Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible
 

Le Scorpion - tome 7 - Au nom du père [Format Kindle]

Stephen Desberg , Enrico Marini
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 6,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Le prix Kindle a été fixé par l'éditeur

App de lecture Kindle gratuite Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 6,99  
Album EUR 11,99  
Album --  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !






Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Rentrés secrètement à Rome sans la vraie croix de Saint Pierre, preuve essentielle de l'illégitimité de l'élection du cardinal Trebaldi à la papauté, le Scorpion, son ami le hussard et la gitane Méjaï découvrent une ville où, plus que jamais pressé d'effacer toutes traces de son passé, le nouveau pontife fait régner la terreur avec la complicité du Grand Inquisiteur, de la police implacable des moines guerriers et de dénonciateurs espérant sauver leur vie. Partout, des bûchers se dressent sur lesquels périssent les opposants avérés ou présumés.

Un seul dignitaire de l'Église ose résister à la tyrannie de Trebaldi : le cardinal de Curtis. Mais pour combien de temps encore ? L'obsession du Scorpion est toujours de dénoncer l'imposture qui a permis l'accession de Trebaldi au trône pontifical. Selon le cardinal rebelle de Curtis, il trouvera les preuves accusatrices dont il a besoin dans les obscures raisons de la condamnation de sa mère pour sorcellerie. Cette révélation incite plus que jamais le Scorpion à percer le mystère de ses origines. Par qui et pourquoi l'exécution de sa mère a-t-elle été commandée ?

L'exécuteur serait-il son père ? Tandis que le cardinal de Curtis cherche les réponses dans les archives du Vatican, le Scorpion et ses amis s'efforcent de faire parler les rares témoins des événements qui ont mené au procès et à la condamnation de sa mère. L'implication de Trebaldi dans cette sombre affaire se révèle cruellement déterminante...

Premier tome du second cycle.

Biographie de l'auteur

Né à Bruxelles en 1954, Stephen Desberg a débuté dans la bande dessinée en écrivant, dès 1976, de courtes histoires complètes pour le magazine ‘Tintin' (Le Lombard). Ce n'est qu'en 1978 que ce disciple de Maurice Tillieux, le créateur de "Gil Jourdan" (‘Spirou'), entame une carrière de scénariste professionnel. À partir de 1980, pour l'hebdomadaire ‘Spirou‘ (Dupuis), il assure la continuité des aventures de Tif et Tondu, dessinées par Will, puis il crée successivement les personnages de 421, de Billy the Cat, de Mic Mac Adam et de Jimmy Tousseul. Après avoir publié plusieurs albums avec ces personnages, il s'associe avec le dessinateur Johan De Moor et les éditions Casterman pour imaginer "Gaspard de la nuit" (1987-1991) et, dans le mensuel ‘(À Suivre...)', les enquêtes de La Vache. Cette dernière série humoristique paraît désormais en albums sous le titre "Lait entier", dans la collection "Troisième degré" du Lombard, et y connaît de nouveaux rebondissements. Dans un registre plus adulte, et à nouveau associé à Will pour l'illustration, Stephen Desberg publie deux albums dans la collection "Aire libre" de Dupuis : "Le Jardin des désirs" (1989) et "La Vingt-Septième Lettre" (1990). Scénariste original et aux talents variés, Desberg passe avec aisance et inventivité d'un genre à un autre, des atmosphères fantastiques aux réalités qui interpellent, comme l'intolérance. En 1996, avec le dessinateur Bernard Vrancken, il exprime ainsi son antiracisme à travers "Le sang noir", une saga romanesque en quatre albums, éditée par Le Lombard. Bien que vivant en Belgique, Stephen Desberg est de nationalité américaine et, comme tous les fils de l'Oncle Sam, il est supposé déclarer ses revenus à l'IRS (Internal Revenue Service), l'administration fiscale des États-Unis... Nul mieux que lui n'était donc habilité à nous instruire sur le fonctionnement de cette institution. Scénariste de bandes dessinées, il en a tout logiquement fait le sujet original d'une série d'albums. Mis en images par Bernard Vrancken, les épisodes de ce thriller financier très actuel paraissent depuis 1999 sous le titre générique d'"IR$", dans la collection "Troisième vague" du Lombard. Les États-Unis sont encore présents dans d'autres de ses albums, comme "L'étoile du désert" (1996, Dargaud), un western crépusculaire, avec Enrico Marini, ou "Tosca" (2001-2003, Glénat), un portrait sans complaisance de l'évolution de la mafia américaine, avec Francis Vallès. Stephen Desberg est également passionné par les thèmes religieux. Il s'intéresse au monde mythologique des anges et des démons dans "Les immortels" (2001-2005, Glénat), avec Henri Reculé, et, avec Enrico Marini, aux énigmes des origines chrétiennes dans "Le Scorpion" (2000-2014, Dargaud), une saga autour d'un flamboyant héros de cape et d'épée dans la Rome du XVIIIe siècle, où s'affrontent moines guerriers et cardinaux à l'assaut d'un pouvoir totalitaire. À l'automne 2003, avec Daniel Koller, il lance "Mayam" (Dargaud), une série de fantasy théologique relatant les voyages d'un diplomate terrien ambitieux sur une planète aux mille et un cultes concurrents. Auteur prolifique, Desberg écrit les scénarios de nombreuses autres séries, notamment "Miss Octobre" (2012-2014, Le Lombard), "Sherman" (2011-2012, Le Lombard) ou encore "Sienna" (2008-2014, Bamboo). En 2014, il se lance dans l'écriture de la deuxième saison de "Black op" (Dargaud), une série dessinée par son ami Hugues Labiano. En 2015, il commence, avec Miguel Lalor, une nouvelle série, un polar noir, "Le rédempteur" (Dargaud).

