undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo
Le Roi des Aulnes et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le Roi des Aulnes a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le Roi des Aulnes Poche – 4 avril 1975


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 9,00
EUR 8,67 EUR 0,26
Cartonné
"Veuillez réessayer"
EUR 6,67

Livres et manuels scolaires Livres et manuels scolaires

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le Roi des Aulnes + Vendredi ou les limbes du Pacifique
Prix pour les deux : EUR 16,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Avec un dossier réalisé par Jean-Bernard Vray --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Quatrième de couverture

«3 janvier 1938. Tu es un ogre, me disait parfois Rachel. Un Ogre ? C'est-à-dire un monstre féerique, émergeant de la nuit des temps ? Je crois, oui, à ma nature féerique, je veux dire à cette connivence secrète qui mêle en profondeur mon aventure personnelle au cours des choses, et lui permet de l'incliner dans son sens. [...]Je relis ces lignes. Je m'appelle Abel Tiffauges, je tiens un garage place de la Porte-des-Ternes, et je ne suis pas fou. Et pourtant ce que je viens d'écrire doit être envisagé avec un sérieux total. Alors ? Alors l'avenir aura pour fonction essentielle de démontrer - ou plus exactement d'illustrer - le sérieux des lignes qui précèdent.»


Offre du jour : -46% sur la Calculatrice Graphique multipoints tactile HP Prime équipée du mode examen.
A partir de la Seconde dès la rentrée 2015. Autorisée au Baccalauréat session 2018 et dans l’enseignement supérieur : classes préparatoires et écoles d’ingénieurs, BTS et DUT, universités et pour tous les examens et concours de l’enseignement français. Pour les professionnels en Ingénierie ou Recherche. Pour en savoir plus, cliquez ici (* Voir conditions sur la page de l'opération)

Détails sur le produit

  • Poche: 528 pages
  • Editeur : Gallimard (4 avril 1975)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070366561
  • ISBN-13: 978-2070366569
  • Dimensions du produit: 17,7 x 10,9 x 2,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.814 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Michel Tournier est né en 1924, d'un père gascon et d'une mère bourguignonne, universitaires et germanistes. Les parents envoient chaque année leurs quatre enfants en vacances à Fribourg-en-Brisgau dans un foyer d'étudiants catholiques où ils peuvent pratiquer la langue. Michel Tournier est alors, selon ses dires, "un enfant hypernerveux, sujet à convulsions, un écorché imaginaire". En 1931, il est envoyé dans un home d'enfants, en Suisse, pour des raisons de santé. Il se passionne pour la musique. De ses séjours en Allemagne, il dit : "J'ai connu le nazisme à neuf ans, à dix ans, à onze ans, à douze ans. Ensuite ç'a été la guerre". Il se souvient des parades militaires du nazisme, des discours du Führer, dénoncés par son père. "Mauvais écolier", il est exclu de plusieurs établissements puis, dès 1935, fait ses études au collège Saint-Erembert de Saint-Germain-en-Laye avant d'être inscrit comme pensionnaire chez les pères d'Alençon. En 1941, la famille quitte la grande maison familiale de Saint-Germain-en-Laye, occupée par l'armée allemande, pour un appartement à Neuilly. Michel Tournier découvre alors la philosophie au lycée Pasteur de Neuilly, où il a pour maître Maurice de Gandillac et pour condisciple Roger Nimier. Les livres de Gaston Bachelard, découverts pendant les vacances, le décident à opter pour une licence de philosophie après le baccalauréat. Étudiant à la faculté des lettres de Paris, il soutient un diplôme de philosophie à la Sorbonne. En 1946, il obtient de se rendre en Allemagne, à Tübingen, où il rencontre Gilles Deleuze, pour apprendre la philosophie allemande. Il y reste quatre ans et, à son retour, se présente au concours de l'agrégation de philosophie, où il échoue. "Ma vie a été détruite, j'étais en morceaux" confie-t-il. Pour gagner sa vie, il fait des traductions chez Plon puis entre à la radio. En 1955, à la création d'Europe n° 1, il fait partie de l'équipe. Il rédige les messages publicitaires "de couches-culottes, de démaquillants et de la lessive". En 1959, il entre chez Plon. Il propose aussi à la télévision une émission mensuelle, Chambre noire, consacrée aux grands photographes. Il publie son premier roman en 1967, Vendredi ou les limbes du Pacifique, couronné par le grand prix de l'Académie française, d'après lequel il écrit par la suite Vendredi ou la vie sauvage, pour les jeunes lecteurs. Le Roi des Aulnes obtient le prix Goncourt en 1970. C'est le début d'une carrière entièrement dédiée à la littérature. Dès lors, Michel Tournier, dans son vieux presbytère de la vallée de Chevreuse, se consacre au "métier d'écrivain". Il voyage au Canada, en Afrique noire, au Sahara. Depuis 1972, il siège à l'Académie Goncourt, partage son temps entre écriture, articles, essais mais aussi rencontres avec son public, la jeunesse.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Claude Lorrain TOP 1000 COMMENTATEURS le 28 août 2011
Format: Poche Achat vérifié
Couronné à l'unanimité par le prix Goncourt en 1970, le roman Le Roi des Aulnes de Michel Tournier, dont le titre fait référence au célèbre poème Erlkönig de Gœthe, nous raconte l'odyssée d'Abel Tiffauges (Tiffauges est le nom d'une ancienne terre de Barbe-Bleue).

