Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le Pavillon des cancéreux Poche – 1 janvier 2001


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,99
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 3,24
Poche, 1 janvier 2001

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Quatrième de couverture

En 1955, au début de la déstalinisation, Alexandre Soljemtsyne est exilé dans un village du Kazakhstan, après huit ans de "goulag". Il apprend alors qu'il est atteint d'un mal inexorable dont le nom seul est un objet de terreur. Miraculeusement épargné, il entreprendra quelques années plus tard le récit de cette expérience.

Au "Pavillon des cancéreux", quelques hommes, alités, souffrent d'un mal que l'on dit incurable. Bien que voisins de lit, Roussanov et Kostoglotov ne se parlent pas. Pour l'un, haut fonctionnaire, la réussite sociale vaut bien quelques concessions. Pour l'autre, Kostoglotov, seule compte la dignité humaine. Pour ces êtres en sursis, mais également pour Zoé la naïve, Assia la sensuelle, Vadim le passionné, c'est le sens même de leur vie qui devient le véritable enjeu de leur lutte contre la mort. Une œuvre de vérité.



Détails sur le produit

  • Poche: 725 pages
  • Editeur : Pocket (1 janvier 2001)
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266119834
  • ISBN-13: 978-2266119832
  • Dimensions du produit: 17,7 x 10,9 x 3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.761.922 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par "nova_scotia" sur 12 avril 2002
Format: Poche
Ce livre est une merveille. Il est clair que le sujet n'est pas des plus joyeux, mais Soljenitsyne dépeint une atmosphère à la fois irréelle et "palpable". La profondeur des personnages est saisissante. Bref, un autre joyau de la littérature russe.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par cavaroc sur 30 décembre 2005
Format: Poche
Un gros ouvrage, mais qu'on lit sans jamais regarder le numéro en bas de la page.
Soljenitzine fait vivre dans un pavillon de cancérologie un foule de personnages, tous atteints d'un cancer plus ou moins grave, à une époque ou les techniques médicales ne peuvent pas grand chose.
Tous vivent dans cet espace clos, contraints de se supporter mutuellement, et avec l'hypothèse fondamentale de leur propre mort, dans un mois, un an... Du coup les conversations dans le pavillon prennent souvent un aspect philosophique un peu irréel, mais c'est aussi ce qui fait l'intérêt du livre.
On suit également la vie du personnel soignant, et ses relations avec les malades. C'est l'occasion d'aborder les questions qui touchent à l'éthique médicale, aux motivations des soignants...
Contrairement aux romans de Malraux, on trouve ici des imbéciles, des gens simples. Et ça donne un air tellement plus "vrai" au roman.
L'aspect politique du roman est évidement non négligeable (L'action se passe dans les années qui suivent la mort de Staline), mais ce qu'on retient de ce beau roman quand on tourne la dernière page, ce sont des peintures magnifiques d'hommes et de femmes.
Si vous avez aimé Dostoievsky, vous aimerez Le pavillon des cancéreux
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?