Enrico Marini, de nationalité italienne, est né le 13 août 1969 en Suisse où durant quatre années il étudiera le graphisme à l'Ecole des Beaux-Arts de Bâle. Son trait est alors influencé par les Comics américains, les Fumettis et le Manga, son admiration se porte sur des auteurs tels que Hermann, Jordi Bernet, Milton Caniff, Alfonso Font, Giraud et Otomo. Sa carrière débute en 1987 au Festival de la Bande Dessinée de Sierre, où il concoure avec les nouveaux talents. Très vite remarqué, il se voit confier sa première série Olivier Varèse sur un scénario de Thierry Smolderen, chez Alpen Publishers. En 1992, Marini et Smolderen changent d'univers et créent Gipsy, un vrai héros de chair et de sang. Ensuite Marini parcourt, avec Jean Dufaux, le monde des vampires avec Rapaces. Avec Stephen Desberg, il concrétise un rêve d'enfant - dessiner un western, L'Etoile du Désert. De cette rencontre est née Le Scorpion, une grande fresque de cape et d'épée. Depuis 2007, Marini, désormais auteur à part entière, fait revivre l'antiquité avec Les Aigles de Rome.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 24351 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 46 pages
  • Editeur : Dargaud (6 février 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00BPZTQOU
  • Word Wise: Non activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°110.162 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
4.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mais où est passé le scénario? 8 février 2007
Par Lespape TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Album
Marini est un excellent dessinateur, et non moins un excellent aquarelliste, Desberg a fait ses preuves (en ce qui me concerne j'ai adoré Gipsy), mais cette série, bien que pleine de jolies couleurs, ne casse pas trois pattes à un canard. Sérieusement, quand on ne s'ennuie pas ferme, on a 2 bulles de dialogue sur 4 pages! Résultat : une BD lue en 10 minutes. Un peu présomptueux et on reste sur sa faim.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un nouveau cycle 16 novembre 2006
Format:Album
Pour le premier tome de ce nouveau cycle, retour à Rome mais changement de tonalité. L'ambiance est plus sombre et plus lourde. On ne retrouve pas les couleurs éclatantes ni la légéreté des volumes précédents. Par contre on sent une intrigue plus dense, plus fouillée qui s'amorce avec notament l'apparition de nouveaux personnages interessants.

De plus les dessins de Marini sont tjs magnifiques.

Bref une BD que je conseille d'acheter à tous les lecteurs du Scorpion...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Et ça repart ! 14 novembre 2006
Par A. Diane
Format:Album|Achat vérifié
Après 2-3 tomes qui commencaient à piétiner sérieusement sur le plan scénaristique, avec "au nom du père", on repart dans de nouvelles aventures, à nouveau à Rome, beaucoup plus sombres et plus dures... Les rebondissements ne manquent pas, et la suite se fera cruellement attendre tant il y a de questions qui restent en suspens ! Petit bémol : bien que ce qui était prévisible depuis longtemps soit enfin révelé, l'attente inutile de ce "coup de théatre" convenu lui a fait perdre sa saveur -et sa (fausse) surprise-.

Côté dessin, Marini se fait beaucoup plus sérieux et suit fidèlement la nouvelle noirceur du scénario avec des couleurs sombres et riches qui portent le lecteur dans un univers bien plus présent que les premiers tomes... Si vous avez été, comme moi, déçu des précédents, ce nouvel opus vous remotivera !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un nouveau cycle qui démarre bien ! 9 novembre 2006
Format:Album
Dans ce 7ème tome ,finies les escapades en orient pour retrouver la croix qui permettrait de détruire Trebaldi . Ici , l'intrigue redémarre à Rome qui vit la terreur sous la férule de fer fer de Trebaldi et de ses moines guerriers inquisiteurs . Le Scorpion accompagné de Mejaï et du fiddèle hussard cherche à explorer la piste que lui a laissé Rochnan avant de mourrir . Il fouille dans le passé de sa mère et apprend une terrible vérité , le nom de son véritable père ...Le dessin est toujours splendide et l'intrigue riche en rebondissements . Ce nouveau tome se clotûre d'ailleurs en laissant nos héros dans une scabreuses situation . On attend la suite avec impatience !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique