EUR 18,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le Quai de Wigan a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 5,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Le Quai de Wigan Broché – 13 mai 1982


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,00
EUR 18,00 EUR 33,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 21,29

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le Quai de Wigan + Dans la dèche à Paris et à Londres + Hommage à la Catalogne : 1936-1937
Prix pour les trois: EUR 33,60

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Dans l'émission " Réponses à vos questions ", diffusée par la B.B.C. le 2 décembre 1943, George Orwell répondait ainsi à la question " Quelle est la longueur du quai de Wigan, et qu'en est-il au juste de ce quai ? " : " Eh bien, je dois avouer, au risque de vous décevoir, que le quai de Wigan n'existe pas. En 1936, je me suis déplacé tout exprès pour le voir - et je ne l'ai pas trouvé. Toutefois, il a bien existé un jour, et, si l'on juge par les photographies, il devait faire quelque chose comme sept mètres de long. Wigan se trouve au cœur du pays minier et, si l'on peut lui trouver certains attraits, ce n'est pas dans le pittoresque du lieu qu'il faut les chercher. Le décor est principalement constitué de terrils évoquant les montagnes lunaires, de montagnes de boue, de cendres et de suie ; pour une raison que j'ignore - il existe cinquante autres endroits qui ne valent pas mieux - Wigan a toujours symbolisé la laideur inhérente aux districts de grande industrie. Il y a eu, à une époque, sur l'un des petits canaux bourbeux qui enserrent la ville, un appontement de bois perpétuellement branlant. Un loustic trouva amusant de le baptiser " quai de Wigan ". Le mot a fait son chemin, les chansonniers s'en sont emparés et c'est ainsi que se perpétue la légende du " quai de Wigan ", démoli depuis longtemps.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,00
Vendez Le Quai de Wigan contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 260 pages
  • Editeur : Ivrea (13 mai 1982)
  • Collection : Champ libre
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2851841335
  • ISBN-13: 978-2851841339
  • Dimensions du produit: 21,5 x 12,5 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 99.892 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

George Orwell (de son vrai nom Eric Blair) est né aux Indes en 1903 et a fait ses études à Eton. Sa carrière est très variée et beaucoup de ses écrits sont un rappel de ses expériences. De 1922 à 1928 il sert dans la police indienne impériale. Pendant les deux années suivantes il vit à Paris puis part pour l'Angleterre comme professeur. En 1937 il va en Espagne combattre dans les rangs républicains et y est blessé. Pendant la guerre mondiale il travaille pour la B.B.C., puis est attaché, comme correspondant spécial en France et en Allemagne, à l'Observer. Il meurt à Londres en janvier 1950.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
5 étoiles
4
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean-paul Lacharme TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 2 mars 2009
Format: Broché Achat vérifié
"Le Quai de Wigan" (The Road to Wigan Pier, en anglais), ouvrage de George Orwell, est d'abord une sorte d'essai anthropologique sur les mineurs de Wigan, site industriel minier du nord de l'Angleterre dans les années 1930. Pour l'occasion, Orwell s'est totalement immergé dans le milieu ouvrier, se logeant chez l'habitant, accompagnant les travailleurs jusqu'au front de taille. L'expérience a fortement marqué l'auteur qui a découvert à cette occasion le travail effroyablement épuisant des mineurs, leurs conditions de vie difficiles parfois proches de la misère, mais aussi la dignité humaine de ce milieu par rapport à leurs homologues petits bourgeois paupérisés dont les revenus étaient parfois inférieurs aux leurs.
La seconde partie de l'ouvrage est plus directement politique : Orwell essaye de comprendre pourquoi l'idée de socialisme apparait souvent comme un repoussoir aux prolétaires. L'idée finement développée ici est que quiconque est incapable de pratiquer quotidiennement le travail des prolétaires [classe formelle], ne peut exprimer à leur place leurs positions et leurs aspirations de classe (car, par exemple, n'est pas mineur qui veut). Or, tous ceux qui professent les idées socialistes (ou communistes) sont soit des petits-bourgeois, soit d'ex-prolétaires qui ont définitivement quitté la vie productive via la bureaucratie syndicale [classe définitionnelle].
L'un des derniers chapitres (XII), magistral et visionnaire (avant Ellul) est consacré au développement irrésistible du machinisme dont le rôle pourrait être fatal au genre humain.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Darko TOP 100 COMMENTATEURS le 8 juillet 2012
Format: Broché Achat vérifié
Dans l'essai qu'il a consacré à George Orwell, " Orwell - anarchiste Tory" Orwell, anarchiste Tory: suivi de A propos de 1984, Jean Claude Michéa fait référence à de nombreuses reprises à un ouvrage méconnu de l'écrivain britannique : "The road to Wigan Pier", traduit en français sous le titre "le quai de Wigan". Intrigué, je m'étais promis de lire un jour ce livre et bien voilà...c'est chose faite !

