• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le Rivage des Syrtes a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Librairie DUCHENE
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Paris, José Corti Editions, 1989, in 8, broché, 321 pages Bon état.
(Réf: 45187)

 
Photos supplémentaires sur demande.
 
Envoi rapide et soigné par un professionnel du livre depuis 30 ans.

Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le Rivage des Syrtes Broché – 1 août 1989

4.4 étoiles sur 5 34 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,00
EUR 19,93 EUR 15,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 32,90
Cartonné
"Veuillez réessayer"

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le Rivage des Syrtes
  • +
  • Le désert des tartares
  • +
  • Sur les falaises de marbre
Prix total: EUR 35,20
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

À la suite d'un chagrin d'amour, Aldo se fait affecter par le gouvernement de la principauté d'Orsenna dans une forteresse sur le front des Syrtes. Il est là pour observer l'ennemi de toujours, replié sur le rivage d'en face, le Farghestan. Aldo rêve de franchir la frontière, y parvient, aidé par une patricienne, Vanessa Aldobrandi dont la famille est liée au pays ennemi. Cette aide inattendue provoquera les hostilités...

Dans ce paysage de torpeur, fin d'un monde où des ennemis imaginaires se massacrent, le temps et le lieu de l'histoire restent délibérément incertains dans un récit à la première personne qui semble se situer après la chute d'Orsenna. Julien Gracq entraîne son lecteur dans un univers intemporel qui réinvente l'Histoire et donne lieu à une écriture qui s'impose avec majesté, s'enflamme au contact de l'imagination. Pour Le Rivage des Syrtes Julien Gracq obtint en 1951 le prix Goncourt, qu'il refusa. --Nathalie Jungerman

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Gwen 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 6 juin 2011
Format: Broché
S'il est un homme de Lettres qui m'inspire le plus vif respect, c'est bien Julien Gracq! Non seulement celui-ci porta l'Art d'écrire à des hauteurs que bien peu atteignent, mais de surcroît il refusa toute sa vie les mille petites bassesses et autres compromissions qui sont hélas le lot d'un certain microcosme littéraire parisien. Il n'était pas, lui, de ces plumitifs qui courent les dîners en ville, courtisent les critiques en vue et rêvent mesquinement de décrocher tel ou tel prix plus ou moins prestigieux. Figurer sur les listes des meilleures ventes était le dernier de ses soucis et plaire au plus grand nombre le cadet de ses désirs. Non, Gracq était d'une autre trempe, il appartenait à un petit cercle très fermé, celui des Seigneurs de la Littérature qui trouvent dans la perfection de leur oeuvre et dans l'approbation de la Postérité leurs suprêmes récompenses.

On donnait volontiers de lui l'image d'un ermite austère, au verbe rare et à la silhouette rigide, peu préoccupé des problèmes de son temps auxquels il préférait la poésie de Novalis ou la musique de Wagner. Certes, Gracq était un homme discret, secret, peu enclin aux épanchements médiatiques, aux antipodes d'un Sartre, qu'il appréciait d'ailleurs modérément. Mais n'était-il pour autant qu'un pur esthète dédaigneusement retiré dans sa Tour d'ivoire, incurieux de son époque, uniquement soucieux de ciseler pour quelques "happy few" des romans exigeants à la prose diamantine? Je ne crois pas.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 36 sur 38 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
C’est un roman très particulier parce qu’il ne correspond à aucun genre. Malgré son aspect de récit à la première personne, il ne nous permet pas d’entrer dans l’intimité d’une conscience. Le personnage n’est qu’une caisse de résonance. Ce n’est pas non plus un roman historique, tout y est vague, sans chronologie. Le temps est immobile et on s’y englue. Les descriptions avec leurs périodes à effet (souvent une chute en forme de point d’orgue) sont répétitives. On a l’impression d’avoir toujours le même paysage avec d’infimes variations comme chez Monet sauf que nous sommes plutôt dans une vision romantique à la Friedrich et pas du tout dans le surréalisme (pas d’humour noir ni de réelle étrangeté, quant à « l’onirisme »c’est celui d’ un agrégé de géographie) ni dans le baroque (pas de métamorphose ni d’instabilité). En réalité, c’est un roman inhumain et qui nie l’humain. L’émotion y est une sorte de pétrification assez grandiloquente de sentiments très primaires. Rien à voir avec Dostoievski par exemple. Les personnages sonnent faux et sont de purs prétextes à des dialogues qui rappellent le style ampoulé du Symbolisme. De la première à la dernière page, on est dans la pose et la luxuriance et si on y ajoute l’inhumanité, on est aussi dans une forme de « nouveau roman » qui nie le personnage nie l’action nie les attentes du lecteur mais le résultat, c’est un authentique chef d’œuvre d’une beauté froide et fatigante, du sublime (visuel, pas moral) à l’état pur qui vous fait dire : « Mince alors, comme c’est beau ! » et vous donne envie de lire Tchekhov ou Proust, je veux dire, des écrivains qui acceptent leur condition d’hommes.
1 commentaire 5 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Le style de Gracq est ciselé, précis, Gracq est un géographe, il excelle dans la description d'un paysage et très vite nous errons dans les vieilles ruelles d'Orsenna, nous croyons voir le cratère du Tangri émerger de la brume. L'intrigue est formidable, grandiose, ambitieuse, il ne s'agit de rien de moins que du déclin d'une civilisation et des conditions de sa renaissance. Car nous savons depuis la première page qui tient entre ses mains le destin de tout un monde et ce n'est pas le moindre charme de ce roman que de conférer au lecteur la position d'un Dieu spectateur et omniscient. Incontournable et précieux !
1 commentaire 14 sur 15 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Pas de jugement sur un monument de la littérature, mais un regret d'ordre technique: quelle typographie désagréable. Certes l'atmosphère est lourde et les miasmes s'élèvent de la lagune, mais ce n'est pas une raison pour que la police de caractère utilisée soit si pesante et si massive: à quand une édition qui aérera le texte pour mieux permettre au lecteur de se perdre dans les brumes de Maremma ?
Remarque sur ce commentaire 5 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Les lecteurs restent juges. Mon jugement est fait. Je l'ai lu trois fois dans ma vie, de la première à la dernière page. La première fois, c'était un choc absolu et initiatique. J'avais une vingtaine d'années. La seconde fois, pensant que la magie n'opérerait plus, c'était l'occasion de vérifier que je m'étais trompé : elle opérait plus que jamais. J'avais 35 ans. Je l'ai relu il y a quelques semaines. Non seulement la magie est toujours là (peut-être plus vivace encore que la première et le deuxième fois !), mais ce texte que je pensais tellement "hors du temps" a gagné, à ma grande surprise, une connotation d'actualité sur la décomposition des mondes et la montée des périls... Aujourd'hui, j'ai 51 ans et c'est pour moi une évidence : "Le rivage des Syrtes" est pour moi le plus beau livre de tous les temps.
Remarque sur ce commentaire 19 sur 21 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?