et la physique dans des écoles secondaires de campagne. Le succès que va connaître Soljenitsyne avec ses publications puis son prix Nobel déclenchent une tempête d'injures et de calomnies dans la presse soviétique. En 1974, il est arrêté et expulsé d'URSS. Il s'installe alors dans le Vermont, aux États-Unis. Revenu de son exil américain, il s'installe près de Moscou en 1994. Il meurt le 3 août 2008, à l'âge de 89 ans.

Détails sur le produit

  • Broché: 763 pages
  • Editeur : ROBERT LAFFONT (22 septembre 2011)
  • Collection : Pavillons poche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 222112541X
  • ISBN-13: 978-2221125410
  • Dimensions du produit: 18,2 x 12,2 x 4,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 118.680 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Requette
Format:Broché
Sous le titre se cache toute une humanité en lutte pour sa liberté. Plus largement, le pavillon des cancéreux étudie une société malade...Si la science n'est pas en mesure d'en éradiquer tous les maux, il subsiste peut-être une "croyance" en l'homme. Au delà de la souffrance et de ses descriptions pathologiques et psychologiques, les points de vue se multiplient mettant en vie un roman sublime, où la poésie rend possible l'impossible.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La vie, mode d'emploi 3 août 2013
Par Siméon
Format:Broché
Un chef d’œuvre, rien de moins, j'ai été subjugué par la force de ce livre d'un bout à l'autre, le sujet est difficile mais il est traité avec tellement de justesse qu'il en devient agréable.
Avant de nous parler du cancer, Soljenitsyne nous parle du sens de la vie, dans cette chambre commune où sont entassés ses malades le plus souvent incurables, sans distinction sociale, l’un d'entre eux découvre la lecture avec un livre de Tolstoï duquel il va tirer cette question qu'il posera à tous les autres :"Qu'est ce qui fait vivre les hommes?", voilà, tout est là, une fois la mort à leurs trousses, les hommes prennent conscience de la valeur leur vie, ils ne veulent plus la perdre avec insouciance mais la prolonger par tous les moyens.
Le personnage principal, Oleg a fait des années de service militaire puis du goulag et ensuite il se retrouve relégué dans de territoires perdus et pour couronner le tout, il est atteint d'un cancer, on pourrait difficilement faire pire, pourtant il rêve encore, il se souvient de menus plaisirs de la vie et s’y accroche. Cependant il se demande tout de même quel est le prix de la vie et jusqu'où doit-il aller dans les traitements, ce qu'il est prêt à supporter pour continuer à vivre, et ce qu'il n'accepte pas.
Il est question des rapports sociaux et bien évidement d'une critique du communisme, soulignant ainsi les inégalités flagrantes dans un système qui se targue d'égalité, les personnages étant égaux devant la maladie, beaucoup plus que dans le civil.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A (re)decouvrir 27 septembre 2012
Par Lemou
Format:Broché
Redecouverte du roman, avec ma fille, suite a l'incarceration des Poussy Riots. Les choses ne changent pas autant qu'on le dit...,
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Triste 24 juin 2013
Par MAT
Format:Broché|Achat authentifié par Amazon
Si vous aimez les histoire qui traite de cancérologie et que vous êtes un hypocondriaque né, ce livre est pour vous.
Sur le plan intellectuel; l'autre propose une critique de la société soviétique.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xad217cc0)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?