Début 1936, George Orwell part enquêter sur les conditions de vie des classes laborieuses du nord industriel de l'Angleterre, symbolisé par des villes comme Sheffield, Manchester, Leeds ou Wigan...A mesure qu'il s'enfonce toujours plus au nord, il y découvre des paysages ravagés, dépourvus de végétation, parsemés de terrils fumants et d'usines puantes, autour desquelles s'agglutinent des rangées de maisons ouvrières, délabrées et insalubres...L'écrivain, qui s'est installé dans une pension de famille miteuse où l'on dort à quatre par chambre, découvre les conditions de vie effroyables de la classe ouvrière, mineurs, métallos, mais surtout chômeurs qui ne subsistent plus que grâce à de maigres allocations publiques. Car la crise est passée par là, importée des USA (déjà !) et en cette année 1936, deux millions de personnes, dont 250.000 mineurs, sont inscrites au chômage !

Orwell décrit méthodiquement tout ce qu'il voit.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Daniel Roux TOP 500 COMMENTATEURS le 27 janvier 2014
Format: Broché Achat vérifié
Livre en deux parties.
La première est un reportage au cœur de la misère de la classe ouvrière anglaise du 19ème siècle .

La seconde partie, la plus intéressante, est un essai sur le socialisme, ou plutôt la vision qu'à Orwell du socialisme, qui, bien loin d'être un socialisme machiniste et progressiste, est un socialisme que Michea appèlera Anarchist tory.
La vison de la technique qu'à Orwell est formidable. Elle précède de plus de 30ans les analyses qu'auront plus tard Ellul et Ilitch.

Ce livre est une clef pour comprendre le socialisme orwellien.

On sent vraiment dans ce livre l'inspiration qu'il a apporté à JC Michea, et plus particulièrement dans son dernier opus les Mystères de la Gauche.

Encore un très grand Orwell.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un amateur éclectique TOP 500 COMMENTATEURS le 15 décembre 2014
Format: Broché
George Orwell à nouveau, George Orwell toujours : en 1937, juste avant de partir en Catalogne pour se battre contre le fascisme (et pour la justice et la liberté), le futur auteur de 1984 publie un livre à mi-chemin entre le journalisme d’investigation et l’essai politique, le revigorant et très socialiste Quai de Wigan.

De ce fameux quai de Wigan, il n’est question que le temps de dire qu’il n’existe plus, constat dressé par l’auteur durant son séjour dans les bassins houillers du Lancashire et du Yorkshire : il a entendu parler du chômage et des ravages parmi la classe ouvrière, et, refusant de s’en tenir au simple constat journalistique, il décide d’aller voir par lui-même ce qu’il en est. A ceci près que Orwell ne fait pas que visiter ces villes minières, ravagées par le chômage, et les taudis où survivent des familles d’ouvriers, ou de chômeurs : il partage des logements infâmes avec des travailleurs, partage aussi leur pitance immonde servie par des propriétaires peu regardants, descend dans la mine et décrit, entre autres et de façon saisissante, la douleur physique que représente pour lui le seul trajet du puits à la veine de charbon.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?