Livraison gratuite en 1 jour ouvré avec Amazon Premium
EUR 31,62 + EUR 2,79 Livraison
En stock. Vendu par videosphere
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Le Révélateur


Prix : EUR 31,62
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par videosphere.
2 neufs à partir de EUR 31,00
boutique Noël
Idées cadeaux DVD, Blu-ray & Séries TV
Retrouvez toutes nos idées cadeaux au sein de notre boutique de Noël DVD, Blu-ray & Séries TV.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le Révélateur + Le lit de la vierge + 2 films de Philippe Garrel : LA CICATRICE INTERIEURE & LIBERTE LA NUIT
Prix pour les trois: EUR 93,24

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit


Descriptions du produit

LE RÉVÉLATEUR

1968, 35mm, noir et blanc, silencieux, 62'
Réalisation : Philippe Garrel
Financement : Anne Héliat et Sylvina Boissonnas
Directeur de la photographie : Michel Fournier
Cameraman : Philippe Rousselot
Acteurs : Bernadette Lafont, Laurent Terzieff et Stanislas Robiolles


DVD toutes zones
Contient un livret de 32 pages de textes sur le film et le groupe Zanzibar par Sally Shafto et E. de Lastens

Le Révélateur, premier film muet annonciateur d'une longue série s'avère en tout point un chef d'oeuvre atypique. Le contexte politique de l'époque (Mai 1968) influe considérablement sur sa réalisation.

Philippe Garrel a fait précocement irruption dans le cinéma comme une sorte d'enfant éperdu de la Nouvelle Vague et de la poésie moderne. Son premier court-métrage, Les Enfants désaccordés (1964) met la fuite initiatique de deux adolescents rimbaldiens en quête d'utopie, inexplicable aux yeux de la société gaullienne, en parallèle avec les discours d'une poignée d'adultes filmés comme de fausses interviews télévisuelles. Immédiatement, Garrel, enfant désaccordé comme ses deux héros, part à la recherche d'un nouveau langage, d'une nouvelle langue qui passe autant par des enchaînements de postures inédits, des mots réinventés, que par des figures de styles jaillissantes - saute de montage, raccords irrationnels, narration trouée, silences et cris, coqs-à-l'âne spontanés... Au regard de cette liberté conquise, le point de vue de la société, encadré par le petit écran de télé, apparaît pour ce qu'il est, c'est-à-dire une série de clichés, à l'exception du discours de Maurice Garrel, père du cinéaste et d'ores et déjà figure tutélaire de son cinéma, pris dans l'ambiguïté, pré-mai 68, d'un discours tout à la fois compréhensif et impuissant.

Garrel, parti sur les traces de Daniel Cohn-Bendit exilé en Allemagne, est bien résolu à se confronter aux autorités allemandes et filme, sans autorisation aucune, dans la Forêt Noire. Cette tension, palpable dans les moindres parcelles de la pellicule, délivre un courant dangereux et soumet Le Révélateur à des pressions extraordinaires. Pressé par le temps et les policiers postés sur place, Garrel, en à peine une semaine, livre un film incandescent, aux fulgurants mouvements de caméras qui, dans leur fluidité, leur errance, développent une imagerie poétique, un onirisme puisé dans le théâtre et la peinture. L'histoire est mince, le canevas, libre aux plus extravagantes interprétations psychanalytiques, le récit circulaire, laissant l'esthétisme seul maître à bord.

Le révélateur en question : Stanislas Robiolles, mutin seulement âgé de 4 ans, sème la discorde dans le couple de ses parents, intente à leurs jours. En fuite, la trinité avance au gré de paysages sombres et désolés, s'enfonce dans un psychodrame emprunt d'une rare et étonnante légèreté, loin évidemment, des longues logorrhées soixante-huitardes, verbiages sans intérêt pour le jeune et alors silencieux Garrel. Les acteurs fournissent une prestation de haut vol, inspirant stupeur et tremblement. Pantins désincarnés, ils offrent une fable Nietzschéenne à la mesure des obsessions garrelliennes. À égalité avec le décor qui les entoure et la lumière qui les immerge dans un océan noir et blanc, leurs corps, soumis à rudes épreuves, soulignent l'oppressant climat du tournage, sans jamais tomber dans la pose, et trouvent une expansion toute naturelle dans des cadres et un espace-temps indéterminés.

Éloge du langage basique, Le Révélateur et les routes sinueuses qu'il emprunte confinent le spectateur dans un univers intemporel, symbolique et en proie à l'autodestruction. Oscillant entre vie et mort, Le Révélateur, film clinique à la plastique sans âge et aux pouls négatifs livre un combat contre le froid, la misère, l'injustice que subit l'artiste. Mais ce n'est que dans ce désespoir, cette insalubrité chronique que Garrel puise sa matière filmique, et en ce sens, la précarité du matériel utilisée répond parfaitement à la permanente improvisation des acteurs funambules et aux impératifs consentis par Garrel lui-même. La lumière, par exemple, force de frappe animée par le mésestimé et génial Michel Fournier, à qui l'on doit entre autres les fameux éclairages à la lampe de poche de Marie pour Mémoire jusqu'à Athanor, nimbe les corps, reliquat d'un culte passé et dissout littéralement la pellicule. Qu'elle surgisse d'une porte ou d'un tunnel, la lumière procède de la pure apparition divine, Garrel s'employant à utiliser toutes les soi-disant failles de la technique à la faveur d'un noir et blanc très contrasté et de mouvements de caméras sur-signifiants (la récurrence de travellings latéraux qui passent pour des travellings circulaires comme dans Marie pour Mémoire...). Les plans suintent une poésie désespérée entre sous et sur exposition marquant l'alternance champ-hors champs, jour-nuit, éveil-sommeil, sous la menace d'une constante disparition.
Cependant, ils participent au savant jeu de dupes instauré entre Stanislas et ses parents. Les scènes, continuités d'un sketch, projections d'un conflit ancré au fin fond de la chair, composent un aller-retour entre futur hypothétique dont on connaît déjà l'issue ("Je sais. C'est pas fini. Mais à quoi bon attendre la fin de la comédie quand on connaît déjà le gag final ? " dira-t-il.), et un passé, motif à controverse. L'enfant déclencheur de la crise pris comme médium de communication désaccorde l'harmonie parentale : le couple ne peut s'unir qu'à mesure qu'il perd son révélateur. L'enfant tue, se libère. Dans cette négation de leur personnalité au profit d'une cohésion parentale - sclérose des temps modernes - travellings et panoramiques renvoient l'autorité parentale au placard, et laisse l'enfant tyran seul maître de la traversée, et sans doute ultime sujet du cinéaste.

A l'époque, la parole comme le cinéma sont pour Garrel intransitifs, c'est-à-dire détachés de l'obligation de coïncider avec un objet, un but, un référent, un sens, car il s'agit avant tout de trafiquer et de faire transiter tout à la fois clandestinement et en pleine lumière, de l'incodable, c'est-à-dire une substance irréductible au codage du sens. Les sujets, corps et langues, sont traversés par cette parole intransitive qui les transforme en médium d'une expérience très singulière. Ce qu'on a appelé le cinéma de poésie, ou le cinéma comme expérience hérétique, pour reprendre les termes mêmes de Pasolini, et dont Garrel est un des aventuriers les plus audacieux. Mais, dans le même temps qu'il déploie cette parole-cinéma métamorphique, Garrel en montre la part suffoquée, l'incapacité qu'elle porte en elle à trouver sa destination, fût-elle si mystérieuse, et surtout, le risque de sa perte, de sa dissolution, de sa destruction, à travers la folie, le non-sens, l'aphasie.


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?