Abel, dit par certains Mabel (ma belle ?), est un garagiste de 120 kilos dont le sexe est minuscule. Il rôde autour des établissements scolaires. Au cours des deux années qui ont précédé la débâcle, il a tenu un journal où il ne néglige pas l'imparfait du subjonctif. Ses souvenirs de collège alternent sous la plume de l'auteur avec ses considérations sur l'art, la photographie, l'opéra, le transit intestinal, les turpitudes de l'Église, la « vérole patriotique », « l'aberration conjugale », la peine de mort ou le code pénal, et la justification plus ou moins claire d'une pédophilie qui ne sera franchement dévoilée que vingt ans plus tard, dans Aventures africaines. Tournier l'écrira dans Le Vent Paraclet, l'âme de Tiffauges, ce héros fasciné par les cuisses des petits garçons (avant « la catastrophe pubertaire »), elle est à l'image de celle de son romancier.

Après ce démarrage de quelque 140 pages, dont certaines il est vrai superbes, on découvre un grand roman qui nous entraîne en Prusse orientale, pendant la seconde guerre mondiale.

Tiffauges, qui a été fait prisonnier en Alsace, dit sa joie d'entrer en Allemagne, véritable terre promise.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zorglub le 2 octobre 2000
Format: Poche
C'est l'histoire d'un fou qui lentement, mais sûrement, se promeut dans un système totalitaire: le Troisième Reich. Pour nous raconter cette ascencion, Michel Tournier jongle entre le journal d'Abel Tiffauges et la narration... et le narrateur finit par être contaminé par la folie de son personnage, à tel point que cette dernière devient normalité. Bien que, par la difficulité de son sujet et de certains des mots employés, il ne soit peut-être pas à la portée de tout le monde, ce livre est magnifique, tant dans l'histoire que dans le style mis en oeuvre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Boawaks le 6 juillet 2005
Format: Poche
C'est mon préféré de Tournier, j'avoue l'avoir lu plusieurs fois, et il m'arrive souvent, pour un plaisir intense et rare, de reprendre ce livre pour déguster les scènes de légende et leurs mots rares : la nuit de goinfrerie avec Nestor ("un seau de confiture et un bloc de gruyère"), la découverte du vestiare des petites filles ("La vision que j'eus m'obligea à m'appuyer au chambranle de la porte"), la rencontre de l'élan aveugle, le Oberreichjäger Goering ("les laissées")... C'est merveilleux. Le film avec Malkovitch était bon (pour un sujet pour le moins difficile), mais c'est la référence phorique (Christophe-l'ogre-le cheval noir-Nestor) qui emporte tout et laisse rêveur sur le rôle devoué à la virilité dans notre monde en perdition.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par DéLecteur le 19 juin 2008
Format: Poche
D'une richesse symbolique extraordinaire, « Le roi des Aulnes » nous transporte dans un monde rempli de signes que Tiffauges, le personnage central, a la chance de savoir lire. Ce don permet à celui qui se fera appeler Tiefauge (oeil profond) en Allemagne de jouir d'une relation privilégiée avec « le ressort de l'univers ».
Cette conscience d'être mu par un destin extraordinaire donne la possibilité à Tiffauges de participer doublement à l'histoire. Il participe d'abord à l'histoire qui lui est contemporaine, soit la défaite de la France. Loin d'être une débâcle pour lui, cette déroute lui permet de découvrir l'Allemagne, « le pays des essences pures où tout ce qui passe est symbole».
Ce séjour le libérera à plus d'un titre. D'abord prisonnier, il accède progressivement à des fonctions importantes. Mais surtout, sa présence en Prusse orientale, où tout est « constellation d'allégories », lui permet de s'élever à «une puissance supérieure, encore jamais atteinte » : l'histoire éternelle.
Et les liens avec la double histoire sont abondants.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Xavier Carcopino le 26 mai 2007
Format: Poche Achat vérifié
Tiffauges.. Le nom du personnage principal est aussi celui du chateau vendéen de Gilles de Rais: le Seigneur de Tiffauges. Le ton est donné. Attention, ce livre est exceptionnel, mais aussi pervers, déroutant, dévoilant les atrocités humaines par le biais de ce personnage repoussant traversant la France, puis l'allemagne nazie. La construction du livre est superbe, l'écriture magique. La thématique et les atrocités de la seconde guerre mondiale prennent forme dans les déviances libérées du personnage. Les horreurs de cette époque sont bel et bien indissociables du genre humain. Epoustouflant !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?